Découvertes

Les Smith Westerns se sont lavés à l’eau de roche.

The Smith Westerns

Alors que les Wavves, petits branleurs californiens ne cessent de gagner en matière de succès, les Smith Westerns eux, s’offrent une naissance plutôt modeste.  Même si le groupe affiche sa première année active à partir de 2007, on a un peu de mal à les prendre au sérieux.  Tout comme les Wavves, les résonances d’ados garages sont encore là, 4 ans après. Le jeune âge des membres sont sûrement l’excuse la plus valable. Mais autant ne pas s’attarder sur les stéréotypes qui ont formé les Wavves, de mauvais stéréotypes. Leur premier opus, sorti en 2009, porte comme la plupart du temps l’étiquette de « premier essai, premier raté », mais aussi le nom du groupe.

Flemmardise? Petits branleurs? Non, j’ai dit que je resterai clémente!

Si le public se met à comparer les Wavves et les Smith Westerns, c’est plutôt pour avoir le mérite de se vanter sur les connaissances post-indie. Alors les jeunes essayeraient-ils de suivre les jeunes?

Sur l’album The Smith Westerns (2009), on voit le mot Girl apparaître sur au moins deux titres. Garage band, quoi.

En revanche, même si  les voix masquées derrière des guitares mal accordées, à la « ado band » sont là, les mélodies sont souvent dignes d’un certain génie. Peut-être plus anglais que venant de la côte américaine. Soit disant, les Smith Westerns seraient les autres Wavves. Simple de comparer les deux premiers albums des deux groupes…Mais les Wavves ne peuvent pas prendre la part de génie qui se cache dans le deuxième album de leurs confrères.

Sur le morceau « Weekend« , du deuxième album Dye It Blonde, les guitares sont accordées, les doigts se mettent même à voyager. La voix est éclaircie, elle s’assume même. Le morceau a quand même gardé l’empreinte garage indie rock des anciens ados, mais trop vite dit! Le refrain fait place à quelque chose de britannique, peut-être même Dohertien. Le deuxième album a même été comparé à un registre plus « pop », plus « Beatles« . C’est à ce moment là qu’on entend le petit riff suivre…UN SOLO. Oui, décidément ils ont leur place dans Grazia. Et oui, je l’avoue j’aime les découvertes (et re découvertes) musicales de Grazia.

Au niveau des pochettes, la tour de Babel mélangée avec la pochette de Nevermind, de Nirvana, a disparue pour laisser place…à la tapisserie de ta grand-mère, qui sait. Tapisserie de bon goût. Pour mûrir? Si les hormones continuent dans ce sens là, on se demande qu’en sera leur troisième album. Un mélange des deux premiers seraient quand même le tip du top.

« Girl In Love »: à partir de la première minute, le ressenti des côtes américaines, ou la chute des côtes américaines.

Dye It Blonde, dans les bacs depuis le 18 janvier 2011.

Pochette de leur dernier album, "Dye It Blonde"

By Caroline

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s