Corb Lund

Corb Lund, le Canadien des grands espaces

Il est de ces chanteurs qui font des traits d’union entre les genres musicaux : on vous a souvent parlé ici de grands country-rockers, ou plutôt de la tendance actuelle à Nashville qui fait que le hard rock se fait de plus en plus de place dans le monde de la country. Il est temps maintenant de revenir aux fondamentaux.

4 décembre 1956, Memphis, Tennessee. Au 706 Union Avenue, Jerry Lee Lewis, Carl Perkins ou encore Johnny Cash enregistrent au studio de Sam Philips, génial producteur. Ils seront bientôt rejoints par Elvis Presley. Ils interprètent ensemble Love me tender, Don’t be cruel, et reprennent Chuck Berry ou Bill Monroe. Ils seront appelés plus tard le Million Dollar Quartet. Il y a deux ans, Chris Isaak, grand californien, a essayé à se remémorer les fameuses Sun Sessions en cherchant à reproduire le son de l’époque. Sans malheureusement rencontrer un franc succès. Contrairement à l’artiste dont nous parlons aujourd’hui: Corb Lund…

Corb Lund et son groupe devant les studios Sun à Memphis en décembre 2013. © Fish Griwkowsky

Corb Lund et son groupe devant les studios Sun à Memphis en décembre 2013. © Fish Griwkowsky

En voilà un qui n’a pas besoin de reprendre les chansons de cette époque.  Ses chansons, ils les créent lui-même. Il est né dans la province d’Alberta, en pleines rocheuses canadiennes. Mais très vite, il se sent le besoin d’aller voir ce qu’il se passe dans des grandes villes comme Las Vegas ou New York City. L’homme a un groupe : the Hurtin’ Albertans. Depuis 1995, il écume les villes en jouant sa musique, celle qui vient de son cœur, de son petit coin de paradis niché au sein de la province de l’Ouest du Canada.

Sa musique est bien ce qui le rend unique. Du Rockabilly trash au Cowpunk fragile, de la Country pure au Rock’n’roll, c’est un voyage au temps des 50’s réinventé que nous offre le nouvel album de Lund sorti le 1ER juillet aux USA, et qui sortira partout dans le monde le 21 juillet prochain. Corb Lund n’en n’est pas vraiment à son coup d’essai : il traîne derrière lui 9 albums, dont plusieurs ont déjà été célébrés par des magazines américains comme No Depression, bible de l’americana. Chaque album est pourtant différent : une réécoute de I want to be in the cavalry, sorti en 2007 sur l’album Horse soldier ! Horse soldier ! vous suffira : sur la même base country, l’homme y greffe son aventure humaine. Corb Lund est un vrai singer-songwriter, presque à l’ancienne…

Son nouvel album s’appelle Counterfait Blues. Les chansons sont toutes des petits lingots d’or pour tous ceux qui aiment les grands espaces américains et la ruée vers l’americana. Il est en écoute libre sur npr.

Mickael Chailloux

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s