Concerts/Festival

Prix du Live le plus cool: Eels sème son fresh felling à Rock en Seine

Si on m’avait dit au début de l’été qu’enfin je pourrai assister à un de leurs concerts, je n’y aurai jamais cru.

Et voilà qu’en cette fin août, je me retrouve à Paris au festival Rock en Seine rien que pour Eels, ce fameux groupe de rock alternatif américain mené d’une main de maître par le talentueux Mark Oliver Everett, plus connu sous le nom de E.

Dernière date française dans leur agenda, pas question de les rater encore une fois. Ils avaient déjà fait un premier stop à Paris au Trianon, en avril dernier, avant de poser leurs étuis à guitares au Cabaret vert festival de Charleville-Mézières ainsi qu’au Woodstower festival de Vaux-en-Velay. Dernier stop donc: Rock en Seine. Presque 5 heures de train pour voir E, ce songwriter sorti de l’ombre voilà maintenant 18 ans. Car ce fut très dur pour ce génie, multi–instrumentiste, d’accéder à la notoriété, largement méritée à présent. Il était donc inévitable de les saluer et de pouvoir enfin faire partie de leur public. Marre d’écouter leur énergie musicale à travers un casque ou depuis un poste de télé.

Ce groupe me berce depuis leur naissance. Avec ce concert, il ne peut que m’enterrer  dans la joie et la bonne humeur. Je quitte donc mon joli soleil du sud pour la vilaine pluie parisienne en ce dimanche 25 août. Concert prévu à 17h45. Pas une seconde de retard. Le live commence donc pile à l’heure sur la grande scène du festival. La pelouse est bien remplie mais ce n’est pas non plus la cohue. Pour la cohue, il faudra attendre le concert de System of a Down, le soir même.

Et voilà qu’arrive une bande de quatre barbus. Dress code : Jogging et veste 100% Adidas bleu marine à rayures blanches et les fameuses baskets Gazelle qui vont avec. Batteur, guitaristes et bassiste prennent place et ouvrent la marche à un Mr E semblant sortir de son jogging matinal, un bandeau dans les cheveux assorti à sa tenue. Tous portent des lunettes noires de peur d’avoir les yeux abîmes par le soleil parisien. La bonne blague… Leur world tour 2013 étant bien articulé autour de démonstrations « guitaristiques », c’est tout naturellement que le concert commence sur une mini intro du style « présentation de nos guitares ». Mr E les rejoint sur scène et ouvre le bal avec le  fameux «Cancer for the cure». La présentation du groupe, ce sera pour plus tard et on rigolera bien.

Ils ne joueront qu’une heure. Organisation millimétrée du festival oblige. Pendant cette petite heure donc, le groupe va se balader d’album en album. Nous aurons donc droit à un large éventail de leur discographie. Aucun album ne sera épargné excepté End Times. Bizarrement, il s’attardera sur plusieurs morceaux de Hombre Lobo, leur opus de 2009. Du single « Prizefighter » à « Fresh blood » en passant par « Tremendous Dynamite », Eels se plaisent à passer d’une ambiance joyeuse à une ambiance plus dark comme sur « Fresh Blood » durant laquelle nous avons eu droit à une sympathique démonstration de cri de loup garou de Mr E.

Eels_©VICTOR PICON

Eels_©VICTOR PICON

Par contre quand ils s’attaquent à des morceaux de leur dernier album Wonderful Glorious, la mise en scène est complètement différente. Sur «Kinda Fuzzy» par exemple, Mr E joue la comédie et se prend quasiment pour un gorille, points fermés à se frapper la poitrine pour donner le tempo. Et à la fin du morceau, direction les membres de sa « famille » pour un câlin…

Puis entre «Peach Blossom» et autres «Wonderful Glorious», le groupe nous balance un «Fresh felling» (que nous avons bien ressenti sous le crachin parisien) méconnaissable. D’habitude assez mélodieux à l’écoute de l’album ou lors de certaines prestations live, c’est ici une version plus sèche que Eels nous livre, orchestrée par les guitares et non par les violons et violoncelles auxquels nous étions habitués. En même temps, ils ne sont pas venus avec tout leur attirail. Ils n’occupent d’ailleurs qu’une petite partie de la scène. Même pas eu le temps de répéter. Peu importe, ils essayent, expérimentent, improvisent et nous, on passe un bon moment. On va même jusqu’à en rire.  Comme par exemple, quand Mr E vocalise sur le morceau «That love you give that guy», il se plaît à changer les paroles en nous introduisant un petit « looking at right E» lors du refrain. Petit blagueur.

Mais le plus drôle restait à venir, car il fallait bien faire les présentations… Mr E présente tour à tour chacun de ses compères et les laissant s’essayer à un petit solo. Nouveau petit câlin au passage. Puis quand vient le tour de Mr E, ses musiciens entament une version revisitée du tube «Let it Be» des Beatles, qui devient tout naturellement «Let it E». Le public suit en cœur et pousse la chansonnette. Mr E est conquis. Et moi aussi.. Surtout que la fin approche. E nous annonce qu’il n’a apparemment pas le temps de faire les  deux chansons restantes de sa Setlist. Mais il a une idée et son clan le suit : le mix «My Beloved monster/ Mr E’s beautiful blues» est juste parfait pour clôturer ce live. Un petit clin d’œil aux débuts du groupe, que demander de mieux en guise de fin ? Après un câlin collectif entre les membres, le groupe quitte la scène. J’en aurai bien demandé encore un peu.

Au terme d’une prestation très décontractée, menée par ce talentueux bonhomme qu’est Mark Oliver Everett, je reste néanmoins sur ma faim. Pour une première, le groupe méritait largement que je leur consacre une « vraie » soirée, leur soirée, et non à l’occasion d’un festival, pour apprécier au mieux leur superbe univers musical teinté d’ombres et de lumières. Ce set n’était qu’une mise en bouche. Next stop lors de leur prochaine tournée en France. Mais quand ? Seul Mr E le décidera.

Set list:

Cancer for the Cure

Kinda Fuzzy

Open My Present

Oh Well

(Fleetwood Mac cover)

Tremendous Dynamite

Dirty Girl

Peach Blossom

Prizefighter

Fresh Feeling

Fresh Blood

That Look You Give That Guy

Let it Be – Let it E

Go Knuckles!

Souljacker, Part I

Wonderful, Glorious

My Beloved Monster / Mr. E’s Beautiful Blues

By Sabrina Cirillo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s