Blossoms

Blossoms, le nouveau son de Manchester ?

Blossoms fait partie des groupes émergents venus du Grand Manchester (Stockport plus exactement), oscillant entre psyché, pop-synthé et indie power house. Leur but affiché est de raviver l’histoire musicale de cette place musicale incontournable qu’était la ville au temps des Stone Roses et consorts.

blossoms_art

Considéré comme le son de 2016 par la BBC, Blossoms a souvent été comparé aux Arctic MonkeysDépêche Mode, ou encore The Doors. Bizarre car musicalement, beaucoup de choses me font plutôt penser à Tame Impala personnellement, mais ce n’est peut-être qu’une vue de mon esprit à l’écoute de Blown Rose… Mais si, comme moi, vous avez du mal à voir le lien entre les trois groupes cités en comparaison, votre curiosité vous poussera vers l’écoute. De plus, vu que Blossoms a tout de même enchaîné quelques unes des scènes les plus prestigieuses du monde, comme SXSW au Texas, Tokyo, le London Village Underground, l’Albert Hall de Manchester, la Scala de Londres, il me semblait important d’aller explorer un peu plus avant la musique de ce groupe dont tout le monde s’entiche outre manche. Et le moins que je puisse dire est que Blossoms, loin de copier ses ainés, a su se forger, autour d’un songwriting simple, une identité propre à partir de leur héritage.

Le N.M.E craque, les UK votent le Brexit… Relation de cause à effet ?

Look vintage, originaux, il n’en fallait pas plus pour que le N.M.E, en mal de nouvelles têtes de pont, s’en empare et crie au phénomène. Blossoms sert une power pop qui peut, dès la première piste, un peu dérouter car on a l’impression d’avoir déjà entendu ça quelque part. On se dit donc, ouais.. c’est un peu mainstream quoi… Point du tout en fait. Les claviers et surtout les parties guitares saturées (boostées plutôt d’ailleurs), vous rappelleront à l’ordre à un moment donné. De plus Charlemagne n’est pas le meilleur morceau de leur premier album, sorti en début de mois. Loin de là. At Most a Kiss installe ensuite le disque dans ce son pop dansante qui pourrait éventuellement enflammer les dance floors de la Factory (boite-club house-pop très en vogue au début des années 90 à Manchester) puisque celle-ci existe encore. Et si l’on croise au fur et à mesure de la lecture des sons assez 80’s (l’intro d’Honey Sweet), et si l’on reste sur un socle pop prononcé, quelques morceaux commencent peu à peu à égrainer un fond psyché qui nous rappelle que  Blossoms est passé par le même label que The Coral (leur premier single, You Pulled A Gun On Me, a été produit par James Skelly). Ainsi l’outro d’Out Her Bed balance un retour réverbéré pas très propre et flottant à souhait, annonçant l’arrivée sur le disque, non pas d’un virage dans le son, mais d’un certain crescendo dans les sons psychédéliques des claviers et des guitares. Smashed Pianos ne me fait pas mentir et Cut Me and I’ll Bleed est très accrocheur, bien psyché, tout en gardant une structure rythmique et un solo de guitare lui assurant la place de l’un des meilleurs morceaux de l’album, juste devant la suivante sur la tracklist: My Favorite Room, acoustique maitrisée qui fera surement, en live, un très bon hymne pour le groupe. Blow est également un excellent morceau et s’éloigne encore un peu de la veine pop, tout en restant hyper accessible tout en nous servant, là aussi, un solo de toute beauté, bien ancré dans le Rock’n Roll Hall of Fame. Deep Grass enfonce le clou psychédélique et nous emmène encore un peu plus loin sur un groove bienvenu avec un final jouissif, tout simplement.

Deux en un

Je n’ai finalement qu’une chose à reprocher à l’album: son bipartisme affiché. Une fois écouté, j’ai été infoutu de me remémorer un seul des premiers morceaux, très power pop. Ils ont été presque totalement éclipsés par les cinq derniers morceaux, plus indie-psyché. J’ai toujours un peu d’appréhension lorsque je vois des groupes, jeunes et novateurs, promis au rang de missiles par la presse anglaise, et ce depuis quelques années déjà. Rappelez-vous Temples (fondus dans la stratosphère ?)… Pour mémoire, nous, on tire nos missiles depuis le centre d’essai des Landes et ils retombent en mer… J’ai toutefois eu plaisir à écouter l’album des Blossoms: frais, original et entrainant, mais inégal dans le sens ou j’y vois donc réellement deux albums en un avec un choix de singles très (trop ?) pop alors que j’aurais préféré l’inverse. Pour ce qui est de leur avenir,  j’espère que le groupe saura éviter les gouffres sans fond qui bordent la route du rock et garder la direction prise par les dernières prises de ce disque.

 

Track-list:

  • 1. Charlemagne
  • 2. At Most A Kiss
  • 3. Getaway
  • 4. Honey Sweet
  • 5. Onto Her Bed
  • 6. Texia
  • 7. Blown Rose
  • 8. Smashed Pianos
  • 9. Cut Me And I’ll Bleed
  • 10. My Favourite Room
  • 11. Blow
  • 12. Deep Grass

Grég Pinaud-Plazanet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s