Edito de la semaine

L’Edito du Lundi

111111

Ça sent le printemps, son doux soleil, ses floraisons, ses putains d’allergies… Ben oui, à toute bonne chose il existe son contraire. Ce n’est pas Anakin Skywalker qui viendra la ramener sur le sujet… A moins qu’il soit de mauvaise foi, ce qui ne m’étonnerait pas en définitive, les voies du côté obscure étant impénétrables… comme disait Tabatha Cash (Oui ok, peut-être ne le disait-elle pas finalement… c’est surement le printemps…). Bon alors, trêve de digressions et passons aux choses sérieuses : Qu’y a-t-il à se fourrer (encore, décidément le printemps…) dans les oreilles comme dirait Prince. Ah oui, vous ne saviez pas que Prince aimait avoir le doigt d’une fille dans l’oreille durant… enfin vous voyez quoi… Bref. En avril ne te découvre pas d’un fil et cherche les bons deals comme disait un ami cocaïnomane.

On va commencer avec des français. Gush sort Mira. Je ne sais trop que penser de cet album. Entrainant il peut l’être. Cependant je trouve qu’il sonne un peu commun, lorgnant même vers de la simple pop sans relief. Pour moi, le coup de Everybody’s God ne s’est pas répété, j’attendais une continuité, je constate, peut-être à tort, une rupture, mais où est passé le génie de Back home ? Le single Siblings ne m’avait pas emballé plus que ça. Au final je suis déçu mais peut-être ne le serez-vous pas, rien ne vaut sa propre opinion.

On continue toujours dans le français. ALB : Come Out ! It’s Beautiful. Simple, efficace. De l’electro pop très sympa, dans la lignée de The Shoes. Ce n’est sans doute pas un hasard s’ils sont originaires de la même ville (Reims).

Petite Sœur de Charles-Eric Charrier. Du post-Man (hop hop hop jeu de mot, merci) et donc toujours du français. 6 morceaux très ambiance. Intéressant, c’est un poil expérimental tout de même, le morceau Toumimi Tatayé enfoncera le clou. Seul point important à rappeler aux oreilles éventuelles : Ne pas avoir peur des morceaux de plus de 8 minutes (5 sur 6 ici). A écouter tranquillement au casque, étendu sur votre canapé avachi par les années. Un moment intime avec le nantais en somme (bien que ce ne soit pas au même endroit… pffffiiiiuuu je suis à fond aujourd’hui moi…)

https://soundcloud.com/charlescharrier

On quitte la France avec Lisa and The Lips qui sort son premier album (éponyme pour faire les présentations). Du Rock teinté de soul (à moins que ce ne soit l’inverse…) et c’est excellent. Ça, le matin à fond dans la caisse pour aller au taf, c’est impec, je vous l’assure. J’ai essayé ça ce matin et en arrivant au bureau, je criais des Haaaaaaaooooooo ! browniens, à la James quoi… Alors oui vous passerez surement pour une personne un peu décalée dans son environnement, mais après tout ce n’est pas votre faute si vous êtes branchés et que les autres ne le sont pas…

Du côté de Boston, Mean Creek nous balance littéralement son Local Losers presque un an après Youth Companion. Du bon gros Rock tant et si bien qu’après l’écoute, je ne sais pas trop ce qu’il en reste en définitive. J’ai eu plaisir à écouter, mais je ne suis pas foutu de vous fredonner une seule des chansons entendues… Ce qui n’est pas une preuve de non qualité bien entendu mais voilà, j’aime bien retenir au moins un morceau pour quelques heures… là, non. Cependant ça sent bon la saturation et devrait plaire à nombre d’entre vous je pense. Y a pas de raison.

Continuons aux US avec The Faint. Energie post Punk-Rock indéniable, Doom Abuse est leur neuvième album. Un poil 80’s si l’on se base sur le morceau Animal Needs. Tout l’album sonne très Cold Wave, on est à fond dans l’Indie là les amis. A écouter dans des clubs enfumés peuplés de créatures noctambules aux pupilles colorées par des lentilles. Parfait pour des Dark Entries (soirées Gothiques). J’aime beaucoup personnellement, dans les meilleurs films de science-fiction, y a toujours une scène de night-club dans le style.

Toujours outre Atlantique on retrouve EMA. Ericka M. Anderson de son petit nom, sort The Future’s Void. Moins Dark que The Faint dans la forme mais toujours dans l’esprit, on parle tout de même de Drone Folk (mais où vont-ils chercher ces putains d’étiquettes bordel ?). EMA livre ici un LP très bien orchestré, laissant traîner sa voix dans des morceaux dégageant une sensualité (sexualité même, n’ayons pas peur des mots !) assez évidente. J’ai encore dans la tête le morceau When She Comes là…

Enfin je terminerai par les Kaiser Chiefs : Education, (…) & War. Ben les Kaiser Chiefs… en plus consensuel. Coming Home est pour moi d’une maladresse certaine. Trop teenager. Vraiment. Et ça sur un second morceau… ça tue un peu l’écoute de la suite. Meanwhile Up In Heaven ne relève pas la sauce. My Life non plus. Heureusement qu’il y a Misery Company… On est bien loin de l’album EmploymentKaiser Chiefs se formate pour la radio d’aujourd’hui. Préferez-lui Filthy Souls de Secret Broadcast… Après, ce n’est qu’un avis personnel hein.

Mais bon, quoiqu’il en soit, avec les deux reviews détaillées de la semaine dernière, Afghan Whigs et Woods, vous avez surement les oreilles chargées en ce moment, non ? Cette semaine nous aurons en théorie un live report sur les excellents Stuck In The Sound, entre autres. Pour le reste, ce sera selon l’humeur du chef, et le chef, ben c’est moi alors priez pour que la semaine se passe bien…

Greg Pinaud-Plazanet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s