Festival

Le Kick Off Day 1: Histoire d’un mini festival

Jamais entendu parler me direz vous? Rien de plus normal vous répondrais-je, car c’était le premier qui s’est déroulé à Saint-Magne (Gironde) le week-end du 31 Aout et 1er septembre 2013 dans le stade. Premier, pas vraiment en fait, c’est en vérité le quatrième mais le festival n’existait pas sous ce nom là avant. Pourquoi alors ce changement (vous êtes décidément plein de questions…) ? Retraçons un court historique du « Pourquoi  et comment fait-on un festival dans un village du sud Gironde ? ».

Tout part de l’initiative de deux hommes : Gilles Castagnet et Loïc Dubos, tous deux se rejoignant sur l’esprit que devrait avoir ce type d’entreprise. Gilles Castagnet est bien connu dans la commune de Saint-Magne mais pas que… Ce président du club de football américain « Les Sangliers de Saint Magne » (franchement rien qu’au nom on n’a pas trop envie de se trouver sur leur chemin) se trouve aussi être l’organisateur du festival printanier « Zik’A Ripaille » (mois de mai) à Saint-Magne toujours, et cela contribue à le faire connaitre dans le milieu musical.

Comment vous ne connaissez pas « Zik’A Ripaille » ? On en parle un peu plus bas mais revenons à notre mouton. Ce festival donc (Kick Off Day) est à l’origine pour financer le club de Football américain… Mais quand on côtoie un peu Gilles c’est une fine excuse pour faire partager ses passions : la moto, la musique et les vieilles bagnoles. Absent l’an dernier, le festival revient cette année sous son nouveau nom et une toute nouvelle dimension. Sont toujours présentes les vieilles bagnoles en tout genres, allant de la BUICK de 56 à la DeLorean du film  « Retour vers le futur » mais sans l’induction subatomique exponentiellement boostée par les déchets alimentaires et surtout sans…. Le convecteur spatio-temporel bien sûr !! (Cela demandait bien trop d’autorisations préfectorales)

Au Kick Off Day il y ‘a aussi des motos, de la Shadow aux multiples modèles de Harley Davidson, les bikers et passionnés qui les accompagnent, plus des stands de vêtements, de tatouages (pour informations diverses et tatouage sur place si le rendez-vous a été pris avant en boutique bien sûr, il ne s’agit pas de se faire tatouer par n’importe qui n’importe où), de l’artisanat en tous genres, bien sûr il y a aussi l’incontournable  coin buvette et  barbecue sans lesquels un festival devient vite le désert de la soif et de la faim.

Des activités telles que des balades en motos ou auto sont toujours organisées pour ceux voulant monter en passagers dans les véhicules  de rêves, des démonstrations de foot américain et jeux en tous genres pour les petits et grands dont le lancé de fût de bière qui a fait des émules!!

Ce dernier à relativement bien fonctionné et à collé à l’esprit du festival tourné rock, bikers et déconne en tout genre, chacun y allant de sa manière très personnelle de lancer un fût de bière vide (ben oui vous ne vouliez pas que l’on gâche le précieux nectar tout de même, à défaut de le secouer dans tous les sens et de le faire tomber malencontreusement sur la valve, ce qui aurait eu pour effet d’obtenir un cratère de 350km de large !  Avec vos bonnes idées on a perdu le sud-ouest là, vous êtes contents ?)
Même les membres de certains groupes s’y sont lancés comme Cyril d’ In Wonderland et de Cloud Nine présents sur les plages horaires des scènes ouvertes et Mickey des (The) Velvet Calling en concert le second jour.

Scènes ouvertes. C’est justement un des changements opérés pour cette édition et qui nous fait en parler sur le Peuple du Rock. Sur la première journée on a pu voir Cloud Nine  sur scène,  duo folk entre une chanteuse à la voix douce et mélodieuse et son guitariste aux élans dynamiques nous offrant un set de reprises retravaillées par leurs soins. Il y avait aussi In Wonderland, petit groupe folk  composé de deux guitares et d’une chanteuse. Puis sont venus les Ugly Space Dogs et leur rock garage.

