Le A.

Le A confirme et s’affirme

Le A Fauteuils HD

Le A, drôle de nom pour un groupe, vous ne trouvez pas ? Entré dans un moteur de recherche cela vous donne heureusement très vite l’accès à la page Facebook ainsi qu’au site du groupe bordelais, pas évident il y a encore quelques mois. Il n’y a qu’Itunes qui pédale encore pour vous présenter directement les deux Ep sortis à ce jour… Un problème de référencement sur la lettre A, choisie par le groupe parce qu’elle est la première lettre d’un mot plus étendu, invitant au voyage : Atlantique. C’est beau l’Atlantique. Vu de la plage, cette étendue parait infinie, une fois dessus, vous êtes perdu. Atlantique, c’est aussi un monde parallèle, visité par Philémon dans la BD du même nom. Le paradis perdu, la lettre A du mot Atlantique. Malheureusement pour eux et heureusement pour nous, parfois le voyage dérape et emmène Philémon vers d’autres lettres, peuplées de curieux personnages.

Pour Le A, c’est un peu pareil. On débute avec la lettre A, un premier Ep, une invitation au voyage extérieur, une bouffée d’oxygène que traduisent les titres choisis : Island, Forest, Shore… Puis vient 2015 et le groupe, tout en continuant à brandir son A, s’en va visiter d’autres lettres, le I par exemple. I pour Intérieur, Intimité ou encore Individu. Le A semble avoir pas mal de cordes à son arc tandis qu’il s’affirme toujours plus au fil des mois, trouvant l’inspiration et surtout la direction qu’ils souhaitent prendre.

Mais repartons un peu en arrière et penchons nous sur le commencement de l’Aventure… Blandine et Ita se sont rencontrées sur le web, se sont fait écouter leurs morceaux respectifs et se sont lancées  avec un synthé pour l’une (Blandine) et une guitare folk pour l’autre (Ita) dans ce qui allait donner, plus tard, le A. Emeline se rajoutera à la guitare électrique puis bien plus tard c’est Mika qui viendra en renfort à la batterie pour soutenir le groupe en avril 2013, pour une période indéterminée qui dure encore aujourd’hui puisqu’officiellement Mika fait désormais, presque à son insu, partie de la formation.

Autour d’une table, sur la terrasse de la Rock School Barbey, à Bordeaux, Mika précise les choses: « Quand je suis arrivé, c’était surtout parce qu’il fallait remplacer la batteuse fraîchement partie. Au début j’étais là en interim et au final je suis resté là ». Les autres membres paraissaient, de leur côté, presque certains pourtant qu’il serait le batteur définitif, d’après Emeline (guitariste) en tous cas. Durant l’entretien, Ita, l’autre chanteuse/guitariste du groupe nous dira qu’au début il étaient plutôt assez folk mais sont devenus un peu plus rock lorsque la guitare électrique d’Emeline est entrée dans la danse. Le clou ne fut enfoncé définitivement que plus tard à l’arrivée de Mika : « A l’arrivée de Mika, on s’est éloigné de la pop pour rentrer vraiment dans le rock, c’est à partir de ce moment-là que nous avons su quelle direction prendre niveau musique. » Pour Mika, cela s’est passé réellement entre le premier Ep (Inseln) et le second (Pale Echo).

Ita: « Dans le premier Ep, c’est vrai il y a des choix de morceaux un peu plus pop pour certains. Sur les dix morceaux que nous avions enregistrés pour un album que nous voulions faire (faute de moyen et la prudence commandant la raison…), il a fallu en choisir cinq. »

Mika: « Oui on a choisi les plus rock, mais au final il y avait des morceaux hyper pop dans cette session d’enregistrement, la direction s’est en réalité faite lors du choix de ces morceaux mais les enregistrements étant déjà fait, techniquement toute cette mécanique s’est faite entre les deux Ep, lorsqu’il a fallu sortir le premier. Sur le second Ep, il n’y a que Louise qui n’est pas très rock, sinon… »

Emeline:  » Oui c’est plus catchy, plus punchy…« 

Lorsque l’on voit comment, de façon très naturelle (l’arrivée d’un nouveau membre) le groupe s’oriente vers un son plus rock, l’on se demande s’il était prédestiné à cela par leurs influences ou pas du tout. Musicalement ils ont tous été bercés par le rock nous dit Ita, l’envie d’en faire était donc présente dès le départ et toujours d’après Ita, c’était un manque de moyen que Mika a comblé en venant poser un rythme plus frappant, du à son expérience en tant que batteur. Mika dira plus tard que leurs influences sont très diverses et qu’elles sont même parfois sujettes à de petites batailles bon enfant. Pour autant le son du groupe est davantage influencé par ce qu’ils écoutent pendant les enregistrements, ensemble. C’est ainsi que le synthé présent sur le morceau Sirius I  s’est vue  modifié sous l’influence directe d’un son entendu dans l’album de Fever Ray la veille de l’enregistrement avec l’ingénieur du son. Les filles confirment que beaucoup de choses viennent de leurs discussions autour des morceaux et que les influences personnelles sont au contraire gardées un peu en retrait afin de privilégier la créativité du groupe dans son ensemble pour que chacun s’y retrouve sans avoir de prépondérance trop écrasante sur les autres.

Tous les membres se sont donc appropriés le groupe, aidés en cela par le « cinquième » membre, si l’on peut dire, Benjamin, l’homme qui fait leurs enregistrements tout en veillant aux arrangements, à la réalisation. Benjamin a cet oeil extérieur, sans doute salutaire et n’hésite pas à leur dire d’enlever ci ou ça, de retravailler une partie.

