Addictive TV

Addictive TV : De la musique électronique dans un festival de Jazz

Samedi 19 Mai 2012, 19h30. Me voilà dans une ville située à l’est de New York et à l’ouest de Copenhague. Plus précisément, je suis à Coutances, dans ma Normandie natale. Coutances : Son parc médiéval, sa cathédrale de style gothique du XIII ième siècle, son théâtre, son club de foot… Mais si je me retrouve ici, ce n’est pas pour assister à une cérémonie religieuse (et encore moins pour aller voir un match de foot ! Si je voulais voir du football, je serais resté chez moi à regarder la finale de la Ligue des Champions). Si je suis là, c’est pour son festival nommé « Jazz Sous Les Pommiers »: Un bon petit festival où jouent des musiciens amateurs (école de musique, fanfare) mais aussi professionnels. La ville Manchoise a pu accueillir de nombreux artistes connus ou en pleine montée. On peut citer notamment  Sanseverino (invité du groupe de Jazz manouche Rosenberg Trio), Melody Gardot, Yael Naim, Manu Katché, Adb al Malik, Arthur H et j’en passe… Pour son trentième anniversaire, le festival recevait en outre le grand bassiste de Jazz Marcus Miller, et les américains qui « ne veulent pas travailler » et qui fument : Pink Martini. Après une heure et demie de route sous la pluie (mais comment peut-il en être autrement en Normandie… NdlC), dont le bruit du choc des gouttes d’eau sur le pare-brise nous oblige, moi et des amis, à augmenter le son de l’auto-radio, nous arrivons au lieu-dit, les capuches sur la tête. Une question idiote me vient à l’esprit : « Les gars, vous pensez qu’on est les seuls à se déplacer à un festival de Jazz pour aller voir un groupe électro ? ». On me répond alors : « Bouge-toi, viens nous aider à planter la tente ! ». Je m’exécute, en pensant réellement qu’on doit être peu nombreux à faire cela.

C’est alors que nous partons chercher nos places pour le concert d’Addictive TV. Mes compagnons me demandent alors, question que vous devez aussi vous poser : Qui sont les Addictive TV ? Ce sont deux « DJs » anglais, Graham Daniels et Mark Vidler. Je me suis permis de mettre le mot DJ entre guillemets, car on peut les classer dans une catégorie particulière de ce genre musical : Non seulement, ces anglais mixent de l’audio, mais ils associent leurs travaux avec de la vidéo, issue de films (durant le concert, nous avons pu remarquer des images du film Le Labyrinthe de Pan, ou encore de la série Les Griffin). Et pour cause, leurs mix sont essentiellement basés sur le son issu de longs métrages. Et des sons assez anodins : Bruit de moteur de voiture, les bruits de laser dans Star Trek…  Mais n’ayez crainte chers amis, ces musiciens d’outre-manche font aussi des bootlegs (Le terme « bootleg » est aussi employé par le milieu des DJ pour désigner l’art de mixer deux morceaux pour en faire un troisième selon Wikipédia) plus basiques, comme par exemple leur morceau « King Of The Exodus (Manu Chao VS Bob Marley) ». Addictive TV a également travaillé auprès de studios Hollywoodiens pour la création de musique de bandes annonces de films (Iron Man, Fast & Furious, Slumdog Millionnaire), et également auprès de d’Electronic Arts.

Addictive TV dans leur loge, au festival « Jazz Sous Les Pommiers », à Coutances (50)

22H. Le groupe m’attend devant le Magic Mirrors, salle où va se dérouler le concert. C’est alors qu’ils m’emmènent dans une espèce de sous-sol, où tables, chaises et nourriture occupent l’espace. Ils m’invitent à les suivre dans leur démarche de… s’asseoir. Je dégaine alors mon dictaphone, et alors que Graham lance dans la pièce haut et fort :

Graham : So, What is the première question ?!

PDR : Comment pouvez-vous présenter Addictive TV aux personnes qui ne vous connaissent pas ?

Graham : Euh.. En quelque chose ! Ce n’est pas une chose facile à décrire.. Le plus simple est de dire que notre travail est basé sur des samples, mais simplement des sons que l’on peut entendre dans les films.
Mark
 : Nous prenons des sons, une partie de dialogues, on mixe ça et on met une musique en arrière-plan.

Comment vous ait venu l’envie de faire ce genre de musique ?

Graham : On s’est jamais dit un jour : « Oh tiens, et si on essayait de faire ça ! » ça s’est fait très lentement… Mon univers, c’est la télévision, et donc la vidéo que l’on retrouve chez les VJ’s (Vidéo Jockey), tandis que Mark faisait de la musique, notamment du bootleg, et un jour, on a voulu mélanger nos 2 mondes.
Mark : Il y a eu aussi l’avancée technologique qui nous a permis de faire cette musique plus facilement qu’il y a 20 ans.
Graham : Ce qui nous produisons provient de YouTube ou encore d’autres sites de partage de vidéos. Avant, il était difficile de montrer son travail, il fallait attendre l’arrivée des K7, CD, DVD. C’est aussi ça qui nous a permis de faire notre musique, le fait de pouvoir accéder à ce que l’on veut grâce à l’Internet. Et sans ça, on n’aurait surement pas pu faire notre musique.

Comment vous choisissez les morceaux que vous allez mixer ?

