Review

[Review] The Sufis, ma nouvelle religion

Les groupes ont parfois une drôle d’originalité. C’est le cas de The Sufis, au nom étonnant, à la pochette provocatrice, à la voix jazzy et au son groovy. Sorti le 5 janvier dernier chez Burger Records

Pour présenter ce groupe, on peut lire qu’il s’agit d’un groupe « anglo-indien/américain »qui s’est rencontré à Nashville autour de leur amour de la musique classique. Bon, bah voilà. Calvin Laporte et Evan Smith ont ensuite enregistré plusieurs albums depuis 2011, et ont déménagé à Brooklyn.

Ce nouveau projet, le troisième, se nomme After Hours. Les deux compères se veulent plus psychédéliques, dans un album très court (27 minutes). On traverse une sorte de galaxie post-moderne où l’on retrouve du jazz-soft rock (After Hours), des ballades que n’aurait pas renié feu George Harrison (Another Way), un rock mid-tempo (Mercy), du jazz encore (Made me Leave/Crispy Grapes II), ou encore la tranquille Anymore, le premier single.

Il y a chez The Sufis une sorte de nostalgie des vieilles musiques. After Hours, c’est un peu un caviar, tout ce qu’il y a de bon se trouve dedans. Et les musiques se rassemblent toutes de la voix d’outre-tombe, grave à souhait. La chanson la plus longue, Til I Get Home, est un reggae inattendu. Le duo signale ses influences : les Beach Boys et Bowie. Avec cet album, ils sont arrivés à une quasi-perfection dans la pop-music. On aimerait même que ce soit plus long !

Mickaël Chailloux

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s