Dans le rétro

London Town, l’album le plus sous-côté de Paul McCartney ?

Partons d’un constat simple. La carrière de l’ex-Beatle McCartney a été jalonné de succès, de chansons pop-rock bien écrites. Il y a eu les moments avec ses compères Lennon, Harrison et Starr. Il y a eu aussi les moments en solo, dont un magnifique album sorti juste après la séparation. Et puis, il y a le groupe Wings, en compagnie de sa femme Linda, et de très beaux morceaux comme Band on the Run ou encore Silly Love Songs. Mais que donne le McCartney de la fin des années 70, moment où le disco et le punk faisaient rage ?

La pochette avant et arrière de London Town

En 1977, Paul McCartney sort d’une tournée éprouvante et d’un succès commercial avec l’album Wings at the Speed of Sound. Les cinq membres du groupe décident alors  de créer de nouvelles chansons et entrent en studio à Abbey Road en prévision d’un futur album. Parmi ces titres enregistrés, on retrouve le rock Name and Adress, la balade très mélancolique London Town ainsi qu’un titre écrit par Denny Laine (qui pousse la chansonnette pour l’occasion) et Paul McCartney, Children Children, qu’on croit tout droit sorti d’une partie de cache cache avec ses enfants.

 

L’album donne cette impression de tranquillité et d’apaisement. C’est aussi car il a été enregistré de cette manière. D’abord sur un bateau, au bord des Iles Vierges Britanniques, nommé le Fair Carol, pendant la grossesse de Linda. Car Linda attend un enfant, le premier garçon de Paul, James. En 1977, un autre événement va pourtant venir perturber l’enregistrement de l’album : le batteur Joe English et le guitariste Jimmy McCulloch décident de quitter le groupe. Dans ce contexte, le single Mull of Kintyre va sortir. Cette ballade écossaise va faire un carton dans le monde entier. Ces trois faits vont peut-être venir éclipser un album qui pourtant mérite un succès plus important.

Pourquoi ? D’abord car c’est un vrai album « état d’esprit ». Comme McCartney a su en faire avec Venus & Mars ou son somptueux album au moment de la séparation, il y a dans London Town, des pistes mélancoliques, qu’on peut écouter emmitouflées dans une bonne grosse couette, en savourant un café bien chaud. Par exemple, I’m Carrying, une des plus belles mélodies écrites par McCartney, et que son ami George Harrison n’aurait peut-être pas renié.

Dans cet album, il y a aussi des pistes plus énergiques, qui font le contraste avec ces mélodies nostalgiques. Parfois instrumentales, elles s’intègrent dans un tout cohérent, gonflé d’harmonies vocales, et qui nous transportent, oui, un peu sur un bateau, aux large des Caraïbes.

Mais pourtant, cet album a été éclipsé. Éclipsé par le succès (c’est présomptueux d’en parler mais quand même) du single Mull of Kintyre à l’époque. L’un des titres, Girlfriend, sera d’ailleurs un des grands succès de Michael Jackson l’année suivante. Macca offrira le titre au jeune Jackson, qui certes en fera une magnifique version. Mais cela masquera un peu la version originale enregistrée par Wings. Pas de chance encore une fois. Un tube sera issu de London Town, With a Little Luck : une ballade futuriste où rien n’est à jeter.

En quelque sorte, London Town, sorti il y a 40 ans, a dans sa besace un vrai trésor, qui n’a été que peu connu. Il connaîtra quand même un succès d’estime, la critique ne l’assassinera pas comme Back to the Egg un an plus tard (autre album a réévaluer). London Town ne cherche pas à singer la mode de l’époque, il suit son propre chemin, celui du mélodiste talentueux qu’est Macca. Et c’est pour ça qu’il est probablement l’un de ses meilleurs disques.

Mickaël Chailloux

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s