Edito de la semaine

L’Edito du Lundi

111111

Hier nous étions lundi et d’habitude nous publions un édito ce jour-là… sauf hier. Quelques-uns l’attendaient ( si si ils existent, ils sont peu, mais ils existent). Seulement voilà un événement presque indépendant de ma volonté est arrivé ce week-end et a indubitablement conduit à cette situation. Le Cat Power. Pas de méprise, je ne suis pas en train de vous dire que Chan Marshall vient d’emménager chez moi, j’aurais bien voulu mais ma femme n’était pas d’accord la dernière fois que j’ai fait un check. Je vous raconte l’histoire depuis le début si vous le voulez bien, car c’est une histoire musicale illustrée.

Samedi soir nous étions invités à une soirée fruits de mer-raclette. Ne me demandez pas comment on fait pour mélanger les deux je me suis arrêté aux premiers qui étaient d’ailleurs très bons il faut le dire. Une de mes particularités dans les soirées c’est qu’à un moment, les boissons alcoolisées aidant, vous avez l’impression que je suis avec vous, bien straight car je parle normalement, je raisonne normalement, mais je n’y suis plus. Je suis parti. Pouf! Ailleurs. Et le lendemain je ne me souviens pas d’une grosse partie de la soirée passée. Mon esprit laisse mon corps gérer et s’envole vers d’autres ailleurs où il croise constellations et météores, traverse des nébuleuses et des géantes gazeuses…

Et c’est comme ça qu’on se réveille un dimanche matin avec un joli petit chaton tigré dans les bras, au lit, les affaires bien pliées sur le fauteuil de la chambre, la montre et la clope électronique rangées au millimètre près à l’endroit habituel. Bref, tout est en place sauf… le chat. Et c’est là qu’intervient le Cat Power.

Comment ne pas fondre et donner tout son temps à ce petit morceau de barbaque qui vous regarde avec ses petits yeux tout ronds avec des miaulements qui ressemblent à des questions… Durant deux bons mois on a essayé par tous les moyens, y compris l’hypnose, l’acupuncture, la suggestion, la prise d’otage  de me refiler un Diamond Dogs,  chiot certes mais je n’étais pas prêt, en ayant perdu un assez unique il y a peu.

C’est ainsi que durant ces deux derniers jours j’ai dû faire l’éducation musicale de Churchill (comme le célèbre festival aoûtien tchèque ou alors comme le groupe alternatif fondé à Denver par Tim Bruns et Mike Morter.) et zapper le lundi, l’Edito, le PdR, bref… tout.

Churchill est une fille. Oui, avec un nom comme ça, difficile de s’en douter mais c’est comme ça. Je ne devais pas être tout à fait rentré du secteur de GRB 090429B  lorsque je l’ai baptisé. Pour ceux qui auraient la flemme de chercher, GRB 090429B  est l’étoile la plus éloignée de la Terre, découverte en 2009 et morte aussitôt… (histoire passionnante si vous aimez l’astronomie soit-dit en passant…). Nous nous sommes donc installés tranquillement devant la platine et j’ai passé les disques qu’il fallait absolument qu’elle écoute. J’ai bien-entendu commencé par un pressage allemand de Ziggy Stardust, vinyle blanc immaculé, un peu comme la culture musicale de Churchill. On s’est passé Life on Mars, peut-être pour lui faire comprendre que lorsque j’ai dit oui pour un chat, mon esprit devait être loin… très loin. En même temps, Bowie c’était la base à lui donner pour comprendre et appréhender tout ce que l’on entend aujourd’hui. Ce gars-là a tout fait avant tout le monde, ou presque.

Je lui ai passé un peu de Lloyd Cole & The Commotions aussi avec Lost Weekend, peut-être pour en rajouter une couche sur mon état de Samedi dernier et me trouver une excuse d’avoir cédé à l’évocation lointaine que nous pourrions ramener un chat à la maison…

On en est arrivé assez naturellement à se passer un premier pressage  d’Echo & The Bunnymen : Songs to Learn & Sing. Je ne pouvais pas rêver mieux si je voulais qu’elle finisse par faire les chœurs. Deux ou trois miaulements bien placés m’ont montré qu’elle avait bien aimé The Killing Moon, enfin je crois…

