Edito de la semaine

L’Edito du Lundi

111111

Il y a des matins bougons ou se lever est très compliqué. Pourtant, le réveil sonne et l’on doit entamer une nouvelle semaine de dur labeur, ou tout s’enchaînera vite mais pas forcément bien. Ces matins-là, nos premières pensées vont à ces grandes étendues de plaines, à ces clairières, et à cet air pur que l’on veut respirer jusqu’à l’overdose.

Et pourtant, le fil des événements de l’actualité nous rattrape déjà. Au loin, dans le poste de radio, la Crimée et son vote à 93% pour le chemin russe résonne. Derrière, cette annonce traînera, comme une coulée de poudre, son flot de commentaires sur Poutine libérateur, Poutine le dictateur… Et pourtant, la première chose que j’ai envie d’entendre, ce n’est pas un débat sur le sujet, mais plutôt cette chanson qui a été ma joie de la fin de semaine. Loin des possibles sanctions économiques, loin des possibles guerres en Crimée, loin d’une possible guerre froide évoquée par les cerveaux les plus politiques de nos penseurs, je m’envole. La raison : cette magnifique reprise de la chanson de Michael Jackson, Stranger In Moscow. Si Moscou n’avait pas été construite, j’aurais envoyé les missionnaires du groupe Tame Impala pour l’inventer et générer de ce fait la chanson du King de la Pop. Parce que rien n’est plus beau que cette plage de 4 minutes 34. L’originale était déjà surpuissante, bien que moins reconnue que les grands tubes de Michael Jackson. Mais, le groupe Tame Impala s’en est servie pour l’emmener dans des recoins du monde bien loin de la Russie impériale. Nous étions dans la forêt, navigant entre les arbres, se jouant des rayons naissant du soleil…

Pas très loin, nous pouvons retrouver le lyonnais Thomas Barrandon. Ce jeune graphiste sortira vendredi son album en version digitale, The New Born Between Mountain and Sea. L’album est un bijou électronique de 53 minutes, ou les atmosphères lumineuses, éclectiques se confondent avec la beauté des rythmes invoqués. Certes, dans le clip de Forever Young a Lie, c’est la neige qui se met en scène. Mais qu’importe, c’est ça l’atmosphère de Barrandon, une atmosphère de musique de film, à la fois  claire et sombre; dans le morceau Old Soul, disponible sur l’album, il n’hésite pas à se remémorer le bon temps des flows hip hop bien posés. Laissez-vous entraîner par cet essai de musique écologique lorsque vous sortirez dehors. Au loin, le nuage de pollution quitte nos villes, et même si les parisiens sont encore bloqués et empêtrés dans la circulation alternée, prenez une bonne bouffée d’air derrière vous avant de vous engouffrer dans la bouche de métro (ou l‘autolib) la plus proche.

Alors que votre zone de travail et d’études se rapprochent, il vous faut une musique dans les oreilles. Je ne vous conseille pas le dernier Kylie Minogue, qui certes refait surface avec des morceaux qui sentent bons les années 80 mais lobotomisés aux synthés et à la MAO. Par contre, préférez-lui un bon groupe de prog métal venant de Chicago, ALAYA. Aujourd’hui sort leur premier album intitulé Thrones. Récemment signés chez Basicks Records, le trio nous offre un Progressive Metal à la hauteur de ses ambitions, oscillant entre mélodie pure et mélancolique et brutalité de la batterie qui claque. Le premier extrait, remière piste de l’album, s’intitule Inside.

Dans la même veine agressive, vous pourrez cette semaine vous ruer chez vos disquaires préférés pour essayer de dégoter le nouvel album des cinq musiciens de La Dispute, Rooms of the House. Du rock bien enragé, entre Rage Against the Machine et Foo Fighters, ils se la jouent rebelles avec des textes. Ils seront le 13 mai à la Flèche d’or, à Paris, dans le cadre de leur tournée européenne. Le Michigan nous les envoient en CD mardi, et comme dimanche se trouve être le premier tour des municipales françaises, je vous laisse apprécier la chute de cette chanson : « I’d rather run for mayor in Splitsville than suffer your jokes again »

Ce soir, après les nouvelles du journal télévisé, pensez à jeter un coup d’œil au nouvel album du groupe folk-rock The Olympic Symphonian. Ils viennent directement du Canada et nous permettent de retrouver cette ambiance nature : non, pas le cliché du folkeux bucheron et de ses troncs de bois dans un vieux pick-up Chevrolet. Mais plutôt, l’ambiance d’une forêt, des arbres, l’environnement végétal… La chanson Home, d’une ambiance définitivement country, vous dépaysera. Besoin d’air ? Ouvrez vos oreilles en attendant de pouvoir ouvrir vos poumons.

Bonne journée et n’oubliez pas de nous suivre sur les réseaux sociaux (Facebook : Le Peuple du Rock ; Twitter : @LePeupleDuRock). Pour respirer de la bonne musique.

Mickael Chailloux

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s