Edito de la semaine

L’Edito du Lundi: Music Pâques-age, à l’anglaise !

111111

Nous sommes lundi… C’est le week-end des cloches, je suppose donc qu’elles seront affairées ailleurs qu’ici, certainement sur le retour vers Rome. Si vous lisez cela, vous n’en faites donc pas partie et c’est très bien comme ça, je n’aurais pas voulu avoir de problème avec vous et vous voir débarquer en colère dans mon bureau de rédacteur… Ah mais c’est vrai je n’en ai pas… Ouais ok mais ce n’est pas une raison pour me croire à l’abri de toute atteinte, tranquillement planqué derrière mon moniteur. Trop le font déjà.

Moi, les cloches, je n’y crois pas. Je ne crois pas en Dieu, donc à partir de là je me refuse de manger du chocolat pour célébrer la résurrection d’un homme barbu, sans être malhonnête pour autant puisque tous les barbus ne le sont pas, qu’on se le dise une fois pour toute afin d’en finir avec ces clichés idiots et éculés (attention à ne pas déraper en fin de phrase… vous pourriez vous blesser).

Par contre je n’ai rien contre les gens religieux. Au contraire. La religion peut aider à vivre, à rassurer, à se rassurer  et j’en passe. Moi, je me contente d’aimer les chansons qui parlent de Jesus (prononcer ici « dgizuss », d’où l’absence volontaire d’accent) ou de God (Attention à ne pas déraper là aussi…). La religion a toujours été, de façon sérieuse ou provocatrice, un sujet important dans le Rock. De tous temps, les hommes ont sacralisé des idoles, il est donc normal que ce côté sacré transparaisse dans le Rock aussi puisque c’est une musique dite populaire. Parfois même de façon totalement détournée comme le symbole de la croix, ou au travers du phénomène de dévotion… Peu à peu d’autres idoles ont émergé au son de la musique du diable en étant érigées par les hommes comme Dieux vivants (ou morts, des fois dans le Rock ça va vite…): Les rockstars ! Et là, la relation entre religion et Rock devient faustienne… Vous avez 2h, je repasserai pour ramasser les copies, merci.

Alors aujourd’hui pour faire un edito un peu à part, et parce que, comme vous surement je mérite un peu de repos en famille, je vais vous coller des morceaux qui sentent parfois bon le souffre ou qui ont simplement le goût d’Ostie, qui entre nous soit dit, n’a aucun goût… Et je commencerai par Jesus du Velvet Underground, la base en quelque sorte de ce moment eucharistique que je me propose de passer avec vous en ce jour mes frères:

Comment ne pas croquer dans la pomme du pêcher lorsqu’on pose ses oreilles sur le Sympathy For The Devil des Stones

Ou simplement se mettre à la spiritualité avec God de Lennon ou au moins essayer d’intégrer son message, ce qui en ces temps perturbés, nous ferait le plus grand bien j’en suis sûr…

De son côté, Jesus & Mary Chain accumule avec Reverence paroles et images provocatrices dans un ensemble assez hypnotisant:

La religion en Rock peut devenir une marque de fabrique, un moyen de provoquer à outrance pour essayer de réveiller la masse:

A contrario, on peut imaginer Jésus marchant parmi nous au 21ieme siècle comme le fait Joe Arthur avec The Ballad of The Boogie Christ, vous imaginez ça vous Jésus qui bouffe un burger ? En vrai je veux dire, artistiquement, cela a déjà été fait (voir Ghost Burger).

On peut aussi croire que vous pourriez payez votre passage vers l’au-delà à Charon, le nocher des Enfers, en demandant d’être mis en terre avec une pièce de monnaie sur chacun de vos yeux, comme le fait Keaton Henson:

Je finirai avec Jesus Ranch des excellent mais très sous estimés Tenacious D qui est… un bon délir de presque 10 minutes issues de leurs sketches sur HBO, mais c’est tellement bon:

Oh bien-sûr il y en a des milliers d’autres et ici ne figurent sans doute pas vos préférées, les plus connues, ou encore les plus emblématiques (j’ai pas été pioché dans le métal mais y a du potentiel, plus qu’ailleurs !)… peut-être… mais c’est ce que j’avais envie d’écouter aujourd’hui. Sur ce, je dois me hâter, il faut absolument que j’aille prendre l’apéro pour goûter le vin de messe que mon frère et moi avons subtilisé à l’office du matin, hier…

le-groupe-de-metal-ghost-b-c

Les suédois de Ghost B.C, groupe de métal

Greg Pinaud-Plazanet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s