Review

Heymoonshaker, l’incroyable mélange du beatbox et du blues

Prenez la voix rauque d’un mec. Il faut qu’elle soit forte, et puissante. Il faut aussi qu’elle soit profonde et qu’elle rappelle le vieux blues des années 40. Si on a l’impression qu’elle vient du fin fond du Tennessee, c’est encore mieux. Affublez ensuite cet individu d’une simple guitare acoustique. Appelez le Andy BaLcon.

Ajoutez ensuite un gars qui manie le beatmouth avec une aisance incroyable.  Qui peut vous imiter des instruments avec une facilité déconcertante. Qui improvisera et accompagnera votre premier personnage dans n’importe quelle chanson. Donnez-lui simplement un micro. Et baptisez le Dave Crowe.

La recette est simple. Le duo improbable est formé. Heymoonshaker va ainsi pouvoir vous accueillir. L’étonnant mélange du beatbox avec le blues peut désarçonner au début. Mais on ne peut que se rendre rapidement compte de la qualité de la musique. Les deux compères possèdent un punch surdimensionné, une énergie et un charisme qui impressionne. Même dans les chansons les plus calmes, qui se rapprochent des balades, comme Devil in mind, tout droit sorti de leur nouvel EP nommé Shakerism.

heymoonshaker

Dave Crowe & Andy BaLcon

Ce qu’il a de bien, quand on écoute cet album, c’est qu’on a vraiment l’impression que leur univers est extrêmement étendu. Chaque musique a sa propre histoire, son propre passé. Ce n’est pas le genre d’album où toutes les musiques se ressemblent et se répètent inlassablement. Bien au contraire.

L’inspiration du blues est omniprésente, grâce au grain de voix d’Andy BaLcon, si distinct et charismatique. Ça s’apprécie comme la vieille musique de Memphis, un peu désordonné, un peu dégueu. Mais avec tellement d’allure, de fierté et de prestance ! Le chanteur crie, il hurle, il gueule même, mais il chante en même temps, ce qui est un don en soi. Il met ses tripes dans son micro, commence à jouer sur sa gratte et le tour est joué. Son acolyte, quant à lui, se joint à lui avec son habileté désarmante. Ce mec a vraiment une boite à rythme à la place de la bouche. Ça apporte une touche contemporaine à l’atmosphère. Cela lui a d’ailleurs d’ores et déjà valu le fait d’être connu sur un certain site internet de partage de vidéo, grâce à ses improvisations folles dans la rue, devant des passants assez interloqués. Si vous n’êtes pas convaincus, allez donc jeter un coup d’œil, je vous assure que vous ne serez pas déçu du voyage.

Leur EP va sortir dans les prochains jours, mais vous pouvez déjà écouter quelques titres sur la toile en fouinant un peu. Je conseille Premature Blues pour vous familiariser avec leur style. Ecoutez les trois parties que l’on vous propose sur Youtube quand vous tapez leur nom. Ça gère, n’est-ce pas ? Passez ensuite à Cream F Feeling afin d’être bien imprégné de l’allure blues old school du CD. Ten Letter Word est aussi incroyable que les autres. Wallet Switcher est sublime grâce à la guitare électrique, je crois qu’à ce niveau-là, ce n’est plus un conseil mais une obligation d’aller écouter ! C’est bien simple, toutes les musiques peuvent plaire. Et aucune n’est en dessous des autres.

Le côté éclectique du groupe se ressent par le simple fait qu’ils multiplient les projets solos tout en étant impliqués dans ce groupe. Basé en Suède mais originaire de Nouvelle Zélande, ces deux talents sont loin d’avoir dévoilé tous leurs talents. Mais on ne s’inquiète pas. Profitons et apprécions simplement leur nouvelle petite bombe. De toute façon, Andy a encore plusieurs cordes à sa guitare.

J’espère sincèrement que vous jetterez un coup d’œil à leur travail car il vaut vraiment le détour, et même s’ils sont encore assez peu connus du grand public, je suis prête à parier qu’ils deviendront un jour une référence dans le monde de la musique. De plus, ils passent régulièrement en France, alors pourquoi se priver d’un si bon son. 2013 ne serait-elle donc pas l’année du renouveau du blues, avec ses nouveautés, sa modernité, sa diversité? Eh, pourquoi pas, on peut toujours espérer bon sang. On y croit. Vraiment très fort.

Pour ceux qui apprécient : The Black Keys, Lightin’ Hopkins, Tom Waits, Arthur H, Johnny Cash, de la bonne musique quoi.

EP Shakerism, disponible à partir du 18 mars 2013.

Site officiel : http://www.heymoonshaker.com/

Page Facebook : https://www.facebook.com/heymoonshaker?fref=ts

By Juliette Goux

Une réflexion sur “Heymoonshaker, l’incroyable mélange du beatbox et du blues

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s