Edito de la semaine

L’Edito de la semaine

111111

Aujourd’hui, j’ai envie de rédiger un Edito « coup de pouce ». Le Peuple du Rock a régulièrement été chercher des groupes à mettre en lumière. Il se trouve que nous recevons pas mal de demandes pour les sorties d’une video, d’un EP ou d’un album. Alors nous écoutons, nous nous demandons si l’on aime, mais au-delà de cela, si nos lecteurs aimeront. Parfois, il faut laisser au lecteur le soin de se faire sa propre opinion, quelque soit la nôtre en fait. Vous êtes les meilleurs juges pour savoir ce que vous aimerez ou non. Cette semaine donc, j’ai sélectionné quelques groupes qui m’ont paru intéressants à plus d’un titre, mais ce sera à vous de vous faire vôtre avis car après tout, le pouvoir est au peuple dans ma démocratie !

Je commencerai cet Edito avec le groupe Volutes. C’est un groupe que je trouve intéressant notamment parce qu’ils sont engagés et que leurs textes s’en ressentent. Ils me feraient presque penser à Aston Villa, groupe qui s’était bien fait remarqué au milieu des années 90 et qui continue aujourd’hui à abreuver le rock alternatif français. Comme leurs aînés, Volutes balance ses réflexions et ses critiques sur le monde de façon intelligente et il est assez difficile de ne pas y adhérer en ces temps troublés où les repères semblent sauter un à un, où les consortiums prennent peu à peu le pouvoir face au citoyen. Une voix résistante donc, mais qui n’est pas leur unique force. En effet, s’il n’y a qu’une voix, le groupe semble être une démocratie de musiciens au service de leurs idées présentant ainsi des réflexions assez hétérogènes. La mise en musique est collective, chacun y apportant son énergie propre pour donner du corps au son. L’EP est dispo sur toutes les grandes plateformes : bandcamp, deezer, spotify, youtube. Je vous donne le lien bandcamp qui a l’avantage de contenir aussi l’EP:  https://volutesrocks.bandcamp.com/

Groupe que nous avions interviewé dans nos pages, Doctor Doom mérite aussi sa place ici. S’il n’ont pas sorti pour le moment de nouveaux morceaux, les Ariégeois  sont actuellement en train de plancher sur leur second Ep, qui devrait passer en enregistrement à la fin de l’année. Pour préparer son arrivée, il serait bon de vous (re)plonger sur les huit titres de This Seed We Have Sown. Leur musique est fortement heavy rock, teintée de blues, à la manière des grands groupes de la fin des 60’s, début des 70’s avec une touche stoner rock à la Graveyard. Pas démodé du tout donc puisqu’à leurs influences lointaines se mêlent de plus récentes, souvent venues des pays scandinaves ces dernières années d’ailleurs. Même si le groupe a participé à de grands festivals, je suis pour le moment assez étonné qu’on ne le connaisse pas plus, surtout que Doctor Doom chante en anglais, ce qui devrait assurer une plus grande couverture pour leur musique survoltée et d’une qualité irréprochable. Originaux ? On ne peut pas dire cela, pour autant c’est extrêmement efficace et non répétitif. De plus, le mix est très bien réalisé et tous les instruments y ont leurs importances. Groovy comme il faut, chorus qui vous embarque, de très bons arrangements et d’excellents solos, surtout sur la seconde partie de l’album, This Seed We Have Sown vous fera toucher du doigt une certaine pureté d’un rock qui ne semble pas vouloir mourir.

Enfin, voici SLIFT, un groupe de punk psyché rock. Decharge Session Vol.1 est un tout petit Ep de trois titres mais ne vous y fiez pas, il est très dense. En les écoutant, je pense à des groupes comme Moon Duo ou encore Wooden Shjips (qui ont d’ailleurs Ripley Johnson en commun), avec un côté Thee Oh Sees, notamment sur les envolées de Heavy Road par exemple. On n’est pas loin d’un croisement entre le garage punk californien et les influences descendues de Détroit. Le groupe dégage énergie et spontanéité. Il paraîtrait qu’en une heure, ils arrivent à boucler la compo d’un morceau et là, je me dis que vu le nombre de morceaux disponibles à l’instant T, ils doivent tout de même être assez pointilleux sur ceux qui doivent sortir. Il faudra d’ailleurs que je propose à ces trois Toulousains une rencontre car j’ai envie de creuser un peu, de comprendre leurs influences, leur chemin, et surtout la route prévue et vu qu’ils passent en live le 7 décembre au Connexion, j’irai voir le phénomène en live. Vous pouvez écouter leur Ep ici, vous verrez, c’est assez addictif et on se prend assez facilement à en vouloir plus, mais nul doute que cela va venir, un enregistrement d’album serait prévu courant novembre d’après les bruits de couloir…

Voilà, je voulais m’éloigner des sorties du moment ou attendues pour braquer les projecteurs vers trois groupes français qui, à mon avis, ont un vrai gros potentiel pour des raisons différentes mais palpables. Personnellement, je vais les suivre de près, d’autant que ces trois groupe m’avaient envoyé cette année des infos, des liens vers leurs travaux et que j’attendais, parmi la masse que l’on reçoit, d’avoir une occasion de les mettre en avant. Il est parfois difficile de discerner la qualité, mais lorsqu’elle est là, et qu’elle est évidente, il faut la partager, et quoi de mieux que de le faire avec vous…

Greg Pinaud-Plazanet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s