Ugly Space Dogs      Photo @Jason Pinaud

Ugly Space Dogs Photo @Jason Pinaud

L’autre grand changement de cette édition c’est qu’au lieu du concert de fin de soirée des autres années, c’est désormais une scène programmée toute la journée où se sont succédés le samedi après-midi  Bostemod (Rock garage), Cachemyre (rock Garage) qui a fait son effet car mené par trois lycéens, dont deux filles (batteuse et basse/chant).Ce petit groupe de « jeunes » semblait être tout timide… avant d’enclencher les premières notes de leur set. Une guitare d’où sortait des riffs de fou, et une mignonne petite chanteuse qui après avoir collé ses premiers riffs bien puissants sur sa basse nous a tous littéralement scotchés par sa voix puissante et limpide tant est si bien que la foule a commencé à se rapprocher pour écouter ce petit groupe et leurs compos dont on entendra à mon avis parler sur la scène rock bordelaise dans les années à venir.

Le top de cette première journée était pour moi la présence scénique et le répertoire de Mad Men’s Club  (heavy Rock).

Mad Men’s Club

Mad Men’s Club

Groupe  de quadras surexcités, mêlant riffs, compos (me rappelant le dernier concert de Pearl jam) et présence scénique incroyable. Un concert juste parfait à mon goût et à ceux de beaucoup aux vues des gens rassemblés et de l’accueil qui leur a été fait. Une grosse découverte pour moi et une bonne.

Pendant que les enfants jouaient sur le terrain de rugby à se lancer des ballons et que le barbecue s’éteignait petit à petit,  Redssence  nous a gratifié de reprises tirées du Hard Rock des années 70-80 telles que ZZ Top et autres.

Le lendemain c’est EdenVice  (heavy blues) et The Velvet Calling (Rock Pop)  qui ont chauffé la scène. Ces deux groupes sont des habitués des scènes-bars bordelaises. Avec des distos chaudes et des mélodies qui restent dans la tête mais surtout avec un esprit ouvert les Velvet calling  ont fermé avec panache la scène rock du festival (et je ne dis pas ça parce que ce sont mes potes ni à cause de l’enveloppe qu’ils m’ont glissé pour le dire…).

Pour résumer Oui le Kick Off Day c’est un festival qui vaut le coup, ne serait-ce que par son ambiance bon enfant et familiale, mais aussi par sa programmation en partie faite cette année par Jérôme de l’asso One4theroad qui s’occupe notamment d’organiser des concerts groupés sur Bordeaux avec l’association Lestran  et autres (et je ne dis pas ça parce que c’est mon meilleur ami, en plus il a oublié l’enveloppe).
Mené par Gilles Castagnet « l’homme aux multiples projets » , le festival offre à Saint-Magne sa prochaine classification comme Rock Place incontournable de la région. En plus de s’occuper aussi de Zik’A Ripaille, Gilles Castagnet a aussi en projet, avec les assos du coin, de réaménager un local prêté par la municipalité pour ouvrir une salle de répètition et ainsi accueillir des groupes, faire des enregistrements ainsi que d’autres activités musicales.

Pour en revenir à Zik’A Ripaille, c’est un petit festival d’une journée ou quelques bons groupes sympas du cru Bordelais viennent se retrouver pour partager une ou deux scènes, avec en prime des petits salons tatouages, artisanat, massage et expo photo… Le tout dans le parc, sous les pins de la maison familiale de Gilles où lui-même sert de ses mains de maîtres à la buvette ou au barbecue par toute la famille. Un genre de Woodstock organisé où la seule drogue serait  bonne humeur et riffs endiablés, avec des scènes dynamiques et où l’écologie trouve  sa place puisque les sanitaires publiques sont des toilettes sèches et en plus on a l’explication livrée avec.

Saint-Magne petit village d’un peu plus de 1000 habitants, nouveau lieu du Rock Girondin ?  A vous de voir mais ici c’est déjà une destination dont on entend de plus en plus parler et où on ne s’ennuie pas.
Petit conseil toutefois, n’oubliez pas votre anti-moustique car là-bas les moskitos Saint-Magnais (genre de double moustiques entraînés à l’escrime dès leur plus jeune âge) aiment le rock aussi et ne manquent pas un seul festival !!

Allez une dernière pour la route mac Fly.

Photo 006

By Jason Pinaud

5 réflexions sur “Le Kick Off Day 1: Histoire d’un mini festival

  1. Super article sur ce petit festival qui gagne a devenir grand! Petit rectificatif cependant: le groupe folk s appelle Cloud Nine (comme l expression anglophone se traduisant par ‘être au 7eme ciel’), et l association dont fait partie Jérôme est One4theroad (the Velvet Calling étant le nom d un de ses groupes)!
    Longue vie aux kick Off Days, aux zic’, et a vous tous !

  2. très bel hommage à ce festival , étant un des travailleurs de l’ombre de cette réunion , j’apprécie vivement
    merci l’ami et à l’année prochainne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s