Washington Dead Cats

Washington Dead Cats

Le 17 décembre dernier, les Washington Dead Cats (WDC) fêtaient  leurs trente ans et la sortie de leur nouvel album Under The Créole Moon (dispo depuis septembre 2015)  à la taverne Gambrinus dans ma bonne ville de St Michel Sur Orge

the-washington-dead--gqq2t5

Pour ceux et celles qui ne connaissent pas, WDC est un groupe français majeur de la scène alternative des années 80 , avec un style très varié qui passe par le punk , le garage sixties, le swing , le mambo, le rockabilly et le surf rock . Ils appellent leur musique « Punkabilly  » . Sur scène, c’est un groupe énergique, imprévisible et généreux…  Très attachant ! Ils ne sont pas qu’un groupe de rock :  ils sont le rock ‘n roll . La première écoute de leur nouvel opus  m’ a donné envie d’ aller les voir  et c’ est chose faite . Mais avant de vous en parler voici leur histoire mouvementée :

Les Washington Dead Cats apparaissent en 1984 dans le paysage musical tels des météores,  oscillant  entre le rock gothique tendance suicidaire à la Virgin Prunes et une new-wave glaçante à la Joy Division (sic sic …!). Nos lascars débarquaient sur scène inondant le public de farine, de poireaux et autres légumes (pratique dans le cas où tu n’ aurais pas fait les courses ou dîné avant le concert !!!) et foutaient un joyeux bordel en transformant les salles de concert où ils passaient  en véritable champs de bataille (bonjour le ménage après!).

Leur notoriété s’ étendit alors rapidement et deux ans après leur  formation, ils sortirent un premier album dédié  au rock’ n roll et aux Dieux légumes  Go Végétables Go et jouent devant 1500 personnes à l’ Elysée Montmartre à Paris (salle de concert aujourd’hui disparue à Pigalle, mais qui devrait renaitre de ses cendres courant 2016). Les WDC se font interdire de concerts dans plusieurs villes ce qui assoie leur réputation de groupe imprévisible et sans concessions.

Toute leur implication dans la scène punk et les revendications qui les accompagnent conduit le groupe à signer sur le label Bondage Reccords. Les tournées s’ enchaînent et en 1988, ils sortent leur deuxième album Gore a Billy Boogie avec un passage sold out  au Bataclan avant de partir en tournée en Angleterre et en Hollande. L’ histoire continue ainsi jusqu’ en 1991 où après quatre albums et quelques 500 à 600 concerts, ils décident d’arrêter l’aventure pour se consacrer à d’ autres projets musicaux . Le chanteur, Mat et le batteur, Seaweedyo, montent le label Made In Heaven et  rééditent le premier groupe de Joe Strummer:  les 101ers et signent également de jeunes groupes dont les Snails.

Tout comme les chats qui parait-il, ont neuf vies,  les WDC se retrouvent et Lord Fester, guitariste et chanteur de feu Snails, les rejoint sur scène pour quelques concerts de soutien . En 2004, ils sortent l’ album Treat Me Bad, suivi d’un cinq  titres, Lady Sultana, et enchaînent 300 dates en Europe jusqu’en 2007…  En juin 2006 , ils s’ offrent, après  quatre dates affichant complet à la  Maroquinerie (Paris  XXieme), une récréation en montant une revue Burlesque avec Juliette Dragon: La Femme Fatale.

J’avais entendu dire qu’ un concert des Washington Dead Cats était toujours un événement , et je peux maintenant le confirmer car j’ ai passé un pur moment de bonheur rock durant leur set. Ils ne jettent plus de légumes sur le public (dommage je me serais bien fait une soupe après le concert) et semblent aussi à l’ aise dans une petite salle qu’une plus grande porté par une puissante rythmique  et une section cuivre diablement efficace, sans oublier non plus le guitariste qui joue plus vite que son ombre. De plus, la voix de Mat aussi rauque que rock prend toute sa démesure sur scène. Les morceaux se sont enchaînés à la vitesse du son, laissant le public ravi mais exsangue. Si vous avez l’ occasion d’ aller les voir n’ hésitez pas une seconde vous ne le regretterez pas!

Pour en revenir à leur dernier opus dont j’ ai brièvement parlé en introduction,  pas un morceau n’ est à jeter , il vous procurera, du moins je le souhaite un pur moment rock’n rollesque ! Que demander de plus ? Rien ! Achetez-le, faites-le vous prêter, téléchargez-le légalement  mais écoutez-le,  vous aimerez , c ‘est certain !!!!

Voici le lien de leur site http://www.washingtondeadcats.com/  

ainsi que celui de leur page Facebook: www.facebook.com/washingtondeadcats/?pnref=lhc 

Je retourne m’ en mettre une dose  et à plus.

Christophe

 

 Liens de la Taverne Gambrinus ( pub qui organise tous les jeudis des concerts)  https://www.facebook.com/gambrinus.music.club  et http://www.gambrinus-taverne.com/  

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s