Décès/Grands Classiques

Jimi Hendrix : 42 ans déjà

Il laisse derrière lui toute une génération, une philosophie,  un patrimoine musical irremplaçable, rendons lui hommage ! Je parle évidemment de James Marshall plus connu sous le nom de Jimi Hendrix. Il a bouleversé le monde de la musique avec sa seule meilleure amie, sa guitare. Une approche révolutionnaire de la guitare électrique et des techniques d’enregistrement en studio, en sortant des sons jamais entendus auparavant, un jeu de scène extravagant pour l’époque (guitare brulée sur scène,  effets larsen à foison, guitare jouée avec les dents etc…).

Improvisateur des sentiers battus, il a libéré son instrument en donnant une autre vision à la musique. Les oreilles de l’époque avait plus l’habitude d’écouter du blues traditionnel, l’extraterrestre Hendrix est venu apporter un nouveau son révolutionnaire. En un temps record il a entassé l’équivalent de trois vies très bien remplies. Un matin le père de Jimi trouve sous le lit un manche à balais, le petit Hendrix s’en servait comme une guitare imaginaire, son père lui offrit un ukulélé puis une guitare rafistolée. A l’âge de 16 ans, sa mère disparait et naturellement sa guitare devient un substitut, il ne s en sépare plus, il s’entraine sans arrêt en écoutant la radio et les vieux disques de jazz de son père qui lui permirent de découvrir le Gospel, le Jazz et le Rock’n’roll avec son idole, Elvis Presley.

Son autre passion était le ciel, il s’engage alors dans l’airborne division, il souhaite reproduire les sons du vent avec sa guitare. Le ciel est une source inépuisable de sa créativité. De retour de l’armée en 1962, il partage la scène avec les plus grands de son époque, tel que BB King, Little Richard, Tina Turner ou encore Muddy Waters.

Hendrix souhaite développer son propre style de musique. Se rendant a Harlem, et se produit au café Wha ? C’est la qu’un soir de 1965, le bassiste Chas Chandler, membre du groupe Animals, impressionné par son talent, lui propose de partir à Londres pour se bâtir une carrière. En 1966, Chas lui organise un concert dans un café, en un mois, il deviendra célèbre, alors âgé de 24 ans, jouant au coté d’Eric Clapton notamment. Repéré par Johnny Hallyday, celui-ci lui propose de faire sa première partie à l’Olympia. C’est à partir de la qu’est né la Jimi  Hendrix Experience avec leur premier disque Hey Joe. Ce fut sa période la plus créative, il change son look ainsi que sa musique pour devenir de plus en plus psychédélique. Le disque Are You Experienced devient le numéro 1 dans les hits anglais, maintenant son seul souhait est de conquérir les States où il reste encore inconnu…

C’est au Monterey pop festival en 1967, que le sorcier électrique va se faire découvrir, en jouant après le groupe The Who. Il décida de « casser la baraque », en faisant des larsens et en brulant sa guitare puis en la brisant sur scène devant une assistance médusée… Le succès est au rendez vous, Hendrix est devenu célèbre dans son propre pays  en enchainant les tournées aux USA.

Participation en août 1969 au festival de Woodstock, c’était la plus importante fête de la contre culture: trois jours de paix et de musique durant laquelle on retiendra son interprétation de l’hymne américain : « The Stars Spangled Banner ». Ce morceau instrumental joué au plus fort des revendications sur les droits civiques et des protestations sur la guerre du Vietnam constituait une prise de position très éloquente, et osée. Son interprétation montre une autre vision des Etats Unis:  une vision de liberté et de beauté. On lui demandera la raison pour laquelle il a joué cet air, il répondit «  on devait la chanter à l’école, il me restait des retours ! »

A Londres, dans une chambre d’hôtel, après avoir ingurgité un cocktail de somnifères et de vin, il s’envola dans son rêve mauve  « Purple Haze »… il décède le 18 Septembre 1970 et rejoins le club des 27.

Hendrix n’était ni noir, ni blanc, ni rock, ni blues, ni jazz, il était un Greats ! Le son du virtuose de la main gauche est inimitable, personne n’a su le reproduire de nos jours !

Des morceaux comme « Little wing », « Purple haze », «Voodoo Child », « Foxy Lady » ou encore «The wind cries mary » seront toujours dans nos esprits et resteront dans l’histoire.

Merci pour ce que tu as apporté à la musique et surtout à la guitare électrique.

By Matthieu Tisané

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s