Edito de la semaine

L’Edito du Lundi

111111

Salut à tous en ce merveilleux Lundi ! Content de reprendre avec vous une nouvelle semaine, de découvrir les sorties, les concerts et tout ce qu’une belle fin de Septembre peut nous offrir. Ok, je la joue un poil forcée car je ne veux pas que votre tête se dévisse au premier coup de la fameuse batte de Baseball du Lundi ! Ben oui ! Qui va nous lire le reste de la semaine ? Hein ?

Je vais commencer par vous raconter mon weekend… non, rassurez vous je ne suis pas fan des cultes de la personnalité, je sais très bien que vous vous foutez royalement (et vous auriez raison !) de ce que j’ai bien pu manger Samedi soir. Non non, même si un édito permet de s’éloigner du sujet traité par ailleurs dans le webzine, restons dans le monde de la musique… Samedi soir donc, j’ai mangé une sala….. Pardon, c’est plus fort que moi… Bref, le contexte en deux mots: Invité chez un pote à bouffer, dans une bourgade improbable du fin fond du Tarn (très jolie région par ailleurs), là, au milieu de nulle part donc (en même temps dans le Tarn la place ce n’est pas ce qui manque et l’on se retrouve très vite au milieu de nulle part, y compris lorsque vous ressortez des toilettes en manquant le virage pour revenir dans le salon…) il y a un rassemblement de bikers et de gros V8 américains. Des Dodges Charger (les frères Duke n’étaient pourtant pas présents sur le site, dommage j’aimais bien Catherine Bach dans le rôle de Daisy moi… à l’époque quoi…) les incontournables Pick-Up RAM ou encore des Cadillacs sans oublier les Ford Mustang. Mais le plus intéressant pour ma part furent les Hot Rods, ces trucs bizarres construits sur des bases diverses et variées allant de la Ford T des années 20 (1920… Oui, je suis du siècle dernier mais je n’ai pas connu cette époque même si certains veulent me le faire croire… mais pas d’inquiétude, je ne prends pas leurs putains de pilules vertes…) à la Citroën C4… Oui, ça m’a surpris aussi.

photo

Bien-entendu, la fête n’aurait eu aucun intérêt réel si le thème n’avait pas été le Rockabilly. Quoique si certains participants avaient vraiment les manches courtes de leur chemisette retournées et leur ourlets de jeans bien faits, les cheveux gominés dans des coupes années 50-60 avec rouflaquettes assorties, le concert prévu le soir n’avait pour autant aucun relent de ces années-là et s’est borné à faire du bon gros rock à la Deep Purple et à la ACDC ramenant ainsi des couleurs plus 70’s. Et honnêtement ? Les gars s’en sortaient vraiment très bien. La voix du chanteur nous faisait penser à un caméléon (je ne sais pas s’il s’appelait Léon et s’il était sous l’emprise d’une drogue quelconque, ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit). passant d’une voix à la Brian Johnson à celle d’un Ian Gillan sans même sourciller mais entre deux bouffées de cigarette électronique. C’est là que l’on voit que le Rock est intemporel mais qu’il a bien changé tout de même.

Assez parlé du week-end qui je l’espère, fut bon pour tout le monde et voyons un peu ce que la semaine nous prépare car aujourd’hui déjà nous avons droit à la réédition des 20 ans d’In Utero de Nirvana… Et oui, déjà… ça fait mal hein ? Si vous avez besoin de vous dégourdir les guibolles après avoir pris ce Scud en pleine face, vous n’avez qu’à tendre la main vers votre droite pour attraper votre canne ou simplement desserrer le frein à main de votre fauteuil si vous voulez allez faire un tour de roue ou deux… Moi personnellement je vote pour le fauteuil, il est d’ailleurs commandé.

Outre cela, nous aurons droit dès demain à un live acoustique des Skunk Anansie (formé en 1994), si vous savez ! Ce groupe découvert durant la projection du film Strange Days (1995)… Une tuerie. Les deux d’ailleurs. Ce groupe a bien cartonné sur ses deux premiers Lp, un peu moins ensuite et puis s’est éteint en même temps que s’allumait la petite lueur de la carrière solo de Skin, la chanteuse de Skunk. Mais demain c’est aussi le jour de sortie de Mechanical Bull, le dernier des biens nés Kings of Leon (encore une histoire de Léon…)! Ces petits américain formés tout de même en 1999 autour de la famille Followill a toujours fait de la musique de qualité et j’attends de pouvoir poser mon oreille sur leur galette.

Evénement également le dernier Mazzy Star… Ben oui… Leur retour sur les scènes de festival en 2012 leur a donné envie de reprendre le chemin des studios et cela donne Season Of Your Days. Qui n’a pas eu d’émois en écoutant « Fade into You » (oui ok, en regardant Hope Sandoval aussi…)… ou pleuré en posant ses oreilles sur « Into Dust » qui avait rendu si humaine cette bande annonce de Gear of War (http://www.youtube.com/watch?v=AWD3sAs2mZA). Et pour rendre ce jeu humain… fallait y aller ! Le single « California » que l’on peut entendre déjà depuis quelques temps promet un Lp dans la continuité de leur travail précédent et moi je dis… tant mieux ! Allez, je range mes kleenex…

Nous aurons aussi droit cette semaine aux Future Splendors de BrotherTiger et leur electropop planante stylée fin vingtième siècle. Pour rester dans l’electro Schneider TM, auteur remarqué d’un cover des Smiths en 2000, que personnellement j’ai vraiment adoré, sort cette semaine Guitar Sounds. Dirk Dresselhaus, l’homme derrière les machines est pour moi un génie méconnu. j’aime les ambiances qu’il crée (http://www.youtube.com/watch?v=hG0nFihXZDU) même si l’on peut se demander ce que cela a vraiment à voir avec le rock en définitif à part son côté alternatif.

Il y a quelques autres sorties en vrac comme Lost de Trentmoller ou encore Au Revoir Simone qui nous livre son Move In Spectrum, mais je vous le dis, rien de bien affolant non plus. Le plus sympa à mon sens sera sans doute le They Are Nothing Without Us de Cian Ciaràn.

Signalons tout de même qu’à la toute fin du mois sortira le prochain Lp d’ Agnes Obel: Aventine que j’attends pour ma part de façon très impatiente. Cette danoise émigrée à Berlin n’avait pas sorti d’album depuis Philharmonics en 2010 et honnêtement sa voix et ses orchestrations m’ont manqué ces trois dernières années. Un peu comme si on m’avait présenté des fraises sans chantilly quoi.

Cette semaine, outre un article à paraître demain sur  Matthew E. White, nous planchons de notre côté sur la Playlist qui sortira le 28 Septembre sur le thème Eighties But Goodies… Et oui, une semaine définitivement aux couleurs du siècle dernier… Comme quoi…  Moi demain, c’est Live de Connan Mockasin (https://lepeupledurock.wordpress.com/2011/07/18/connan-mockasin-entre-fantaisie-et-realite/) au Connexion , à Toulouse, attendez vous donc à un Live report sous peu et si vous me croisez… et bien vous ne le saurez pas.

Allez, bonne semaine !

By Greg Pinaud-Plazanet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s