Kim Deal

KIM DEAL WITH IT ! La passionnante aventure de Kim Deal !

Kim Deal est entrée dans l’histoire du rock grâce à ses trois projets musicaux qui ont profondément marqué le rock.

Kim Deal est née en Juin 1961 dans une ville de l’Ohio, suivie de très près par sa sœur jumelle: Kelley Deal. Elle débute rapidement la musique, à peine âgée d’une dizaine d’années, en jouant de la guitare. Au lycée, loin de l’image classique de la « looseuse », elle était, avec sa sœur, Pom Pom Girl et avait de très bonnes notes. Elle forme durant cette période, toujours avec sa sœur, un groupe de folk/rock se nommant The Breeders. Elles ont environ 17 ans et achètent du matériel musical pour se créer un petit studio. Kim Deal commence alors à écrire beaucoup de chansons.

Kim Deal

A la fin du lycée, elle passe par sept universités différentes, sans être diplômée d’aucune d’entres elles. Elle travaille ensuite dans les sciences cellulaires et rencontre grâce à son frère un militaire John Murphy, avec lequel elle se marie et déménage à Boston, la ville natale de son mari, en 1986. C’est avec lui qu’elle a écrit la chanson « Hoverin » que l’on retrouve sur l’album des Amps (Pacer).

Installée à Boston donc, elle répond à une annonce d’un groupe cherchant une bassiste aimant le punk comme Hüsker Dü ou bien le folk comme Peter, Paul and Mary. Le groupe n’est autre que le mythique Pixies.  Elle a été la seule à répondre, même si son instrument de prédilection est la guitare. Elle fait dès lors partie du groupe qui se forme la même année. Elle emprunte la basse de sa sœur pour jouer au sein du groupe. C’est elle qui introduit Dave Lovering, un ami de son mari, comme batteur. Le groupe se fait repérer par le studio Fort Apache en faisant la première partie des Throwing Muses. Pour la sortie du premier album en 1987, Come On Pilgrim, Deal se choisit comme nom de disque, Mrs. John Murphy. Petit clien d’oeil féministe pour critiquer les femmes qui ne veulent être appelées que par le nom de leur mari pour se sentir respecter. Dans cet album, on retrouve les thèmes récurrents du groupe comme le mélange de l’espagnol et de l’anglais, des thèmes crus comme le sexe ou bien l’inceste ou encore la religion. En 1988, le groupe sort son réel premier album, Surfer Rosa, album culte contenant les titres comme « Gigantic », écrit par Kim Deal ou bien « Where Is My Mind? ». L’album est très bien reçu par la critique, considéré comme un des meilleurs albums du paysage Rock Indépendant de l’époque. Le groupe part ensuite en tournée avec Throwing Muses. C’est là que Kim Deal évoque l’idée d’un projet, visant à créer un nouveau groupe , avec Tanya Donelly, guitariste de ce groupe.

Doolittle sort une année plus tard, en 1989. Surement l’album des Pixies le mieux considéré. Il contient des pépites telles que « Monkey’s Gone To Heaven », « Here Comes Your Man » ou bien « Silver », titre écrit et chanté par Kim Deal elle-même. Les tensions montent alors entre Franck Black et Kim Deal qui aimerait plus participer au groupe et écrire plus de chansons.

The Pixies

En 1990, Kim Deal s’éloigne des Pixies et décide de monter son propre groupe, The Breeders, en référence à son groupe d’ado. Il se compose donc de Kim Deal, Tanya Donelly, Josephine Wiggs et de Britt Walford. Le nom du groupe fait référence à un terme utilisé par les homosexuels pour appeler les hétérosexuels.  Le groupe fait appel à la maison de disque de Pixies, 4AD, pour financer le projet d’un premier album. Le groupe s’en va donc à Edinburgh pour les séances studios. De cet enregistrement, résulte Pod, sortit en mai de cette même année 90. L’album ne se vend pas très bien. Cependant les critiques spécialisées le qualifient d’élogieux, de brumeux, d’érotique, d’album de l’année pour les radios étudiantes… Malgré tout, certaines critiques soulignent son caractère « trop projet artistique ». Dans une interview donnée en 1992, Kurt Cobain déclara que Pod était l’un des albums qui avait changé sa vie. Dans celui-ci, toutes les chansons sont écrites par Kim Deal, exceptée certaines coécrites et bien sûr la reprise de « Happiness Is a Warm Gun » des Beatles.

