Edito de la semaine

L’Edito du Lundi

111111

Une France à deux vitesses… Nous vivons dans une France à deux vitesses. Niveau économique, nous le savions, mais niveau éthique… Oui car comment glorifier la liberté d’expression en poursuivant une personne qui a désiré s’exprimer ? Je parle bien entendu de l’affaire qui secoue la France cette semaine et qui fait de la pub à un comique qui, personnellement ne m’a jamais fait rire en dehors de ses spectacles avec Elie Semoun. Mais je laisse vivre ce monsieur, je ne m’intéresse simplement pas à ce qu’il fait ou dit sauf que là, c’était immanquable malheureusement et je m’interroge sur  une décision semblant bien plus politique que raisonnée du gouvernement à vouloir poursuivre  le comique en question. Cette action, certes sans aucun doute symbolique pour une partie de l’opinion, n’en est pas moins une claque à la liberté d’expression. Alors, peut-on tout dire et rire de tout ? Ce n’est pas à moi de trancher ça dans le vif car selon les personnes, la limite sera variable, mais cette manipulation de l’opinion m’exaspère. Oui je sais bien que nous vivons dans un monde où tout est prétexte à manipulation mais là, c’est tout de même grossier.

Bref, vous l’aurez constaté, je suis « droit dans mes bottes », je n’ai pas donné le nom du « coupable » pour ne pas que cet édito soit tiré par Google lors de recherches sur ladite affaire ou ladite personne et que ceci évite le contrecoup malheureux de la publicité boomerang. Cela ne veut pas dire que je juge de façon définitive les gens, mais lorsque je ne suis pas d’accord, je le dis. Tenez, prenez Archive par exemple… Je n’avais pas aimé Axiom, la « bande originale » de leur concept visuel et je l’avais dit dans nos pages. J’avais été déçu mais j’attendais l’album suivant avec impatience en espérant que le groupe n’avait pas amorcé là un virage à proprement dit. Et bien le 12 janvier est sorti Restriction. Nous avions pu poser nos oreilles en avance sur deux des treize titres composant cet album. Feel it démarre l’opus avec une certaine énergie et met dans l’ambiance avec une guitare très présente en front avec la voix de Dave Pen.

Le second morceau gardera une rythmique dans le même style alors que la voix joue sur un schéma différent de répétition textuelle. L’album semble plus calme que d’habitude, on remarque un changement dans les rythmiques mais rassurez-vous, l’ensemble est vraiment soigné (comme d’habitude me direz-vous). En parallèle au minimalisme de certains morceaux, on pourra être surpris par Crushed, moins posé. Il est juste dommage qu’il n’y ai pas eu plus de morceaux de ce type sur cet album. Holly Martin et Maria Q (Half Built Houses) ont droit à leur(s) morceau(x) et l’on pourra d’ailleurs retenir l’excellent End Of Our Days, magnifiquement interprété par la première. La chanson qui m’a réconcilié avec elle, pour ma part. Il est à noter que depuis son arrivée dans le groupe elle s’affirme d’album en album et sa voix colle de mieux en mieux avec ce que l’on attend d’Archive.

La boucle hypnotisante de Kid Corner et la voix d’Holly Martin font aussi leur chemin dans notre cerveau en appelant ici, non pas à la mélancolie qu’elle dégageait sur End Of Our Days, mais à quelque chose de plus sensuel et même sexuel, n’ayons pas peur des mots.

Si dans leur discographie, on peut trouver des albums qui sont assez monolithiques dans leur composition et leur production, on pourra ici remarquer qu’il n’en est rien. Restriction oscille entre phases mélancoliques et phases plus énergiques, notamment dues au traitement des rythmiques mêlant électronique et guitares (Feel It par exemple), ou le mélange boite à rythme/ batterie (comme sur Kid Corner). Si derrière Restriction on retrouve bien entendu les deux émminences grises du collectif, Darius Keeler et Danny Griffiths, ainsi que Pollard Berrier, on signalera l’absence du guitariste Steve Harris qui a décidé qu’il était temps pour lui de se prendre une petite pause.

Une très bonne cuvée donc pour Archive qui a d’ores et déjà annoncé une méga tournée avec notamment plusieurs dates en France cet automne. Peut-être les croiserons nous sur certains festivals durant l’été, qui sait ! Ils seront en tous cas en avril, pour un unique concert français, à Nancy. Le 19 pour être exact.

Je finirai cet édito pauvre en sorties (ben oui, il faut laisser le temps à l’année de démarrer après sa torpeur hivernale) par vous notifier celle de Slurrup, de Liam Hayes, certainement une des meilleurs surprises de ce début 2015 qui nous ramène quelques années en arrière tellement c’est emprunt d’un certain Rock old fashion. Personnellement je suis tombé amoureux du clip et il est vraiment à l’image de cet album fait de collages musicaux aussi bien trouvés que marrants sur fond de keyboards à l’ancienne et de guitares sous effets. des morceaux courts, contrairement à son quatrième album. Rafraichissant, revigorant, bourré de petits interludes sonores ludiques (Channel 44), d’un retour de l’écho-reverb et d’une touche très old school.

Et voilà les enfants, oui je sais il n’y avait pas grand chose, mais de belles sorties sont à venir alors patience… En attendant, passez une bonne semaine !

Greg Pinaud-Plazanet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s