Amy Macdonald

Amy Macdonald : à consommer sans modération

Pochette de l'album "A Curious Thing"

A l’âge de 16 ans, l’écossaise Amy Macdonald écrit sa première chanson : « This Is The Life », qui la fera connaitre par la suite. En 2007 sort son premier album du même nom, avec trois morceaux devenus maintenant assez populaire : Mr Rock & Roll , L.A. , et Run.

Début 2010, elle sort son deuxième album, A Curious Thing. Le premier morceau, « Don’t Tell Me That It’s Over », est devenu le premier single et a rencontré un franc succès. Je vous parle d’elle car ce dernier album me plait beaucoup. Une jolie voix, des instruments discrets, de bonnes balades,  le kit est au complet pour un bon album de folk/pop.

Les influences, il y en a beaucoup certes, mais elle parvient avec ces vieilles influences à nous fabriquer quelque chose de neuf, bien ancré dans notre siècle, et qui peut se populariser facilement. Tout commence par quelque chose de relativement simpliste, avec une batterie régulière, des riffs acoustiques classiques, des notes jouées au clavier pour détendre l’atmosphère, sans oublier quelques violons (à noter aussi sur certains morceaux des choeurs). En fait, on a plutôt un orchestre riche ici. Mais à la première écoute, on ne s’en rend pas compte. Cette première chanson est bourrée d’idées très simples, mais c’est la meilleure de l’album sans aucun doute. La suite se relâche quand même assez, puisque il n’y a quasiment plus que des balades.

Malgré ça, l’écoute de ces ballades est plaisante contrairement à certains artistes pop/folk de nos jours. Bon bien entendu on oublie pas Moriarty, qui sont eux aussi vraiment originaux et très bons, mais qui visent un public plus restreint. La force de cet album réside aussi dans le fait qu’il est fait pour tout le monde, aussi bien pour les ados que les adultes, et personnellement, je trouve que cette chanteuse à une voix assez commune mais magnifique et entraînante (elle nous fait un peu penser a Cat Power, ou encore KT Tunstall).

Un deuxième album très prometteur donc, où Amy Macdonald nous montre qu’il lui est facile d’emballer son public dés les premières minutes d’écoute. Maintenant, attendons de voir ce que nous réserve la suite, à 23 ans, elle a encore pas mal de choses à apprendre.

By Jeremy Sulpis

 

Une réflexion sur “Amy Macdonald : à consommer sans modération

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s