Balthazar

Balthazar a conduit le Krakatoa au bord de l’éruption – Report

Samedi dernier, 30 janvier, je retrouvais ma bande de copains de Bordeaux devant le Krakatoa, l’une des meilleures salles de la ville pour assister au concert des petits Belges de Balthazar… Petit ? Plus si sûr.

IMG_3036-1

Comme souvent, nous nous attardons dans le vestibule en discutant et buvant quelques bières, il faut dire que l’on se voit tous régulièrement, mais pas non plus très souvent. On a donc des choses à se dire, les dernières sorties musique, la préparation du trip barcelonais pour le Primavera, et j’en passe. Du coup, nous laissons passer Friend Of Mine, première partie de Balthazar ce soir-là. J’y ai juste jeté une oreille par pur respect, à un moment donné, en allant voir comment ça se passait en salle. Le groupe avait l’air d’être carré et d’avoir un public. J’ai toutefois préféré revenir vers la bande continuer nos discussions, car je n’ai pas spécialement accroché.

IMG_3037

Balthazar a donné son coup d’envoi assez tard, vers 22 heures alors que nous pensions à notre réservation habituelle (à partir de deux fois de suite, cela peut être appelé une habitude) au Cochon Volant et son excellent gigot de porcelet, réservation qui allait être compromise. Tant pis, la musique avant tout ! Scène sombre, le groupe est entré au fur et à mesure de ses membres, éclairés les uns après les autres en commençant par la violoniste à droite de la scène. Jusque-là, on se dit juste qu’ils ont beaucoup tourné l’an dernier et qu’ils la jouent de façon classique. La salle était déjà acquise au groupe d’après les encouragements qui explosèrent autour de nous. Il faut dire que beaucoup d’entre nous attendions la reprogrammation du groupe en ce début d’année suite à leur annulation de leur concert du 14 novembre, lendemain des attentats parisiens et notamment au Bataclan, première salle qu’ils avaient faite en France.

IMG_3049-1

Le groupe a tout de suite attaqué fort en assénant d’entrée de jeu un morceau (Decency avec une superbe intro au violon de la part de Patricia Vanneste) qui allait annoncer la couleur du reste du concert. À ce moment-là, j’ai eu l’image du Balthazar que nous avions vu il y a deux ans au Connexion, à Toulouse, un groupe habité, mais à l’étroit sur une petite scène. Un groupe émergeant qui allait devenir grand. Samedi soir, le Balthazar que nous retrouvions avait effectivement grandi. Le groupe a pris une ampleur, une routine aussi peut-être un peu, c’est inévitable, qui fût immédiatement palpable. Mis à part le batteur, fatalement immobile derrière son set, les quatre autres membres occupaient la scène, jouaient avec le public. Et si nous savions déjà que Balthazar n’était pas du genre à se planter derrière leurs micros et à dérouler un set sans couleur, ce soir-là, on peut dire que le groupe a su enflammer la salle en servant un set entrainant, énergique et riche.

IMG_3047

Lancinantes et efficaces, leurs chansons s’immiscent et vous entraînent, les refrains vous emportent malgré vous, et les quatre voix se mêlent pour vous soulever littéralement. Parfois, la nonchalance de la voix de Maarten Devoldere, un peu à la façon de John McCrea (Cake) qui aurait accouché d’un Alex Turner, vous dépose dans des afters alcoolisés. À l’opposé, celle de Jinte Deprez vous embringue dans des cavalcades « rock’nrollesques » brillantes. Ce groupe nous fait nager en clair-obscur, passant d’une avant salle éclairée à une arrière-salle tamisée, en ne perdant rien de sa cohérence et de sa superbe, presque royale.

Dans le désordre et en oubliant peut-être, car j’étais plus en train de me laisser porter par l’ambiance et la musique qu’à noter les titres sur mon smartphone, nous avons eu droit à Decency, The BoatmanNightclub, I Looked For YouLaterI’ll Stay Here, Leipzig, Bunker, Listen UpFifteen Floors, Blood Like WineSinking Ship, The Older SistersTrue Love Avec un rappel bien entendu. Ceux qui les avaient vus à Rock en Seine (ici) en 2015 n’auraient pas été dépaysés.

« Raise your glass to the nighttime and the ways, to choose a mood and have it replaced »

Greg Pinaud-Plazanet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s