Concerts

The Gaslight Anthem, La Cigale, le 4 novembre 2012

La bande à Brian Fallon sort en 2012 un album explosif, Handwritten, produit par une personne qu’on ne présente plus: Brendan O’Brien. Il a notamment produit AC/DC ou peut-être une des plus grandes influences de Fallon: Bruce Springsteen. On sent réellement la filiation avec ce dernier puisque le groupe vient également du New Jersey, et  écrit des textes profonds sur la vie dans un état semblant plutôt à part des autres. The Gaslight Anthem tend à se placer dans la continuité d’un «heartland rock» institué par Springsteen ou Tom Petty, agrémenté d’influences Punk comme les Clash ou les Misfits.

J’ai découvert l’existence de ce groupe en voyant le duo de Fallon avec Springsteen lors du concert de ce dernier à Hyde Park en 2009 (un DVD en avait été tiré), où ils interprétaient «No Surrender», avec un Fallon rivalisant vocalement avec le Boss. D’où une envie d’en savoir plus sur Fallon et son groupe. Je n’ai pas écouté le premier album mais seulement les deux suivants et on sent un réel potentiel dans cette formation, qui délivre un rock puissant agrémenté de textes réalistes. J’ai écouté en boucle ce nouvel album, à la production plus soignée, avec des titres auxquels on ne peut pas s’empêcher d’accrocher : «45’»,«Here Comes my Man», «Mae» ou le très calme «National Anthem». Ce disque marque sans doute une certaine maturité chez le groupe. Il restait alors à vérifier ça sur scène.

the_gaslight_anthem

The Gaslight Anthem © Adam Smith

Le groupe s’est très peu produit en France et ce soir-là, à La Cigale, ce sont bien eux les têtes d’affiche. Je passerai très vite sur les Blood Red Shoes, qui assuraient la première partie. Il y a une très belle énergie et complicité entre les 2 membres du groupe mais je n’ai pas vraiment accroché musicalement.

Pour la prestation des Gaslight, de nombreux titres ont été joués, une vingtaine au total. Beaucoup de titres du nouvel album ainsi que de The ’59 sound  mais je trouve que l’album American Slang, pourtant très bon, a globalement été passé sous silence, c’est fort regrettable.

Il est aussi à noter que La Cigale n’était qu’à moitié remplie pour ce concert, malheureusement le groupe n’est pas encore assez populaire en France et c’est vraiment dommage. Ainsi, l’étage de la salle n’a pas été ouvert, je pense que La Maroquinerie aurait été une salle plus adéquate. L’éclairage de la scène était assez pitoyable et faible, et le son était souvent trop brouillon. Heureusement, le groupe était content d’être là, le public réceptif, ce qui a sans doute surpris le groupe, notamment sur «Here comes my Man» où Fallon laisse au public le soin de chanter une partie du refrain.

J’ai découvert des morceaux plus anciens que je ne connaissais pas et je n’ai pas été déçu, le songwriting de Fallon se marie à merveille avec des rythmes qui peuvent être entraînants ou plutôt apaisés par moment. Le groupe est vraiment à l’aise sur scène, Fallon est très bavard sur scène, et malgré tous les problèmes évoqués, ce fut un très bon moment d’autant que le groupe renvoie bien l’énergie qui se dégage de ses albums. The Gaslight Anthem est incontestablement un groupe à suivre en dépit de sa popularité plutôt confidentielle dans l’hexagone.

By Boris Fiaudrin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s