Prince

Prince, mon prince à moi

Jeudi 21 avril, je poste sur Facebook une vidéo d’une reprise de « Kiss » par Kiddo Kat et Heidi Joubert dans un métro de Francfort en Allemagne… L’une à la guitare, l’autre avec un djembé… Groove grisant, les passagers tapent des mains, certains esquissent des mouvements…Ozzy Lino, artiste local, assis près d’elles les rejoint et rappe… Le buzz est en marche: 45 millions de vues …

Subway Session Frankfurt KIDDO KAT feat. Heidi Joubert

Voilà, ça c’était hier… Prince, sa musique, encore et toujours. L’effet Prince. Vendredi 21 avril, 19 heures, la mauvaise nouvelle tombe : Prince, légende de la musique pop s’est éteint, à l’âge de 57 ans, dans sa résidence de Paisley Park abritant ses studios d’enregistrement au sud-ouest.

Guitare, solo et riffs

Vingt ans de ma vie défilent… Purée, 20 piges qu’il m’accompagne (ça fait un peu dinosaure, mais j’assume). Premier souvenir, été 84, une salle de cinéma du George V sur les Champs-Elysées avec mes potes … Purple Rain… Le film est en soit un nanar… Je me souviens des premières images en découvrant ce personne Kid et sa vie d’artiste où nous ne pouvions nous empêcher  de pouffer de rire  le voyant avec sa tête, ses 1m50 et sa dégaine… Puis vint la musique : Let’s Go Crazy, I would Die 4 U, When Doves Cry… et Purple Rain, mélange de rock, de pop… Un solo de guitare de plus de 8 minutes à couper le souffle…La gifle musicale…. Grand fan  de Jimi Hendrix, le titre de Purple Rain n’est pas loin de rappeler celui de Purple Haze écrit en 1966, avec  ses extensions de voix, de riffs et de solo… Prince ne s’en cache pas : il s’inspire de son look, pousse sa voix aux extrêmes, dégage une énergie sexuelle, s’empare corps entier de la musique. Cette ballade s’écoulera à 20 millions,  probablement son album le plus rock.

Vie d’un Prince : 30 albums, plus de 100 millions vendus

Ses débuts : Prince Rogers Nelson, est né en 1958 dans une famille de musiciens à Minneapolis. Il doit son prénom au nom du groupe de  blues de son père « Prince Rogers Trio » Des 12 ans, il sait jouer une vingtaine d’instruments, et,  crée son premier groupe. A ses 18 ans, il signe son premier contrat son Premier album For You avec la Warner (avec laquelle il entretiendra tout au long de sa carrière des rapports entre la passion et la haine). La domination du Kid de Minneapolis s’impose  dans les années 80 et 90. Il révolutionne la musique, mélange la soul, la pop, le rock, le jazz, le funk, lance son label, se perche sur des talons de 10 cm, est capable de toutes les excentricités  sur scène. Pour sa première scène à Paris, en 1981, il débarque en bikini noir sur la scène du Palace. Sa musique déferle et fait danser la planète : Cream, Girls & Boys, Kiss, Sign’o The Times, Sexy Motherfucker…

Début des années 90, Prince passe par une baisse de régime, se sépare avec perte et fracas de  sa maison de disque Warner, et change de nom « Love Symbol ». 4 février 2007, Super Bowl, suivi par 140 millions de téléspectateurs, Prince signe la meilleure performance de tous les temps d’après le site Billboard.com. Il joue trois chansons dont une reprise de Chuck Berry : Johnny B. Good et bien sur Purple Rain. Retour de flamme

Super Bowl 2007, Prince

Personnalité surdimensionnée, exigeante, musicien dans l’âme il continue de produire dans sa maison transformée en studios… Des centaines de morceaux sont engrangés. Il décide de se tourner vers les réseaux sociaux pour la diffusion de sa musique.. Plus libre… Juillet 2015, sans prévenir, il met en ligne Hardrocklover sur son compte Soundcloud (Prince 3EG / compte fermé en novembre) un morceau qui sacralise les bons riffs de guitare comme objet de plaisir. Jouissif.  Une tournée Européenne  Piano & A Microphone Tour était programmée mais annulée après les attentats du 13 novembre. Lors de son dernier concert ; 14 avril 2016, dans la ville d’Atlanta, Prince, pour  les rappels, chante son ultime chanson Heroes de David Bowie. Voilà je m’endors au son de la radio… Prince est sur toutes les ondes. Demain, un autre jour : legend never dies.

Emmanuelle Colpin

Michael Jackson,James Brown,and Prince on stage, 1983

Prince – Purple Rain, Live at American Music Awards, 1985

Prince, Tom Petty, Steve Winwood, Jeff Lynne and others – While My Guitar Gently Weeps, 2004

Une réflexion sur “Prince, mon prince à moi

  1. Pingback: L’edito du Lundi | Le Peuple Du Rock Webzine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s