Edito de la semaine/Elliott Smith/Tron Von Balthazar

L’Edito de la semaine

Une fois n’est pas coutume, mon manque d’ubiquité m’empêche d’être devant mon clavier, au boulot et en concert/écoute d’albums. Mais qu’importe, le tout est d’aller vous pêcher de bons sujets et d’être heureux de partager. Cette semaine, nous allons vous parler de The Color Bars Experience. Après un projet plus que réussi consacré à un cover très intelligent de Figure 8, album culte du regretté Elliot Smith, The Color Bars Experience s’attaque à un autre grand disparu de la scène musicale : Nick Drake.

 

The Color Bars Experience est une bande d’amis, comme ils aiment à se présenter, tous issus des meilleurs conservatoires de leurs pays respectifs. En 2015, cette formation atypique s’attaquent à l’un des artistes les plus reconnus de la musique indépendante folk-rock : Elliot Smith. Le projet était ambitieux. Respecter l’auteur tout en apportant une certaine originalité au travers d’arrangements particulièrement intelligents et sensibles, tout en gardant l’énergie des morceaux qu’Elliot Smith basait sur une rythmique électrique. Onze musiciens se sont donc attelés à la lourde tâche de rejouer entièrement l’album Figure 8 avec des instruments divers et variés (violons, contrebasse, basson, flûte…). Pour la voix, The CBE a choisi trois contemporains d’Elliot Smith: Jason Lytle (Grandaddy), Troy von Balthazar (ex Chokebore, TVB) et Ken Stringfellow (The Poesies, REM, Big Star…). Trois styles différents qui allaient apporter eux, aussi, un relief différent au songwriting de l’artiste disparu. L’écoute du résultat ne souffrait pas le moindre doute : le pari était réussi bien au-delà de nos éventuelles attentes et magnifiait même certains des morceaux originaux en leur donnant un éclairage différent.


Fin 2016, The Color Bars Experience a décidé de s’attaquer à l’oeuvre du compositeur interprète britannique Nick Drake.    Ce projet revêt un aspect un peu particulier pour moi car depuis que j’ai découvert les chansons de Nick Drake en 1987, leur mélancolie, leur musicalité absolue, je lui voue un certain culte. Pour l’occasion, c’est l’album Pink Moon qui est mis en avant, certainement  le plus intimiste, musicalement parlant, mais sans doute très propice à l’expérience d’enrichissement par un grand ensemble, Drake n’y ayant posé que sa guitare et sa voix. En seulement trois albums, Nick Drake, décédé à 26 ans d’une overdose d’antidépresseurs, que l’on préfère penser comme un effort désespéré pour vivre et non comme un abandon calculé à la mort, a laissé une empreinte indélébile sur la musique folk. Guitariste autodidacte, le style de Drake est caractérisé par l’usage habituellement très technique (pour une guitare) de grappes de sons voisins, espacés d’un ton (en seconde majeure), ou d’un demi-ton diatonique (en seconde mineure). Drake fait usage d’accordages différents (open tuning), qui permettent de jouer ces accords compliqués de façon plus simple. Arrangements majestueux et fragiles à la fois, son oeuvre est reconnue comme ayant été un phare pour de nombreux artistes contemporains.

Si le principe global reste le même, et que dix musiciens classiques redonneront vie aux chansons de Nick Drake, les trois artistes choisis pour le projet ne sont pas les mêmes que sur le précédent. Cette fois, c’est au tour de Mark Gardener (Ride, qui vient d’ailleurs d’annoncer le mois dernier un tout nouvel album intitulé Weather Diaries), Eric Pulido (guitariste de Midlake) et Brian Lopez (Giant Sand) de porter les textes parsemés de références à la nature. La sensibilité, assez différente de ces trois artistes apporte beaucoup de relief au projet. Les extraits, croisés ça et là sur le net, et les concerts, complets, le confirme. De même qu’Elliot Smith n’était pas dans l’actualité lors du premier projet de The CBE, Nick Drake n’est pas forcément, pour bon nombre de fans mais également de néofites, un auteur particulièrement actuel. Le projet permet ainsi de relier plusieurs générations, de passer la musique, en ravivant le feu chez les fans, à ceux qui ne connaitraient pas leur musique. A noter que The Color Bars Experience jouera Pink Moon de Nick Drake lors de la 8e édition du festival Days Off (30 juin au 10 juillet 2017).

Voilà, si vous ne connaissez pas la musique de Nick Drake, ou si vous souhaitez la redécouvrir au travers d’une réinterprétation riche et apportant du sens à l’oeuvre d’origine, n’hésitez pas à allez jeter vos oreilles voraces sur le projet de The Color Bars Experience. Vendredi, vous aurez droit à tout à fait autre chose puisque nous parlerons d’une autre pépite que la musique vient de nous offrir le 5 mai dernier : In Spades, le dernier album, assez étonnant sous bien des aspects, d’Afghan Whigs.

 

Greg Pinaud-Plazanet

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s