Il faudra que je lui fasse voir Donnie Darko et The Lost Boys mais chaque chose en son temps. En cherchant un peu je trouve dans mes vinyles une version rare  des Smiths. Une galette blanche marbré de vert me rappelant les sorbets citron-Jet 27. Encore un pressage allemand. C’était Shoplifters of the World mais je lui ai fait écouter half a person sur la face deux car avant elle, je n’étais que la moitié de moi-même:

Et puis comment ne pas lui faire écouter ça et faire d’une pierre deux coups, la pochette étant une photo noir et blanc d’Elvis, cela m’a permis de lui expliquer un peu plus l’histoire du rock. On a ensuite attaqué le double live de Jeff Buckley, Mystery White Boy qui, pour ses treize ans, se porte bien. What Will You Say remplissait ainsi la pièce, je me demandais ce qu’elle allait dire mais elle se contentait de ronronner tranquillement. Au moins ça ne lui déplaisait pas. Ça aurait pu être un casus belli entre nous.

Place à Leonard Cohen et son Songs from a Room en pressage original de 1969. On s’est écouté Like a Bird on a Wire parce que ça m’a fait penser à sa fragilité. Puis nous sommes passé au double live des Who en se replongeant au temps des Mods.

Je sautais sur une petite série limité de Keaton Henson (rien à voir avec les frères Hanson… non je dis ça parce que j’en connais… ‘fin bref…) avec son vinyle qui ressemble à un gâteau d’anniversaire. C’est l’album Birthdays et on a posé nos oreilles sur You, et je peux vous dire que ses oreilles sont grandes… de vraies antennes !

Nous avons terminé gentillement sur un 12″ collector single de Stay Together de Suede pour bien lui faire comprendre qu’à partir de maintenant ce serait à la vie, à la mort:

Oh bien-sûr j’aurais pu lui passer cette réédition du Velvet Underground que j’aime beaucoup, ce Neil Young qui traîne en fin de pile, ce 12″ introuvable de nos jour qu’est Time is Like a Dream de Morrissey en duo avec Siouxsie ou encore ce magnifique double vinyle de Nick Cave en live à KCRW, mais on a encore du temps elle et moi, il ne faut pas aller trop vite.

Voyez comme une vie peut tourner autour de la musique… Bientôt je l’emmènerai pogoter. En attendant nous nous sommes tout de même penchés sur les sorties actuelles et avons repéré quelques petites choses sympas. Je vous avais déjà parlé des sorties de Warpaint et de Mogwai dans un édito précédent, je ne reviendrai pas dessus. On commence donc par Damien Jurado et son Brothers and Sisters of the  Eternal Son. Jurado avait quitté Sub pop en 2002 pour signer avec Secretely Canadian, (alors qu’il est bien américain je vous rassure) et cela a l’air de lui convenir puisqu’il sort son huitième Lp sous ce label :

A noter que David Yow, ancien Jesus Lizard et vu parfois sur scène aux côtés des Girls Against Boys ces dernières années, sort Tonight You Look Like a Spider et son teaser est assez sympa, même si on n’entend pas beaucoup ce dont il sera question réellement sur l’album… mais je ne vous grille pas la chute sinon c’est con :

One Little Indian, le label  qui a produit entre autres Björk, Queen Adreena, Skunk Anansie ou encore The Twilight Singers, produit également Marc Carroll et hier ils ont ressorti tous ses albums remasterisés et c’est assez sympa pour flâner…

Tout comme le folk alternatif du canadien Doug Paisley qui sort ces jours-ci son troisième album, Strong Feelings :

Pour finir on va vous la faire à l’envers : Qu’est-ce qui craint dans les sorties de ces prochains jours ? Et bien j’ai trouvé un clip qui, je l’avoue, m’a fait hurler de rire tellement il est cliché… C’est  Shine de Transatlantic… Je ne peux absolument pas m’empêcher de vous le mettre car il vaut le détour :

Là-dessus, je vous souhaite une excellente semaine qui sera ponctuée d’une interview d’un groupe français très sympa (The Great Artiste) ainsi que d’un live report de Gatha dont un de nos rédacteur est tombé… est tombé. Point. Sinon je risque d’avoir des problèmes avec sa copine et vu qu’elle est plus grande que moi, je vais éviter…

Greg Pinaud-Plazanet Feat. Churchill

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s