Mika: « On casse tout, on s’engueule mais on recommence (rires). Sirius I n’aurait pas été ce qu’elle est sans lui et je pense que tous nos enregistrements ont une particularité, une coloration, qu’ils n’auraient pas sans lui.« 

Et puisque nous parlions coloration musicale, nous en sommes arrivés tout naturellement à comparer la couleur des deux Ep. Alors que le premier (Inseln) arbore une pochette sombre à la limite de la claustrophobie, il invite à l’ouverture. A l’inverse Pale Echo lui, présente une couverture claire, ouverte à la limite puisqu’à part un arbre, aucun décor se se positionne derrière, celui qui regarde peut donc imaginer cet arbre un peu où il le désire, laissant ainsi un sentiment de liberté. Le disque lui, est beaucoup plus sombre que le premier, ne serait-ce que dans les textes et dans le poids des orchestrations. Pourtant les textes ne sont pas tous écrits par une seule et même personne et la musique se construit à plusieurs, il faut donc croire que ces quatre-là se sont bien trouvés et à la différence du premier Ep, celui-ci a été beaucoup plus réfléchi en amont.

Le A Tableau HD

Ita, qui assure aussi la conception des visuels pour le groupe: »Pour le second, lorsqu’on est arrivés pour l’enregistrement, on savait déjà ce qu’on voulait faire exactement, même niveau son, même s’il y a eu, pendant les séances des changements alors que pour le premier nous y allions en tâtonnant un peu. Et puis c’est moins stressant de partir en studio en se disant qu’on y va pour en enregistrer cinq alors que pour le premier on a attaqué les dix directement… Même si seulement cinq ont été choisis pour la sortie. Il n’y a pourtant eu qu’un an entre les deux…« 

Et puis il y a eu l’aventure Printemps de Bourges entre les deux Ep mais même si le groupe jouissait d’une bonne cote au niveau régional, le jury national n’a retenu… aucun groupe. C’est la seconde fois en vingt ans que cela arrive sur la région Aquitaine. Heureusement pour Le A, la Rock School Barbey s’est débrouillée pour que le groupe joue tout de même à Bourges, sur une autre scène.

Blandine: »C’était la deuxième fois qu’on jouait en plein air, avec du monde mais pour nous c’est un peu difficile de jouer dehors alors qu’il fait plein jour, on aime bien les atmosphères plus sombres. Là, ça allait encore parce que c’était couvert mais en général on n’aime pas trop.« 

Ita: »On a été super bien accueillis, l’ambiance était hyper sympa, on avait un bon petit hotel, un repas, enfin c’était vraiment bien. Et puis on a eu quelques bons retour de la part de quelques programmateurs qui étaient là et on a eu un bon report du Ricard Live Music. Fuztta, leur groupe avait joué avant nous, du coup ils sont restés pour nous et ça a eu l’air de bien leur plaire.« 

La bande des quatre a décidé de laisser un peu plus de place dans leur vie à leur groupe car ils ont l’envie, la motivation de faire de Le A un groupe qui compte. Il est souvent nécessaire au bout d’un moment de faire un choix, comme nous le dira Blandine, de laisser tomber les boulots pour se concentrer sur l’Aventure. Dès le démarrage, ce choix s’est imposé. Mika, lui, ajoutera que faire partie d’un collectif permet de se rassurer aussi sur les choix faits. « Les autres y arrivant, on ne se dit pas qu’on va foutre sa vie en l’air pour un groupe. On vit pas dans un rêve, on avance doucement, on construit et on est entouré de gens qui sont dans le même trip, du coup on ne se sent pas seul. Et puis la Rock School nous apporte beaucoup de facilités ».

Emeline« C’est gratifiant, surtout à Bordeaux où il y a un groupe de rock sous chaque pavé, qu’on soit pris dans un tel système. »

La Rock School Barbey fonctionne un peu comme une couveuse. Cela évite aux groupes de devoir payer pour les douze heures de répètion par semaine et surtout, d’après Ita, leurs interlocuteurs les prennent au sérieux. Le fait de gagner le tremplin inter-quartiers de Bordeaux, et différents autres lives ont fait que Barbey s’est intéressé à Le A. La Rock School accueille actuellement une bonne dizaine de groupes et leur assure un support sans faille afin qu’ils puissent se concentrer sur leur compositions, c’était des nc une opportunité à saisir.

D’ailleurs, à part quelques concerts prévus, cet été sera quasiment réservé pour l’écriture d’un album, rempli de nouveaux morceaux, il ne sera donc pas la simple addition des deux Ep déjà sortis même si, d’après le groupe beaucoup des morceaux édités ont subit de grosses transformations en live et vaudraient de figurer sur un album. Pour l’instant le groupe ne sait pas vraiment à quoi cet album va ressembler, il faut laisser le temps à la composition de se mettre en place et au groupe d’opérer son osmose. A suivre donc…

Le A sera en concert:

Le 1er Juillet à l’espace Darwin de Bordeaux

Le 21 Août au Festival on The Rocks de Montesquiou

Le 22 Août au festival Terra Incognita, à Carelles

Liens utiles:

www.facebook.com/Le.A.bandpage
Site : www.le-a-music.fr/
Youtube : www.youtube.com/user/leamusic33
Twitter : twitter.com/LeAbandpage
Soundcloud : soundcloud.com/lalettrea/
Bandcamp : http://lalettrea.bandcamp.com/
Big Cartel : leamusic.bigcartel.com/
Les Disques du Fennec : www.lesdisquesdufennec.com/

Greg Pinaud-Plazanet

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s