Grands Classiques/Review

-M- : L’adepte des révélations éclectiques

Depuis le 12 Novembre dernier, –M- (Mathieu Chedid) et sa traditionnelle excentricité sont de retour avec l’album «Îl». Il a entamé le 15 Février une tournée printanière dans toute la France. Zoom sur un artiste Made In France bougrement doué.

« Une bonhomie communicative »

Vous le connaissez, le reconnaissez, mais l’écoutez-vous ? Pour -M-, et sa mèche du même nom, il n’existe aucune frontière stylistique, aucune règle à sa musique. Du folk à la pop en passant par le funk, pour lui, rien n’est absurde : -M- est plein de surprises et pour ce nouvel album sa voix désarmante, il s’est aventuré jusqu’au bout du monde (l’album est né sur l’île de la Réunion d’où le jeu de mots sur les îles). Ce cinquième album regorge de nouveautés et son succès ne semble pas faiblir. Tous les ingrédients sont là pour promettre à «Îl» un bel avenir commercial. Pourtant. Pourtant, je ne crevais pas d’impatience. À l’évidence cela ne serait pas une pépite qui m’ensorcellerait les oreilles. Dur pressentiment qui s’est démenti par la suite.

La plupart de ces disques font échos à une grande simplicité, à une bonhomie communicative. On y ressent une poésie non récitée, sans effort, ni douleur. -M- respire la spontanéité. Un tantinet bipolaire, j’ai plus ou moins cerné le personnage, sorte de flou entre le conte et la réalité. Une bouille de Pokémon dans un costume de magicien. Un magicien qui est d’ailleurs bien le seul dans la musique qu’il propose. On ne sait jamais à quoi s’attendre. Ces plus grands tubes me résonnent encore dans la tête, des jolies mélodies forgées de lignes gracieuses et souples, parfois des morceaux filant à toute vitesse, plus nerveux, qui mélange intonations aiguisées et jeux de mots électriques. -M-, si délicatement sensuel, si fougueux, si virevoltant.

Mathieu-Chedid-Il

Pochette de l’album « Îl » (2012)

Et cette fois alors ? Il remet le couvert avec de beaux moments intimistes, il poursuit sa déstructuration des paroles et des mots. Bref, -M- est efficace et s’affirme encore plus qu’auparavant. Il réussit à acquérir cette virtuosité en jouant avec toutes les gammes et en étirant les rythmes. Le mélange est saisissant et la pochette de l’album ne reste qu’un avant goût.

« Un aller-retour entre les styles »

L’album débute avec le titre « Elle ». Véritable coup de cœur. Un duo voix et piano entame ce morceau où l’on y croise lenteurs et immensités. Un brin mélancolique, « Elle » prend enfin du rythme avec l’apparition soudaine d’un folk qui, de façon crescendo, prendra de la puissance tout au long de cette ballade éveillée. Et pour nous ponctuer le tout, M s’illustre dans une course dans les aigus, chose qu’on lui connaissait bien auparavant.

« Mojo », titre phare de l’album, est un morceau nerveux aux différents ingrédients. Mélangeant élégance et joie communicative, on subit une métamorphose qui nous emporte malgré nous dans un rythme fracassant. Obligation de secouer les hanches, de taper du pied et de «se laisser aller» comme le dit -M- dans les paroles de la chanson. Bref, les effets de dopamine se répandent dans nos veines et on imagine déjà la prestation du live qui promet d’être plus que  vitaminé. La chanson s’est déjà incarnée dans un clip coloré où -M-, au delà de se revêtir de ses accessoires extra-terrestre, dégage tout de même un certain sex-appeal. Il en va de même avec «Faîtes moi souffrir», où Monsieur Chedid laisse entièrement place à -M-, son alter-égo déjanté. Et gare à vous le titre n’évoque pas plaintes et amertume, un cocktail rock’n’roll gît derrière les gimmicks de guitares !

Matthieu-Chedid-620x350

Matthieu Chedid (-M-)

A travers cet album, si on tend l’oreille, on peut capter toutes les petites merveilles qui s’y cachent. -M- nous fait subir ses variations d’humeur et ses envolées sauvages. Derrière ces titres énigmatiques, on ne ressort pas totalement indemne. Chaque morceau prend du sens au fil des minutes, les rythmes se saccadent, les solos s’émancipent : l’aller-retour entre les styles est la véritable richesse de cet album.

Avec d’autres morceaux comme « Machine » -M- nous offre un voyage intérieur où le temps semble suspendu, nous nous pourrions presque croire que nous sommes à la frontière du narcotique et du lugubre. Mais nous sommes pourtant à des années lumières des impressions de soporifique. Avec agilité, -M- se révèle avec bonheur dans des compositions insoupçonnées. Nous l’aurons compris, il excelle dans le paradoxe des styles.

Pour une novice du genre Chedid, je l’admets, « Je dis aime » à l’éternel renouvellement de ce virtuose des genres.

By Manon Chauvin

Une réflexion sur “-M- : L’adepte des révélations éclectiques

  1. Une vague d’adjectifs percutants pour définir un nouvel album qui semble très prometteur ! M, ce bonhomme éclectRique venu d’une autre planète, a apparemment encore beaucoup d’énergie à revendre caché derrière sa mèche et sa guitare… Dommage que les Victoires de la Musique cette année aient plutôt profité aux quatre platinistes Nantais, le fils Chedid méritait tout autant une (des) récompense(s)… Sans rancune ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s