Edito de la semaine

L’Edito du Lundi

111111

« Mieux vaut ne pas songer au passé, rien ne peut le changer » disait Oscar Wilde. Parfois, ce passé ne passe pas, et nous hante. Songer au passé, c’est se remémorer parfois les choses les plus douces que l’on a vécu, comme la chaleur humaine d’un (ou d’une) amant(e), l’innocence de l’enfance, le bonheur provoqué par la vision de beaux paysages… D’autres fois c’est plus triste, les gens nous quittent, sans aucune raison, sans aucun écrit. On devrait se reconstruire, tout le monde nous le dit dans ces moments-là. Mais, c’est bien à ce moment là que le passé ne peut être évacué de sa mémoire. On repense alors à ce qui faisait nos moments ensemble, les regards appuyés, la bienveillance de nos baisers, la chaleur de nos étreintes… Non vraiment, le passé est notre vraie statue du Commandeur : toujours présente, parfois pesante. J’ai donc cherché à m’alléger l’esprit grâce à la musique.

Led Zeppelin, malgré les accusations de plagiat, a lancé une vague de rééditions de son catalogue. Les trois premiers albums du groupe vont donc ressortir cette semaine, accompagnés pour l’occasion de nombreux inédits et versions alternatives. Dans le premier disque, nous aurons le droit à un concert bonus enregistré à Paris. Led Zeppelin II réédité contiendra 5 versions alternatives et 3 instrumentaux. Enfin, Led Zeppelin III, lui, nous offrira 7 « outtakes » soit des versions non-finies de Bron-Y-Aur Stomp et Out on the Tiles et un medley blues (avec notamment Key to the Highway et Trouble in Mind.). Certains inédits de Led Zeppelin II ont déjà fuité, comme la version alternative de Whole Lotta Love, mis en ligne sur Youtube par le groupe lui-même. Dans cet extrait, qui donne la part belle à Jimmy Page et sa guitare, Robert Plant n’hésite pas à susurrer, avec peut-être moins d’excès que la version originale. Un bon « work-in-progress ». Là encore, le passé est définitivement dans toutes les têtes.

Dans un autre instrumental, le groupe est définitivement dans le trip de la fin des années 60 : l’instrumental est un morceau de 4 minutes qui pourrait figurer dans un album de leurs confrères britanniques des Who. Dans La, La, seul morceau que l’on peut fredonner grâce au titre, la batterie se fait énergique, la guitare se fait rugueuse, le clavier est omniprésent et les changements de rythme donnent à ce morceau la saveur d’un road trip sous LSD sur une route des Etats-Unis. Bluesy, funky : décidément, ce retour dans le passé de Led Zep fait le plus grand bien.

L’album sortira la semaine prochaine, mais de nombreux extraits (au moins 3) ont déjà fuités sur le nouveau Jack White. Installé à Nashville avec son label Third Man, il a enregistré un album durant le dernier Record Store Day. Fait majeur : l’album a pris exactement 3 heures, 55 minutes, et 21 secondes pour être enregistré et pressé, ce qui lui donne déjà le surnom de « World’s Fastest Released Record ». Les trois morceaux qui ont fuités sont assez différents : Just One Drink est un bon vieux blues tranquille. High Ball Stepper est un instrumental férocement rock. Le plus étonnant vient du « title track » de l’album, Lazaretto. C’est une sorte de bonbon acidulé Haribo : plein de saveurs à l’intérieur, des guitares agressives, et un Jack White qui se transforme pour l’occasion en Tom Morello époque RATM. Une bonne raison de ne pas le louper le 29 et 30 juin à l’Olympia, à Paris.

Voici un album que vous aurez peut-être la chance de croiser chez vos disquaires préférés. Sorti le 27 mai dernier, Dereconstructed est le deuxième album de Lee Baines III and the Glory Fires. Enfant terrible de Birmingham, Lee Baines III donne un bon coup de pied dans la fourmilière, avec un album aux thèmes essentiellement politiques, comme lorsqu’il évoque (entre-autres) le cas de 4 fillettes mortes durant la lutte des droits civiques aux Etats-Unis dans We Dare Defend Our Rights. L’album est parfois brouillon, comme dans The Kudzu and the Concrete, mais reste un bon essai southern rock à la manière de Lynyrd Skynyrd (The Company Man ; Dirt Track) aux sons les plus rock version Lenny Kravitz (Burnpile, Swimming Holes), tout en devenant parfois punk-compatible (Dereconstructed ; Flags !). Me destructurer l’esprit, c’est bien ce dont j’avais besoin, et c’est ce qu’on peut trouver dans cet album. Une cure de guitares bien crades dans les oreilles, c’est toujours aussi bon.

Dans mon égarement, je n’arrivais toujours pas à oublier le passé. La nostalgie me guide quand même. Les guitares crades, les évocations du passé, c’est bien. Mais, en papillonnant sur le web, j’ai alors trouvé l’album qui correspondait le mieux à mon état d’esprit : je suis tombé sur Heaven, le nouveau Robert Francis. Bien sûr… Comment n’avais-je pas pu y penser avant ? S’il y a bien une musique « cool » et nostalgique, c’est bien le rock californien. Avec Heaven, Francis revient avec un son plus travaillé que sur son précédent album (Strangers in the first place, 2012), mais surtout sur celui qui l’a révélé: Before Nightfall (2009). Un son plus travaillé et plus romantique, également, comme dans Heaven, ou encore See You Around. Normal : l’album a été co-produit par Howie Waineberg, producteur de Jeff Buckley. Il y a du Buckley et du Crosby dans le nouveau Robert Francis. L’album est à retrouver en streaming libre et chez vos meilleurs disquaires. Quant à la meilleure piste de l’album, il s’agit surement du single « Love is a Chemical ».

Tourné vers le passé cet édito, dites-vous ? Alors que le Primavera Sound Festival de Barcelone se termine, le Peuple du Rock vous concocte une fin de semaine spécialement consacrée à ce qui s’y est passé, les meilleurs concerts, les bonnes surprises…etc. Mercredi seratout en mots et en images alors que vendredi sera tout en sons, avec une playlist spéciale pour cette occasion.

Mickael Chailloux

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s