Mark : Ça vient de ce qu’on aime, de ce qu’on écoute dans la vie de tous les jours. De ce qu’il y a à la télévision, ce que l’on entend dans les films.. Et tout de suite on se dit «  Et si on utilisait ça, ça serait vraiment énorme ! »
Graham : Ou des fois, ça vient d’une idée folle, comme utiliser les morceaux provenant des films de Super-Héros : Batman, Superman, Les 4 fantastiques, ou encore X-Men. Et on les assemble ! En fait, la plupart des temps, on choisit les morceaux selon les idées que l’on peut avoir : on essaie de voir ce que cela peut donner, et tant pis si on ne finit pas ce que l’on avait commencé. On a fait un morceau ( appellé Drum n’ Bass Maestro ) qui vient d’une idée bizarre ! Il y avait un DJ de Drum n’ Bass (Musique électronique caractérisée par ses break beats de batterie et ses lignes de basse lourdes à très basse fréquence ayant pour but de faire ressentir au danseur des vibrations à l’intérieur du corps selon, encore une fois, Wikipédia) qui mixait dans une émission de télévision anglaise. Il conduisait un orchestre. C’est alors qu’on a pris le son et la vidéo de ce passage de l’émission et qu’on y a ajouté des samples de Drum n’ Bass.

Aujourd’hui, on vous retrouve dans un festival de Jazz. Est-ce que vous avez des setlists différentes selon l’endroit, le festival où vous jouez ?

Graham : Elles changent un petit peu, mais cela reste à peu près identique quelque soit l’endroit où nous jouons.

En 2006, vous  êtes devenus le premier groupe à mixer officiellement pour des studios Hollywoodiens. Que faîtes-vous lorsque vous travaillez pour eux ?

Graham : Nous réalisons des trailers de films. C’est vraiment un travail agréable, nous sommes libres de faire ce que nous voulons mais il faut que l’on fasse attention à ce que l’on fait, à ne pas être provoquants par exemple. Nous avons travaillé sur Max Payne pour la Twentieth Century Fox et…
( un minuteur sonne dans la pièce )
Mark : Graham, il est temps que tu ailles au lit maintenant ! Demain, il y a école !
Graham : Mais euhh. Bref, nous avons fait quelque chose très noir, glauque, car c’est ce que l’on avait resenti par rapport au film. Et on a nous dit : «  Non mais ça va pas, vous ne pouvez pas faire ça ! C’est beaucoup trop noir, on voit de la drogue, blabla.. »
Mark et Graham (dans un unisson parfait) : MAIS C’EST LE FILM !
Mark : Nous avons aussi travaillé avec Namco et Capcom pour le jeu vidéo Street Fighter X Tekken, et les deux studios japonais ont vraiment adoré notre travail. Les goûts et les couleurs…

Vous avez fait des concerts partout dans le monde ! Est-ce qu’il y a un concert qui vous a particulièrement marqué ?

Graham : COUTANCES ! (Pour précision, l’interview a eu lieu avant leur concert ! ). C’est compliqué à dire, ils ont tous été différents les uns des autres. On ne pourrait pas dire «  Celui-là, c’était le meilleur, c’était énorme ! »
Mark : Par contre, on peut dire que l’on a joué dans des lieux extraordinaires : En Egypte ou encore à Chamonix avec une vue panoramique sur le Mont Blanc. En Tunisie, on a joué 2 mois après la révolution et c’était vraiment fantastique. On a joué aussi au Chorus Festival, à la Défense. En fait, tous nos concerts en France étaient énormes !
Graham : On a joué aussi aux Jeux Olympiques de Vancouver. Les gars de l’organisation étaient réglés à la seconde près, c’était fou !
Mark : Il y a eu aussi celui à Grenoble, au Cabaret Frappé. Dix milles personnes nous écoutaient avec des casques audio ! C’était le silence complet dans la salle, et pourtant, tout le monde dansait !

Notre webzine est centré sur la musique rock. Avez-vous un morceau ou un groupe de rock favori ?

Mark : Quoi ? Du Rock ? Ok, très bien ! Par où je commence ? ( Rires ) The Kinks: « You Really Got Me » : Pour moi, ils ont inventé le punk-rock. Après j’aime beaucoup les Stooges, MC5, The Rolling Stones, Led Zeppelin, Sex Pistols, The Clash. J’adore la musique Rock ! Dans les groupes de maintenant, j’écoute Kings Of Leon, The White Sprites
Graham : On adore mixer le rock !

Addictive TV en concert à Jazz sous Les Pommiers

Live Report:

23h. Moi et mes amis sommes au Magic Mirror. La salle est pleine à craquer, mais contrairement à ce que l’on pourrait penser, les jeunes ne sont pas en majorité. Addictive TV réussit à attiser une curiosité transgénérationnelle. Les jeunes se retrouvent devant la platine, mais les plus âgés ne sont pas en reste. Les deux VJs arrivent rien qu’avec des sons minimalistes à transmettre une énergie incroyable et puissante auprès de son public. La seule chose que l’on peut regretter, c’est le fait que les deux anglais enchaînent les morceaux sans aucune pause, et donc, on se retrouve à danser et sauter pendant 20 minutes et on reprend son souffle que très peu de temps, étant entraînés par l’énergie contagieuse des autres spectateurs.

Addictive TV se produira en France avec DJ Zebra le 22 Juin au Mashup Film Festival, au Forum des Images à Paris pour un show qui promet d’être époustouflant !

By Thibault Lemesle

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s