Festival Bring The Noise

Festival Bring The Noise 2012 : une deuxième soirée toute en puissance

Amis du rock, il est temps de parler métal, car le 9 décembre dernier, un peu avant la fin du monde annoncée, a eu lieu une soirée à ne pas rater lorsque l’on en est amateur. Pour la troisième année consécutive, la radio OÜI FM a reconduit le festival Bring The Noise (tiré de l’émission du même nom), série de concerts privés sur invitation se déroulant sur trois soirs. J’ai eu la chance d’obtenir la mienne pour la deuxième soirée de l’édition 2012.

C’est donc dans un Divan du Monde plein à craquer que sont venus jouer les trois groupes français The Rise Of The Northstar, The ARRS et Mass Hysteria, pour un show exceptionnel à faire trembler les murs. Sur place, on aura croisé de nombreuses personnalités du milieu métal/alternative-rock : les animateurs de l’émission bien sûr, mais aussi des artistes, photographes, techniciens, voire les membres des groupes eux-mêmes, toujours très accessibles. C’est un peu la soirée VIP du métal.

The Rise Of The North Star

Rise Of The Northstar

Le concert s’ouvre avec The Rise Of The Northstar, groupe de hardcore formé en 1984 par des parisiens amoureux de culture japonaise. Dès le début, le public est emballé. Les pogos ne se feront d’ailleurs pas attendre. Au chant, Vithia est agressif, mélangeant harmonieusement rap et hardcore. La musique est parfaitement exécutée, la batterie cogne et les riffs sont sans faute.

A l’image du public, les membres du groupe ne tiennent pas en place, et ocuppent entièrement le peu d’espace qu’ils ont sur scène. L’énergie est débordante. Le chanteur nous expliquera même l’origine de certains morceaux, comme « Phoenix« , dédié aux victimes de Fukushima. Même si le set est court (30 minutes seulement), je reste impressionnée par cette intensité. Le début de soirée est plus que réussi.

Un court entracte et c’est au tour de The ARRS d’entrer en scène. Le concert n’a pas commencé, et l’on sent déjà les musiciens prêts à tout donner, tout comme le public chez qui la tension monte déjà. Visiblement, certaines personnes dans la salle savent déjà à quoi s’attendre. Et on ne sera, comme toujours, pas déçu. Le charismatique chanteur Nico arrive à son tour, et dès les premières notes, c’est l’explosion. Le groupe, toujours meilleur tant techniquement que scéniquement, ne subit aucune baisse de régime. Et le public non plus. Entre circle pits, wall of death, et slams depuis le balcon de la salle, l’ambiance est telle que le chanteur descendra dans la fosse pour la fin du set.

Avec beaucoup de morceaux du dernier album, la setlist d’une heure environ a ravi aussi les fans de plus longue date, avec le désormais classique « Héros/Assassin » ou le dernier morceau de la soirée, « Passion« , datant du premier EP du groupe.

MassHysteria_Live2012

Mass Hysteria © Mathieu Ezan

C’est enfin au tour de la tête d’affiche de la soirée, les très attendus Mass Hysteria, de venir cloturer le spectacle. La puissance de leur métal industriel mettra là encore le feu parmi le pulic. Le premier morceau « Positif A Bloc » commence à peine, et le public se déchaîne plus que jamais. Sur scène, les musiciens offrent une prestation exceptionnelle, et ce malgré la blessure à la jambe du chanteur Mouss. Outre le spectacle visuel, la technique est plus qu’au rendez-vous. Le rythme est précis, et les riffs sont puissants. On notera au passage que Vincent, ayant récemment rejoint le groupe, n’a aucun mal à faire en sorte que sa basse s’intègre parfaitement dans les morceaux. Côté ambiance, la relation musiciens-public est chaleureuse. Mouss ne manque pas de s’adresser à nous, comme lorsqu’il plaisante sur sa blessure, ou encore sur le batteur Raphaël ayant détruit un charley. Mais au delà de cela, on retiendra de nombreuses phrases qu’on ne peut qu’approuver, « Quand vous êtes à un concert, vous n’êtes pas devant la télé », ou « Vous êtes des résistants par la culture », par exemple.

Au final, on ne cesse de saluer la performance du groupe, et malgré un set ayant duré près de deux heures, on n’a pas envie de quitter la salle.

C’est donc une excellente soirée que l’on a passé au Divan du Monde, et on ne peut qu’attendre la prochaine édition du festival avec impatience.

Vous pouvez retrouver l’émission Bring The Noise sur OÜI FM du lundi au vendredi de 23h à 2h et le dimanche de 22h à 2h.

By Kelly Le Guen

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s