Playlist

PLAYLIST : Quand les Latinos font du rock

Quand on dit « Amérique latine », on ne pense pas à tort « rock’n’roll ». On pense à une musique gonflée par les rythmes dansants. On peut aussi penser folklore, musique traditionnelle, Toto la Momposina… Etc…

Heureusement, comme toutes les autres zones du monde, la musique rock a infusé l’Amérique latine de part en part. Et parfois, elle se retrouve même autour d’instruments et de rythmes totalement typiques. C’est parti pour une balade, on s’arrête d’abord au Chili

Après ce morceau des Prisoneros, ce groupe chilien des années 80, passons maintenant à un autre pan de la musique. Je parlais justement de mélange avec de la musique traditionnelle, voici donc Los Jaivas. Le nom de ce groupe fondé dans les années 60 tient d’une simple adaptation à l’Espagnol : au départ dans un style plutôt traditionnel, le quintet s’appelait High Bass, avant de devenir Jaivas (question de prononciation). Au fur et à mesure, le groupe devient adepte du rock progressif. Avec l’arrivée de la dictature, le groupe part en Argentine, puis en Europe. Nous sommes alors en 1977. Trois ans plus tard, Los Jaivas sortent leur plus grand album, Alturas de Macchu Picchu. Inspiré par la poésie du bien connu Pablo Neruda, le groupe l’enregistre à Paris sous la houlette du producteur péruvien Daniel Camino. Quelques temps plus tard, le groupe enregistre un show télévisé pour la Radio Television Peruana et Canal 13 (Chili) sur les ruines du Macchu Picchu. On le compare souvent au Live at Pompeii des Pink Floyd. En voici un extrait très connu : Sube a nacer conmigo.

Passons maintenant du Chili à la Colombie pour découvrir une chanson tout à fait étonnante. Dans les années 2000, un chanteur à midinettes (avouons-le) est apparu en France avec des rythmes latinos à en faire pâlir les jeunes filles (et permettre aux professeurs d’Espagnol de remplir un peu plus leurs salles de classes). Son nom : Juanes.

Mais comme toute star mainstream qui se respecte, Juanes a eu une autre vie avant sa carrière solo florissante. Juan Esteban Aristizábal a fait partie d’un groupe dans les années 90, nommé Ekhymosis. Au départ, il s’agissait d’un groupe de… métal. Etonnant non ? Au fur et à mesure, le groupe aura une évolution plus « mainstream », en mixant des rythmes colombiens avec du rock.

La scène argentine, quant à elle regorge de bons voir très bons groupes de rock. On a déjà parlé ici de Gustavo Cerati, mort il y a presque un an, leader de Soda Stereo. On peut parler de Luis Alberto Spinetta, considéré par certains comme un des meilleurs poètes rock de la région. Lui a eu plusieurs vies et plusieurs groupes, dont un des plus intéressant s’appelle Pescado Rabioso. Sa créativité n’est d’ailleurs plus à prouver : Spinetta a réalisé un album (Artaud), lui seul pour le compte du groupe, tout simplement parce que la maison de disques les obligeait à faire un nouveau disque. Voici une de ses grandes pérégrinations musicales.

Enfin, pour terminer, voici une chanson découverte pendant l’été grâce à Michka Assayas (et qui a peut-être présidé à la constitution de cette playlist). Caetano Veloso est un des grands artistes brésiliens de son temps. Son tout premier album, il l’a également enregistré dans le style du rock psychédélique en 1968. Parmi les chansons, ce bijou : Alegria, Alegria.

Plus de morceaux à retrouver dans la playlist ci-dessous, comme une reprise de Francis Cabrel et un faux morceau disco devenu salsa :

Mickael Chailloux

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s