Edito de la semaine

L’Edito du lundi : 5 signes qui montrent que le rétro est de retour

111111

Ce matin, mon réveil sonne à 6h, et le son d’un vieux morceau de Sonny & Cher s’envole de mon radio-réveil : « Babe…tudu tudu tudu tudu…I got you babe… ». « Debout les campeurs… » commence à me crier l’animateur. C’est parti pour une nouvelle belle journée…

Non, en fait, il se trouve que cette scène sort du film Un jour sans fin de Harold Ramis sorti en 1993. Hier soir, le film était projeté sur ARTE dans le cadre de la rétrospective Summer of the 90’s. Mais lorsqu’on regarde tous les programmes et albums qui sortent, on a l’impression d’être revenu dans les années 90. Amis voyageurs du temps, montez dans la Delorean. Voici cinq raisons de penser que c’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleurs soupes…et que 2014 s’est mystérieusement métamorphosée en 1994, 1984 ou 1974.

1. Tom Petty est 1er du classement Billboard…

… Et cela ne lui était jamais arrivé depuis très longtemps. Le rocker a déjà vendu, selon le Billboard, plus de 131 000 copies de son dernier album Hypnotic Eye. Il s’agit de son record absolu depuis 1991, date de la création… de l’outil qui permet de comptabiliser les ventes.

On en avait déjà parlé ici pour vous dire à quel point cet album s’apprêtait à être très bon. Mais, nous n’imaginions pas à quel point cet album allait être magnifique. Tout simplement parce que Tom Petty renoue ici.. avec son premier album sorti en 1976. La première piste de cet album s’appelait American Girl. La première de l’album version 2014 est American Dream Plan B. Dans Hypnotic Eye, il y a de la maturation, et on retrouve le blues lancinant de son précédent opus Mojo. Mais, il y a quelque chose de plus dans cet album : un zeste de vrai rock comme Tom Petty sait très bien le faire.

Exemple avec ce Forgotten Man, qui pourrait d’ailleurs très bien convenir comme suite à American Girl. Tom Petty n’a, lui, rien oublié.

Tom Petty – Forgetten Man

2. Stevie Nicks revient aussi

Je vous l’avais dit, on repart dans les années 70-80. Stevie Nicks, du groupe britannique Fleetwood Mac, revient avec un album solo de ses anciennes démos. Intitulé  24 Karat Gold – Songs from the Vault, il sortira le 7 octobre prochain. Et cela explique pourquoi ça sent bon les années 80. Prenez par exemple le morceau The Dealer, son single actuel, et dites-moi s’il ne vous rappelle pas ce bon temps où les Fleetwood Mac étaient les rois du monde. Normal : il a été écrit alors que le groupe enregistrait Tusk, en 1979. Rolling Stone nous annonce aussi que la pochette sera pleine de Polaroïd pris par Nicks durant toute sa carrière. Si ce n’est pas purement rétro, ça !

Stevie Nicks – The Dealer

3. Arcade Fire reprend Nirvana…et Angus & Julia Stone, Grease

Comble du rétro : les reprises. A ce petit jeu-là, Arcade Fire sont les grands gagnants. Le NME a appelé cela les « reprises régionales ». A Atlanta, ils reprennent R.E.M, à Los Angeles, ils reprennent le thème du Flic de Berverly Hills ( ?), à Londres, ils reprennent les Smiths… et quand ils arrivent près de Seattle, ils reprennent Nirvana. Smells Like Teen Spirit s’incruste dans leur chanson Rococo. Bon, s’incruste vraiment à la fin (et un peu au début, aussi). Nirvana, selon Consequence of Sound qui a exhumé une de leurs interviews, a été une source d’influence pour le groupe. Ok, peut-être quand même que ça aurait mérité mieux, non ?

Arcade Fire – Rococo

Tant qu’on est dans les vidéos de fans, un peu pourris, montrons à Arcade Fire ce qu’est une vraie reprise. Angus & Julia Stone, quand ils sont venus à Lyon (le jour où on a perdu contre l’Allemagne, vous vous rappelez ?) ont fait quelque chose que je n’aurais jamais imaginé. Ils ont repris Grease ! Sérieusement ! Et en plus, c’est super joli, frêle et candide…c’est quand même à ce moment du concert que j’ai craqué.

Angus & Julia Stone – You’re the one that I want

4. Même la country se la joue rétro

C’est vrai. Là-bas, aux Etats-Unis, on se demande si le genre ne se fait pas un peu « avaler » par la pop, ou plutôt si ce type de musique va souvent durer. Alors, pour cela, des hommes se lèvent. On vous a parlé d’Eric Church ou de Ronnie Dunn. En voici un autre : Will Hoge. C’est un parolier, célèbre pour avoir fait du groupe texan Eli Young Band un star, grâce à leur tube Even if it breaks your heart. L’homme est en train d’enregistrer son nouvel album, et une chanson, Strong a déjà été « marketée » dans un spot de pub pour Chevy Trucks. Sauf que…Will Hoge sortira une autre chanson demain sur iTunes. Elle s’appelle Middle of America. Et la chanson ressemble tout simplement à ce qu’on a pu écouter dans le milieu des années 2000 : un mélange de guitares qui claque, un son qui donne envie de louer une vieille Cadillac et de faire un road trip sur les vieilles routes du Sud des Etats-Unis. Rolling Stone Country (qui a pu sortir la chanson) mentionne la chanson comme du « Heartland rock ». C’est exactement ça.

Ecouter la chanson de Will Hoge, « Middle of America »

Si vous n’êtes pas rassasié, vous pouvez aller voir et entendre le Live from Atlanta d’un groupe de punk-country-rock de Memphis, dans le Tennessee. Lucero vous donnera également l’envie de fonder un groupe et de tourner dans tout le Midwest américain. Mâtiné de country, admirez les rythmiques Springsteenienes du groupe. Et après, profitez-en pour découvrir le reste du groupe. Ce sont les vacances, enfin !

Ecouter « Live From Atlanta » de Lucero

5. Benjamin Booker : rock crade et 60’s

Cette semaine, on a entendu les 8 premières secondes du nouveau « Foo Fighters ». Ça nous a fait un peu peur. Alors on a cherché et on a trouvé un artiste qui ferait encore du rock crade style Chuck Berry version grunge.

Il s’appelle Benjamin Booker (prononcez « benne-ja-mine », c’est plus cool). On vous promet, il ne s’agit pas de Benjamin Button, même si grâce à lui, on rajeunit un peu de 50 ans. Il est né à Tampa en Floride. Ses racines sont à la fois le vieux rock’n’roll de Chuck Berry et le garage-rock des années 90. Faites un mix de ces deux styles et vous obtenez un artistes des plus prometteurs de sa génération. Son premier album éponyme sortira le 19 août prochain et gagez qu’on en reparlera ici au Peuple du Rock. Pour vous mettre l’eau à la bouche, voici une chanson que vous avez peut-être déjà entendu sur le Mouv’, Violent Shiver.

Benjamin Booker – Violent Shiver

Pour ceux qui ont déjà dévié dès la première ligne, et puisqu’on est dans le rétro, voici enfin ce dont vous rêvez tous et toutes, pour passer une bonne semaine… oh, et demain, miracle, vous pourrez encore consulter cet édito…sans fin :

Mickael Chailloux

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s