Lenny Kravitz

Live Report : Lenny Kravitz @ Lyon, 28/11

J'en conviens, on est loin...mais le monsieur au pantalon rose, c'est Lenny Kravitz

J’en conviens, on est loin…mais le monsieur au pantalon rose, c’est Lenny Kravitz © Mickael Chailloux

Lenny Kravitz est de passage en Europe et en France en cette fin d’année 2014. L’artiste était à Lyon le week-end dernier, devant une salle comble, à la Halle Tony Garnier. Le chanteur s’est livré à un exercice de style impressionnant. Ou comment rappeler ses augustes ancêtres…Voici ce que Lenny Kravitz était lors de ce concert.

Lenny Kravitz était… Freddie Mercury

Lenny entre sur la scène au son de Freddie Mercury. Il chante : ”When I hear that rock and roll”. Le ton est donné. Au milieu du concert, il devra changer de pantalon : son magnifique jean slim est troué au niveau des fesses. La aussi, c’est du niveau des plus grandes prestations du leader de Queen. Sans oublier la voix…

Lenny Kravitz était… Pete Doherty

Impossible d’imaginer Lenny Kravitz sans une « horde » de groupies. L’une d’entre-elles perdra sa culotte, s’en allant mourir sur le sol de la scène. La culotte rose n’y restera pas longtemps. Lenny prendra le soin de la déposer délicatement contre son micro. Classe, non ?

Bon, c’est vrai qu’à descendre dans la foule et faire un tour d’une minute, serrant les mains de filles (et garçons) tendant leurs paluches agréablement vers la star. Autre symptôme d’une « dohertite aigüe » ? Les lunettes de soleil vissées aux yeux, et une certaine nonchalance se dégage du personnage. Une bonne demie-heure de retard, quand même… Cependant, à la fin du concert, Lenny salue plus facilement la foule, quand même.

Lenny Kravitz était… un super bon musicien

On a beaucoup insisté sur l’apparence, la manière de jouer du performer Lenny. Mais, il ne faut pas oublier l’impressionnante facilité avec laquelle le New-Yorkais joue de ses instruments. Le groupe aussi. Cindy Blackman est une des rares batteur(e) du rock (et additionnellement, elle est la femme de Carlos Santana). Autre grand moment : les solos de saxophone réalisés par Harold Todd nous ont coupé le souffle…

Et que dire de ce véritable « bœuf » organisé sur Let Love Rule. On navigue entre soul et rock, entre gros son et moment où le son descend. Bon, on sent quand même que certains morceaux (It ain’t over till it’s over, I belong to you…) sont un peu expédiés pour faire place aux nouveaux, issu de Strut, son dernier opus.

Mention spéciale à Sister, chanson issue de l’album Are You Gonna Be My Way. Encore une fois, on fait durer les morceaux, on plane avec la guitare au fond de nos oreilles. Impro ou pas, ces solos étaient magnifiques…

Lenny Kravitz était… Lenny Kravitz

Fidèle à lui-même, Lenny Kravitz restera Lenny Kravitz. Guitariste de renom et de talent, il confirme tous ses atouts dans American Woman ou Are You Gonna Be My Way, respectivement deuxième et dernière chanson (en rappel) du show. Mais aussi dans son dernier single, joué et entonné par tout le public. On ressort de ce concert avec une impression énorme d’avoir vu un concert de toute beauté. On a un peu mal aux oreilles, mais, pour le coup, c’était pour notre bien.

Lenny Kravitz était en concert le 3 décembre à la Patinoire de Mériadeck à Bordeaux, et sera le 8 décembre au Zénith de Lille, le 11 décembre au Zénith de Nantes, avant de terminer l’année en concert en Pologne ou République Tchèque.

Mickael Chailloux

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s