La même année, Deal retourne aux Etats-Unis pour revoir le groupe Pixies et malgré le fait qu’elle ait été virée, elle réintègre le groupe. Ils retournent en studio et enregistrent le troisième album de Pixies, Bossanova. Il obtiendra un disque d’or en France et au Royaume-Uni, mais essuiera un petit échec aux Etats-Unis. Sur cet album, Deal se fera discrète, n’écrivant aucune chanson. Le groupe sortira, malgré les tensions, son quatrième et dernier album, Trompe Le Monde, en 1991. Après un son plus pop et surf rock sur Bossanova, le groupe tente de revenir au son plus rêche de leurs débuts. Mais en dépit d’une très bonne critique, le groupe se sépare définitivement en 1993.

En 1992, avec The Breeders, Deal fait appel à sa sœur jumelle pour devenir guitariste. Ils enregistrent l’EP Safari, et Tanya Donelly part pour fonder son propre groupe: Belly. Walford est lui aussi remplacé par Jim MacPherson. Durant cette année-là, The Breeders part en tournée pour assurer la première partie de Nirvana. Le groupe entre alors en studio pour enregistrer leur album le plus culte, Last Splash qui sort l’année suivante. Sur cet opus on trouve le fameux « Cannonball », dont le clip est réalisé par Kim Gordon et Spike Jonze ou bien encore « Divine Hammer« , « Saints » ou bien « Invisible Man« . Kim Deal écrit tous les titres de cet album. Le disque est très bien reçu par la critique et par le public, même s’il reste assez indépendant. Toujours en 1993, le groupe participe à la compile anti sida No Alternative. L’année suivante, en 1994, Last Splash est propulsé disque de platine aux Etats-Unis et le groupe participe au festival mythique, Lollapalooza. Malheureusement Kelley Deal a de gros problèmes avec la drogue et entre en cure de désintoxication, stoppant l’activité des Breeders.

The Breeders

En 1995, Kim Deal crée donc un autre groupe avec Jim MacPherson: The Amps. Ce groupe ne sera actif qu’un an et ne sortira qu’un seul album l’année de leur création, Pacer et partira en tournée juste après sa sortie. Sur cet opus on retrouve l’univers aux sons saturés, pop et brumeux de Kim Deal qui chante et signe les compositions. Sofia Coppola utilisera d’ailleurs le morceau Tipp City pour le générique de son premier court métrage Lick The Star, sortit en 1998.

En attendant, Kim Deal participe à quelques autres projets. Elle prête sa voix pour le morceau Little Trouble Girl de Sonic Youth figurant sur leur album de 1995 Washing Machine. Elle produit aussi de la musique pour le groupe Guided By Voices et participe à l’album solo de Courtney Love, America’s  Sweetheart en 2004.

Durant les années 2000, Kim Deal reste très active. En 2002, elle sort un nouvel album des Breeders après neuf ans d’absence, Title TK. L’album revient aux sons plus indé de Pod, mais Kim reste la seule membre fondatrice du groupe, à l’exception de sa sœur. En 2004, elle rejoint les Pixies pour une tournée ainsi qu’un concert aux Eurockéennes de Belfort. En 2008 et 2009, The Breeders sort deux nouveaux opus, Mountains Battles et Fatal to Fatal. Elle a aujourd’hui 50 ans et vit à Dayton, Ohio car sa mère est atteinte d’Alzheimer.

Kim Deal représente donc les Pixies, les Breeders ou bien les Amps et reste un monument du rock indépendant qui a bouleversé la musique. Si elle n’est toujours pas épuisée après ces trois groupes, que nous réserve son futur ?

By Diego Seval

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s