Edito de la semaine

L’édito du Lundi

Hier, j’ai rencontré Pedro Almodovar. Je ne sais pas si vous le connaissez, ou même si vous avez déjà vu certains de ses films. Il a reçu le Prix Lumière 2014, dans le cadre du festival Lumière à Lyon, dans la Halle Tony Garnier. La même qui accueillera dans un mois à peine Lenny Kravitz, en tournée avec son nouvel album, Strut (on vous en avait parlé ici). Ce prix récompense l’ensemble de son œuvre.

111111

Pedro Almodovar est espagnol. Son hommage, comme il l’a dit lui-même, est un hommage à la culture et à la langue espagnole. Pedro Almodovar a même chanté, dans un de ses premiers films intitulé Le Labyrinthe des Passions. La chanson est rare, kitsch et représente l’époque (les années 70-80). Pour démarrer la semaine, il faudra bien suivre notre blog. Je vous rassure, vous vous en remettrez.

 

Bon quoi d’autre dans l’actualité ? Charlie Winston nous est revenu avec un nouveau single Lately. Et il a bien changé, notre ami Charlie. L’ambiance est clairement électro, britannique (et un peu rock). Charlie n’a rien perdu de son flegme, et réussit la prouesse de nous faire bouger sur une chanson classique et basique. Lately annonce Curio City, le prochain album de Charlie Winston à paraître le 26 janvier 2015. Dans la chanson, il joue de tous les instruments. Il se pourrait qu’il siffle également.

 

Un autre poids lourd de la chanson a sorti un album le 7 octobre dernier : Jackson Browne. Le Californien est revenu avec Standing in the Breach. La cuvée 2014 de Browne est probablement l’une des meilleurs de l’année musicale (et je pèse mes mots). On y retrouve la musicalité d’un Woody Guthrie, les rythmes des grands Crosby Stills & Nash, et la nonchalance dans la voix. A écouter ce petit bijou : Yeah Yeah.

A écouter ici

On passe de la Californie au Texas avec Aaron Watson. Il est peut-être l’un des plus importants représentants de la musique country texane, avec ses langueurs et son violon. Son dernier single est sorti le 14 octobre dernier, s’appelle That Look et représente tout ce qui me fait rêver aux grands espaces des Etats-Unis.

 

Revenons enfin au rock pour finir avec High Hazels. Le groupe vient de Sheffield. Chez eux, on perçoit les Smiths, les Corals et Richard Hawley. Comme les références sont plutôt pas mal, je me suis dit que j’allais écouter. Et j’ai trouvé cela vraiment bien fait. A vous de m’en dire des nouvelles : le single s’appelle Banging on my door.

 

Un édito, c’est toujours quelque chose de subjectif. Alors, au Peuple du Rock, on s’est dit qu’une fois n’est pas coutume, on allait vous demander votre avis. Quelles sont vos nouveautés préférées ? Vos sons du moment ? Ce que vous adorez, écoutez, au point que vos oreilles n’entendent plus que cette chanson et rien d’autres ? Vous pouvez nous donner vos pépites musicales de la rentrée en commentaires, sur notre page Facebook, ou Twitter.

Et si vos références sont espagnoles, vous me remplirez de joie. Mais, bon, ça, c’est subjectif, comme mon édito. J’en reviens à mes souvenirs de Prix Lumière en re-voyant Pedro Almodovar descendre dans la foule au son de cette chanson. Oui, vous aussi, vous l’aurez dans la tête, je vous le promets.

Mickael Chailloux

Une réflexion sur “L’édito du Lundi

  1. Pingback: DECOUVERTE – High Hazels, à l’ombre des palmiers | Le Peuple Du Rock Webzine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s