Edito de la semaine

L’édito du Lundi

111111

Content. Content de vivre, content qu’il fasse beau. Content de voir qu’en France, pour manifester durant une interdiction, des gens ont des idées. Content qu’enfin il existe une adaptation digne de ce nom du chef d’oeuvre uchronique de Philip K. Dick (en même temps elle est produite par Ridley Scott donc…). Content de beaucoup de choses finalement, de plus ou moins d’importance, mais le principal est là. Alors oui bien-entendu, les résultats des prochaines élections risquent fort de me faire déchanter, mais je me suis promis cette année, de ne pas me laisser abattre. Non, il ne faut pas. Je ne peux pas changer ma voiture, je n’ai pas assez d’argent pour vivre, mon boulot ne paie pour l’instant aucune de mes factures, mais je suis en vie, j’ai des amis, une famille, je ne peux pas me plaindre.

Enfin si, je peux. Parce que j’en ai tout de même marre de voir passer des groupes de pseudo punk américain qui, lors d’une soirée blind test, ferait devenir chèvre tous les pâtres du monde entier… Oui, pâtre, le berger, c’est pour garder les moutons… Bref. Prenez Handguns par exemple… Infiltrez-le dans votre blind test du samedi soir et admirez la pagaille… Tout le monde finira en train de se taper sur la gueule, car ils sont, comme tant d’autres, formatés jusqu’à la voix. Des vrais boys bands ces groupes que je n’aime pas. Je ne dis pas groupe de merde, car je ne sais même pas faire le dixième de ce qu’ils font musicalement parlant, je veux dire que moi quand je déroule mon solfège, parfois, j’accroche sur le manche. Pas eux. Donc je ne vais pas dénigrer leur savoir faire, simplement huer leur manque d’originalité. Heureusement que l’on a des gens comme Dionysos en face pour leur répondre…

Dionysos. À ne pas confondre avec Dyonisos, bien qu’eux aussi aient sorti un Haiku la même année, hasards et conséquences ? Bref, nos frenchies énervés du casque (toujours se protéger lorsque l’on part en ride avec sa longboard les gars…), Dionysos, avec le y en deux bien qu’il reste entier, n’avait pas sorti grand chose depuis 2012 et son Bird’n Roll qui a fait chavirer les salles lors de la tournée. Rien de plus normal puisque Malzieu (Mathias de son prénom, le « foldingue » de son vrai nom) était occupé à écrire (Le plus petit baiser jamais recensé) mais aussi à confectionner son petit bijou d’animation (Jack et la mécanique du coeur – 2013) sur lequel j’ai tant versé en pluie toutes les perles de mon corps qu’il a fallu ma rosée… Voici que débarquera le 29 janvier 2016 : Vampire en Pyjama et dont le premier single Vampire de l’Amour est dores et déjà sorti. Les fans seront, comme d’habitude, ravis et les autres iront écouter autre chose sans en dégoûter les premiers. Je suis définitivement acquis au premier groupe, n’étant pas, à montage avancé, tout à fait sorti de l’enfance. C’est si cosy… Et puis cet album sera aussi le premier sous leur nouveau label puisque comme annoncé milieu de cette année, c’est chez Columbia qu’ils ont signé. Mais ne vous attendez pas à un revirement de courant, non, ça, c‘était couru d’avance.

Papa Roach est tombé dans la mode des éditions Deluxe « Tout frais, tout neuf », ces métaleux américains branchés sur courant alternatif, viennent de ressortir F.E.A.R. paru en début d’année. Rien à voir, donc, avec le jeu video sorti en 2005 et qui était un peu… Effrayant tout de même… Si, si pour les filles, si. Mais ici, si on parle de musique, je déplore vraiment que la sortie d’une version Deluxe soit justifiée par l’ajout de trois pistes live acoustiques dont l’une est tout simplement le morceau d’ouverture de l’album. Ok, une version nettement différente et donc très intéressante effectivement, mais honnêtement, de qui se moque-t-on ? C’est un peu comme ne pas attendre qu’une trilogie soit terminée pour sortir un coffret avec deux DVD… That’s the point ? Le consommateur avisé attendra, un autre l’achètera… Et puis quand le troisième volet sort, il fait quoi ? Il rachète le dernier DVD hors coffret ? Enfin... Cela me permet tout de même de vous dire, puisque nous ne l’avions pas fait au moment de sa sortie, que l’album est un hymne à la défonce. Pas celle avec les drogues, non, celle de la vie de tous les jours. Il faut dire que le leader est un adepte des ascenseurs émotionnels et ce dernier opus lui permettait de repartir à fond. On lui pardonnera ses titres assez courts tout de même, ainsi qu’incertain calibrage un peu trop entendu touchant quelques refrains.

Enfin je terminerai cette semaine par Ten Commandos. Leur album, du même nom, est sorti le 27 de ce mois, compte dix titres et a l’avantage d’être « introduit » par Mark Lanegan (confère le premier single: Staring Down The Dust), ce qui est toujours un plaisir pour les rockers que nous sommes. Vous vous souvenez surement de Soundgarden ? Et bien Ten Commandos est un des nombreux side projects des mecs de Soundgarden. Ben Sheperd à la basse donc, et Mat Cameron à la batterie. Matt joue aussi pour Pearl Jam au passage. Les autres sont Alain Johannes (guitariste jouant de temps à autres avec les Queens of The Stone Age), et  Dimitri Coats (que personnellement je ne connais pas, mais mon oreillette me dit qu’il a joué pour OFF!). C’est un projet grungy à souhait comme il en manquait dans le paysage actuel. Ce n’est pas de la musique pour midinette, c’est bien lourd, habité, avec de bon gros riffs. La voix éraillée et lourde de Lanegan sur le morceau d’ouverture annonce la couleur et bien que la suite du disque quitte cette chape de plomb, elle n’en est pas moins emprunt d’une lourdeur que les fans des années 90 ne sauront rejeter. Toutefois il y a de beaux moments aussi. A noter que vous y trouverez d’autres guests que le grand Mark avec Nikka Costa (ouais… l’enfant chanteuse du début des années 80, parfaitement…) ou encore Peter Frampton.

Et voilà c’est terminé, vous pouvez retourner à vos vies, on se retrouve mercredi pour… et bien je ne sais même pas, on prend un peu les choses comme elles viennent actuellement. Enfin on dit surtout ça, en général, quand il n’y a pas grand chose qui vient… A bon entendeur !

Greg Pinaud-Plazanet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s