Foxygen

Foxygen – « We Are the 21st Century Ambassadors of Peace & Magic »

Les Californiens Jonathan Rado et Sam France du groupe Foxygen signent en ce début d’année 2013 un deuxième album truffé de références pop rock.

Tous les ingrédients sont réunis pour que cet album et ce groupe cartonne. A commencer par sa biographie cool qui date la rencontre des membres en 2004 lors d’une représentation du documentaire Dig !  Rien d’étonnant à ce que le documentaire ait rassemblé le duo qui forme le groupe Foxygen, tant l’album retrace de façon personnelle l’histoire de la pop et du rock dans ses grandes lignes, d’Elvis à MGMT. Si l’apocalypse venait à s’abattre sur la terre du rock et de la pop comme se complaisent à prophétiser certains oiseaux de mauvaise augure, nos chers ambassadeurs autoproclamés réserveraient aux Beatles et aux Stones les premières loges de leur arche de Noé.

foxygen-011813-download

En effet les Rolling Stones hantent de la première à la dernière syllabe l’ensemble de l’album, apparaissant et disparaissant, errant et traînant comme de pauvres âmes en peine, à l’écoute des vocales lancinantes et élégiaques du chanteur de Foxygen, comme sur « No Destruction ». Ce même « No Destruction », titre phare de l’album, manifeste progressif qui réunit le couple improbable anglo-américain en y faisant surgir un air de Beatles version Sgt Pepper comme autant de réminiscences psychédéliques. Pièce angulaire de l’album, ce titre constitue l’acmé de cette humeur mélomane borderline, indécise, oscillant constamment entre euphorie et  dépression, innovation et nostalgie, abandon de soi entre élucubrations d’un crooner psychopathe et contrôle rythmique de publicitaire consciencieux. Une schizophrénie propre à cette race de dandies fin de siècle dont se fait l’écho « San Francisco », pop légère au refrain terriblement accrocheur et nonchalant,  qui suscite un optimisme détaché, mais dont les paroles mollement fredonnées ramènent au spleen : « I left my love in San Francisco That’s okay, I was bored anyway »…

Les Californiens redoublent l’analogie à Sgt Pepper sur « Bowling Trophee », intermède instrumental pour accorder des cuivres, bon gré mal gré, pour donner corps à un orchestre foutraque, pour clore en fanfare la parenthèse à l’hommage des gamins de Liverpool. Enfin, « Huggie » carillonne les cloches de l’escale Bowie d’où Foxygen ne dériva plus que pour un instant sur le titre éponyme de l’album. « Huggie » c’est la ballade qui reprend la parole et nous fait tanguer avec une grâce angélique avant de rompre et d’embrasser une mélodie burlesque. Sur « Oh Yeah » on entend même du MGMT. Les comparaisons peuvent lasser. Mais c’est le paradoxe de l’opus. S’il faut reconnaître le talent du groupe il est impossible de faire abstraction des références qui, plus que de simples hommages flirtent dangereusement avec la mimésis. On quitte Bowie sur le titre « We Are the 21st Century Ambassadors of Peace and Magic » et on retrouve Mick Jagger, ou Elvis, ou un Elvis ayant avalé Mick Jagger tout petit. La voix capricieuse se laisse aller à sa fantaisie et se fait soutenir par une horde de cordes solidaires. Puis, vient « Oh no », le morceau asymétrique à la 7ème piste. Un chant du cygne posé, conclu par de gentilles notes de piano rappelant le dénouement  d’un spectacle de fin d’année interprété à sa guise par l’élève le plus joufflu de la classe qui ferait s’arracher les cheveux à la pauvre institutrice, écœurée de voir tout son travail salopé par la toquade d’un sale mioche indiscipliné.

Pourtant il faudra préférer l’épithète premiers de la classe à la dénomination du groupe,  car s’il est parfois tentant de lui prêter la définition académique du génie inspiré, spontané, virtuose, Foxygen se situe plutôt du côté de ces franchises disciplinées et un tantinet créatives propre à la recette californienne :  le savant mélange du marketing et de la création artistique ; le goût pour la copie soignée et organisée, cédant parfois à un brin de folie rationalisée, anticipée pour qu’enfin le tout ne soit pas insipide.

By Anthony Biet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s