Playlist

L’Edito du Lundi

111111

C’est un jour bizarre qui s’est levé ce matin. Pour beaucoup d’entre-vous, ce jour est férié, ou plutôt « chômé ». Pourquoi ?

Cela a été instauré par Jean-Pierre Raffarin en 2004. Le premier ministre, notez l’ironie de la chose, a choisi le lundi de Pentecôte pour proposer une « journée de solidarité ». Ironie car c’est lui qui avait déclaré « notre route est droite mais la pente est raide ». #Pasdrôletablague

Bref, la journée de solidarité a été instaurée en réaction à la canicule qui avait tué 15 000 morts durant trois semaines. Si depuis 2008, elle peut être choisie « à la carte » par les employeurs, il n’empêche qu’à Pentecôte, on ressort toujours les mêmes débats sur cette journée. D’autant plus que dans l’actualité ces derniers jours, on a appris que 18 000 personnes étaient décédées cet hiver de la grippe (principalement des personnes âgées de plus de 65 ans)….décidemment, cette journée pourrait être triste…

Alors puisqu’on parle de maladie et de canicule, parlons de Vaccins. Ou plutôt Vaccines. Le groupe anglais nous propose cette semaine un magnifique album nommé English Graffiti. Il y a dans ce nouvel opus la classe et la rage pop d’une bande de copains. Si certains morceaux traînent un peu en longueur, il y a de magnifiques prouesses de rock dans English Graffiti. La preuve avec Handsome, désigné comme le premier single de l’album. Si vous le pouvez, NPR vous propose d’écouter l’album en intégralité. Ne manquez pas des morceaux comme Dream Lover et Minimal Affection.

Changement d’ambiance avec Multi-Love, le nouveau disque du néo-zélandais Ruban Nielson et son groupe Unknown Mortal Orchestra. Aucune référence au film de Gaspar Noé, présenté au festival de Cannes et qui a fait l’unanimité…contre lui au sein des journalistes-critiques. Dans Multi-Love, il y a quelque chose de folk-pop psyché, de complètement barré parfois. Les guitares se croisent, s’entrelacent pour former un ballet d’amour multiple. Dans Can’t keep checking my phone, il y a cette folie funk mélangée avec un ballet disco.

Voici maintenant une jeune fille frèle. Elle a fait partie du groupe de surf rock de Seattle La Luz. La voilà avec sa guitare à nous chanter des chansons épurées. Il y a quelque chose de la Californie dans Oh man, Cover the ground, son premier album solo. Avec sa voix délicate, saupoudrées de tambourins, et nous voici parti à Los Angeles. Elle n’a pas la puissance vocale de Joni Mitchell, mais pourtant elle pourrait habiter à Laurel Canyon, non ?

Au fait, je ne vous ai pas dit son nom….Elle s’appelle Shana Cleveland. Rappelez-vous en…

Mickael Chailloux

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s