Edito de la semaine

L’édito du Lundi

111111

Après un week-end d’Halloween un peu chaud, l’automne semble vouloir venir déposer ses valises cette semaine. Vous me direz qu’il serait temps puisque nous sommes presque aux portes de l’hiver… Oui, mais l’hiver ne promet pas, lui non plus d’être trop rude et certains supposent même que la neige sera pauvre sur les pistes… J’espère que tel ne sera pas le cas car j’ai tout de même envie d’aller tracer quelques courbes en montagne dans les prochains mois. Ici à Toulouse, le climat sera encore un peu chaud durant quelques temps, aux vues des événements actuels. En effet, samedi encore le centre ville était bouclé par les autorités en raison d’une manifestation contre un projet de barrage (Sivens), destiné à alimenter quelques agriculteurs faisant de la production intensive de maïs, au mépris de certaines règles écologiques de base. Malheureusement le message des manifestant est brouillé, une fois encore par la présence de casseurs, de jeunes (et moins jeunes d’ailleurs) qui s’emmerdent tellement qu’ils rangent le respect qu’il n’ont que pour eux-mêmes dans leur poche, enfilent une cagoule et sortent dézinguer des vitrines… C’est tellement chouette de ne pas avoir autre chose à foutre que ça ! Je ne dis pas, à la façon d’une chemise noire ou brune, dont la couleur aura passée depuis des années, qu’il faudrait tous les attraper et les mettre face au mur pour les fusiller, non. Je me demande ce qu’il serait possible de faire pour inverser le cours déprécié du respect… Et là encore je ne vois que l’éducation mais lorsque l’on voit l’état de notre système éducatif, mon espoir est tué dans l’oeuf. Un jour, il y aura donc certainement affrontement civil. Je ne parle pas de guerre car il faut garder aux mots leurs proportions et je ne suis pas un alarmiste. J’espère seulement que chacun d’entre vous pensera, en lisant ceci, à ce qu’il peut faire à son niveau pour garder en vie le respect que l’on a pour les autres, pour les choses que l’on construit, pour la nature, pour la vie en général. Je sais que vous n’êtes pas des milliers à nous lire, mais chacun à notre niveau, nous pouvons faire la différence.

Après cette introduction un peu lourde de signification mais qu’il me semblait important de vous déballer, parlons musique, ça adoucie les moeurs…  Et qui de mieux pour cela que Ben Howard ? Son dernier album, I Forget Where We Were est un disque qui, à force d’écoute, fleurit littéralement. L’artiste sait vous faire passer de la joie à la tristesse au fil de ses morceaux, très bien produits en passant, qui allient cette fois un aspect musical un peu aventureux par rapport à ses précédentes galettes, à des choses plus traditionnelles au regard de sa discographie (2 album, 4 Ep). A noter que ce second album est autoproduit et marque sans doute un tournant pour Howard.

Nude Beach. Ce n’est pas un endroit bordé de vagues où se côtoient de façon naturelle des personnes dans leur plus simple appareil, non. Nude Beach est un groupe américain formé en 2008. Oui, je sais que je viens de faire quelques déçus parmis vous mais c’est la vie… 77 est le nom de leur album du moment. C’est un petit concentré de Power Pop ne visant qu’à vous insuffler de joyeux élans. Un truc entrainant, loin de la lourdeur de certains de leur contemporains, à écouter dans la bagnole, fenêtres ouverte pour communiquer la joie au monde… Peut-être que l’on se tapera moins dessus, sait-on jamais… Le clip, For You, a été écrit, dessiné par des gosses de 6 à 11 ans, je trouve l’initiative sympa.

Je vous avais parlé de Foxygen lors d’une review sur la sortie de leur précédent Lp, (https://lepeupledurock.com/category/foxygen/). Le duo californien revient cette année avec And Star Power, un double album qui n’arrive pas à me convaincre autant que celui qu’il suit. Attention, je ne dis pas qu’il n’est pas bien, mais je vais avoir besoin de l’écouter et le réécouter encore je pense, ou lui trouver un tiroir mémoriel pour le ressortir lors d’un moment particulier. Pour autant, je trouve qu’ils sont certainement un des duos les plus créatifs du moment dans leur style même si sur ce disque je n’ai trouvé aucun morceau arrivant à la hauteur de San Francisco ou de No Destruction. Le groupe semble ici en bataille contre lui-même, certainement écorché au passage par ces deux dernières années de tournées et de succès. D’ailleurs n’ont-ils pas annulé leur tournée d’été 2013 pour « préserver leur santé créative » ?

Pour les deux prochains artistes, je dois parler d’une double sortie. En effet deux ex membres de Sonic Youth ont choisi le même jour pour mettre leur album respectif dans nos bacs. Sans vouloir les comparer car ils ne sont pas sur la même corde (pour deux guitaristes… non ? Bon ok j’ai eu des jours meilleurs…). Lee Ranaldo And The Dust sort de son côté un album très acoustique, tout à fait sympathique (Acoustic Dust). J’y aime beaucoup la mise en musique, j’y aime moins sa voix mais je dois dire que je n’ai jamais été très fan de son chant. Excellent guitariste-bruitiste ne veut pas systématiquement dire que chanter ira de soit. Une voix commune, sans relief même si à l’écoute le tout passe plutôt bien mais il faut dire que son précédent album Last Night On Earth ne m’avait pas excité l’oreille plus que ça et comme ici il ne s’agit que de version acoustiques retravaillées de leurs morceaux existants, de trois covers et de 4 nouveaux morceaux seulement…  De son côté, Thurston Moore valide bel et bien son ticket pour une carrière solo sans tâche avec Best Day. L’intro de Forevermore vous fera surement penser que Sonic Youth est toujours vivant, mais un morceau comme Best Day, reprenant des codes très américain, vous fera comprendre que Thurston Moore est bien plus compliqué que cela. L’album allie un rappel des premiers jours de Sonic Youth et leur expérimentations tout en étant immédiatement accessible. Certains pourront se dire qu’ils regrettent les jours anciens, mais la vérité est qu’avec cet album, je retrouve tout, ou un souvenir de tout, rafraîchissant et qui me tourne vers l’avenir plutôt que vers le passé.

Je finirai en signalant à ceux qui auraient eu la malchance de rater la tournée sold out de Détroit qu’un Live à la Cigale vient d’être édité. Pour les autres et bien ils pourront se replonger dans l’ambiance… Ah et encore une chose: le 12 janvier est prévue la sortie d’un nouvel album d’Archive, Restriction, dont trois titres sont déjà à l’écoute. Inutile de dire que je suis comme une jeune marié attendant qu’on lui passe la bague au doigt… Ou bien une pucelle attendant qu’on la conduise au bûcher, cela dépend des jours, puisque je n’avais pas adhéré à leur projet Axiom. Le moins que l’on puisse dire c’est que le titre Black & Blue est superbe et assez classique, que Kid Corner a l’air puissant et très électro, et que Feel It sonne très Rock. Je pense que tout cela augure du meilleur, non ?

Greg Pinaud-Plazanet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s