Connan Mockasin

Connan Mockasin : entre fantaisie et réalité

Ce n’est que très récemment que j’ai pu me frotter à la pop néozélandaise de cet artiste un peu hors normes.

À la limite du falseto vocal sur fond d’une pop teintée de psychédélisme et parfois même un peu jazzy,  Connan Mockasin ne chante pas comme un pied. Le jeu de mot est d’autant plus facile qu’il est vrai.

Les morceaux de son 4ieme album Forever Dolphin Love s’enchaînent de façon très légère avec quelques rythmes qui pourront faire penser à certains anglais qui ont une radio dans la tête et cela ne vous étonnera absolument pas de savoir que c’est Thom York himself qui me l’a conseillé… Enfin à moi ainsi qu’à quelques milliers de pécos lisant les bons interviews dans la presse ou fouinant les blogs rock spécialisés et un peu underground. Faut dire que pour savoir ce qu’il se passe du côté de la Nouvelle Zélande faut le vouloir non ?

Mais qui est Connan Mockasin?

Et bien c’est un gars qui s’est d’abord lancé dans la musique en montant un groupe de Blues Pop dans son pays du bout du monde, faut dire qu’il joue de la gratte depuis ses 10 ans aussi alors ça démangeait vu qu’il n’y a pas grand-chose à faire d’autre sur son île faut dire…Ils y sortent d’ailleurs 2 EP et tournent dans tout le pays.

En 2007 ce petit monde bouge sur Londres car on sait bien que pour percer c’est « The place to be » et après plusieurs collaborations, notamment avec Norman Cook, vous savez l’ancien des Housemartins qui est à l’origine de FatBoy Slim… Ouais… Rien que ça… mais joue aussi avec les White Stripes ou encore Robert Plant en Live durant des festivals où Connan ne passe pas inaperçu.

Donc, ces gars, à peine arrivés se trouvent de bons petits jobs avec pleins de gens intéressants. En 2010 ils partent en tournée avec Crowded House (pas rien ça non plus pour ceux qui ont de la mémoire, pour les autres allez voir Fall at your Feet, bon leur gloire remonte à 1985-96 mais bon, les classiques comme on dit…).

Connan est donc bien chaussé pour faire de la musique et n’en est pas à son coup d’essai (comique de répétition, Hop-Hop l’air de rien…).

Alors pourquoi aujourd’hui? Comprendre cette année puisque son dernier album est sorti en Mars et cartonne.

Peut-être l’air du temps, la multiplication des groupes rock qui font des LP un peu atypiques ces dernières années et notamment en 2010-2011. Il n’y a qu’à écouter King of Limbs (Radiohead) pour s’en rendre compte, The XX et bien d’autres encore. Il y a ceux qui s’accrochent au rock des 70’s et à ses descendants directs et ceux qui insufflent une certaine révolution dans notre idée de ce que peut être le Rock et le poussent donc toujours plus loin, artistiquement parlant s’entend.

Un univers artistique marqué

Pour ma part, j’ai trouvé chaussure à mon pied (oui je sais… mais que voulez-vous pas ma faute s’il a un nom qui s’y prête !) dès que j’ai pu poser l’oreille sur l’univers un poil fantasmagorique de Connan Mockasin.

De plus son LP compte quelques 19 tracks dont 9 sont des versions live des 10 premiers. Autant ne pas bouder car pour le même prix ça me fait personnellement beaucoup de bien au compte en banque qui, par les temps qui courent est assez amputé par mes factures de crème solaire que l’on dit déjà astronomiques  en hauts lieux ! (comprendre : ma femme bien-entendu)

By Greg Pinaud-Plazanet

Une réflexion sur “Connan Mockasin : entre fantaisie et réalité

  1. Pingback: L’Edito du PdR | Le * Peuple Du Rock * Webzine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s