Bel Plaine

Interview: Bel Plaine, du folk ensoleillé

Bel Plaine, c’est un quintet folk, aux mélodies spontanées, aux textes personnels, qui projettent l’auditeur dans les grands espaces. Des plaines infinies où se mêlent les histoires de rencontres, de souvenirs. Jamais mélancolique, toujours enjoué, il ne faut en général pas longtemps pour que vos pieds se mettent à bouger sur leur musique. Redécouverts par hasard en première partie de Rover, Antoine et Morgan, le duo à l’origine du groupe, se sont prêtés au jeu de l’interview pour le Peuple du Rock.

Le Peuple du Rock : Antoine, Morgan, on a pu vous croiser milieu 2013 à Paris, entre autres. Vous étiez cinq si je me rappelle bien, et, il y a peu, vous avez assuré la première partie de Rover à deux. Quel régime avez-vous suivi pour en arriver là ? Pourquoi ce retour aux sources ? Puisque je crois que vous aviez commencé à deux…

Bel Plaine : En effet, Bel Plaine est avant tout un duo. Depuis le début, nos chansons naissent d’un aller-retour constant entre nos inspirations respectives. Nous avons donc décidé d’assurer les premières parties de Rover à deux seulement afin de présenter au public nos nouvelles chansons sans aucun artifice. Bien sûr, à partir du concert de la Boule Noire, le 14 juin, nous serons à nouveau cinq sur scène pour alors présenter fidèlement l’album avec toute l’énergie que nous désirons insuffler à ce live.

Le Peuple du Rock : Vos compositions traitent vraisemblablement de vos souvenirs, de vos histoires respectives, pourtant elles font remonter quelque chose aussi chez l’auditeur : de bonnes mélodies, de belles harmonies vocales étendues sur une forte base folk, une ouverture sur les espaces, qui se reflète dans votre nom finalement, votre recette est née comment ?

Bel Plaine : Comme tu le dis, il y a une réelle base folk dans nos chansons. C’est peut-être parce qu’au moment de notre rencontre, nous écoutions tous deux des artistes qui pratiquent ce « storytelling », comme par exemple, Neil Young ou Middle Brother. Nous aimons raconter des histoires, les nôtres, le plus sincèrement possible. On a aussi remarqué que nos chansons sont bien souvent centrées sur des personnalités marquantes qui ont croisé notre chemin, ou même sur ces petits détails anodins de la vie qui amènent des prises de conscience. Ce que tu appelles « recette » est née naturellement à l’enregistrement de notre premier EP dans une ferme isolée du sud-ouest de la France. L’insouciance bucolique de l’expérience a laissé une empreinte incontestable sur le projet sans qu’on ne contrôle rien.

Le Peuple du Rock: Un Ep il y a quelques années (Present), un single en 2016, vous semblez prendre le temps, est-ce un choix délibéré ou cela a-t-il été dicté par quelques difficultés sur le chemin ?

Bel Plaine: Les difficultés, il y a en toujours, et heureusement car elles permettent d’avancer… et de trouver l’inspiration ! En effet, on a pris notre temps car on avait à cœur de proposer un album de qualité. Pour chaque chanson, il y a un ping pong incessant entre nous deux, étant donné que notre travail est basé sur la complémentarité. Cette caractéristique nous permet parfois de trouver la clé des chansons très rapidement, mais peut aussi nous rendre très rigoureux et perfectionnistes. Dans ce cas, une chanson peut mettre une année à prendre vie.

Le Peuple du Rock: L’album, prévu en juin, est attendu de pied ferme par pas mal de monde, Comment avez vous vécu cette aventure, dans laquelle vous avez mis longtemps à vous engager finalement ?

Bel Plaine : L’aventure a été extraordinaire et pleine d’enseignements car il s’agit là de notre premier album qui a été enregistré, réalisé et mixé par Julien Delfaud (Phoenix, Gaetan Roussel). On avait vraiment envie qu’il pose sa vision et son univers sur notre musique. La rencontre avec Julien a dynamisé notre son et apporté un éveil que nous attendions.

Le Peuple du Rock : Comment s’est passé le processus créatif pour les titres de l’album à venir ? Les mélodies semblent simples et rapides au premier abord, ce qui embarque immédiatement l’auditeur, est-ce parce qu’entre vous, les idées arrivent vites et s’étoffent à deux ?

Bel Plaine : Les chansons ont été majoritairement terminées à la campagne en plein été. Nous avions chacun une quantité d’idées de mélodies que nous avons mises en commun. En effet, les idées viennent vite et surtout, nous essayons de rester fidèles aux premières esquisses. Si nos mélodies paraissent simples, c’est qu’elles sont naturelles, voir inchangées par rapport à l’inspiration originelle.

Le Peuple du Rock : Sur scène, en tout cas, il semble qu’il y ait une réelle fusion entre vous, votre rencontre a dû être musicale, tout a dû se mettre en place très vite, non ? C’est en tous cas ce que l’on pourrait penser en vous voyant…

Bel Plaine: Tu dois ressentir cela parce que nous avons commencé à faire de la musique dès notre première rencontre. On a presque été partenaires de musique avant d’être amis. Pour nous, la scène c’est une fête et même une chance. On a le même enthousiasme à vivre le live, et si on arrive à le transmettre au public, c’est encore mieux.

BEL PLAINE-1

Le Peuple du Rock : Lorsque l’on écoute votre musique, cette intensité, cette énergie et le côté catchy des mélodies, je pense immédiatement aux dimanches matins ensoleillés, ce moment où on s’étire et se lève pour profiter la journée… Cela me fait la même chose avec les premiers albums de Belle & Sebastien, certains morceaux de Nada Surf ou Foxygen aussi. Quels sont les groupes avec lesquels vous avez grandi ?

Bel Plaine : On comprend ce que tu veux dire lorsque tu cites ces groupes. C’est vrai qu’il y a une évidence naturelle dans certaines de leurs chansons. Dès les premières secondes de « San Francisco » de Foxygen, tu te sens revivre. C’est cette immédiateté qu’on admire dans les compositions de tels artistes. Adolescents, on a écouté les Beach Boys ou les Kooks mais plus récemment, Arcade Fire est pour nous le groupe qui a su le mieux porter l’étendard de la musique fédératrice et réfléchie.

Le Peuple du Rock : On vous a croisé après un concert, à discuter avec une partie du public, vous répondez rapidement aux messages sur les réseaux, que vous apporte cette proximité ? Car il est assez rare de la constater chez nous (pour des groupes français tout au moins)…

Bel Plaine : Pour nous c’est tout à fait normal d’échanger avec le public qui est le premier destinataire de nos chansons. Le live est un partage qui ne peut pas s’arrêter à la scène.

Le Peuple du Rock : Une grande tournée avant l’été, histoire de nous y préparer en nous donnant notre dose de soleil ?

Bel Plaine: Justement, en ce moment on concentre tous nos efforts sur la préparation du live. On a à cœur d’offrir un vrai spectacle donc on va beaucoup travailler dans ce sens. La tournée de l’album commence le 14 juin avec la date à La Boule Noire (Paris), ça va être un grand moment pour nous.

Merci à Bel Plaine pour leur disponibilité, et n’hésitez pas à les retrouver en concert à la Boule Noire le 14 juin, réservations ici, pour les avoir vu à Toulouse lors de leur passage, je peux vous dire que ça en vaut la peine !

Propos recueillis par Greg Pinaud-Plazanet

Une réflexion sur “Interview: Bel Plaine, du folk ensoleillé

  1. Pingback: L’Edito de la semaine | Le Peuple Du Rock Webzine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s