Seaheaven/The Story So Far

LIVE REPORT – THE STORY SO FAR / SEAHEAVEN / WE FALL AS ONE (Batofar)

Après une venue remarquée à Paris aux Combustibles en mai dernier, The Story So Far se devait de revenir dans la capitale pour assurer un show dans une plus grande salle parisienne. Et pour bien boucler la boucle et passer un bon moment très punk, rien de mieux qu’un bon Batofar pour échauffer les esprits. Retour sur une date loin d’être bancale.

STORY SO FAR

Ouverture des portes à 19h30,   un bon nombre de personnes s’embarque déjà sur le bateau. L’impatience se fait ressentir entre les uns qui se précipitent aux stands de merch pour faire quelques emplettes, ceux qui se faufilent dans la fosse pour être le proche de la scène et les autres qui s’installent tranquillement au bar pour combler une soif surement inexistante.

Pas le temps de souffler, déjà le premier groupe de la soirée est sur scène. We Fall As One, jeune quintette de Paris, ouvre le bal avec un pop-punk-hardcore assez aguicheur. La voix un peu nasillarde du chanteur Toni et les screams du guitariste Stane sont assez harmonieux et permettent dans l’ensemble quelques mouvements de satisfaction de la tête. Le gros point noir de ce set sera la reprise hardcore du morceau Thrift Shop de Macklemore : Ryan Lewis  fut quasiment inaudible et déstabilisante tant par son interprétation que par sa position durant la prestation. Dans l’ensemble un bon aspect général, de plus que le groupe est jeune et n’a pas encore sorti son premier EP. Affaire à suivre.

Après un léger bol d’air bien mérité (car à ce point de la soirée, la salle s’annonce très bien remplie), Seaheaven rentre sur scène. Invité sur l’ensemble de la tournée européenne/UK, ce quatuor originaire de Torrance est une excellente découverte. Dans un style pouvant être qualifié de blues/rock, les Californiens ont fait très clairement monté la chaleur d’un cran tout en restant humbles et sérieux. Set bien complet, carré et jeu de lumière très complémentaire, rien à redire à part « revenez vite, nous voulons vous découvrir plus ».

Arrive à la suite de tout ce chamboulement le pilier principal de cette soirée : The Story So Far.

Dès le début du concert, le bateau tangue, ce qui annonce les couleurs de la soirée. Parker Cannon, le chanteur, débarque torse nu avec ces musiciens, chose qui enchantera étonnement plus les garçons du premier rang en transe à l’écoute des premières notes de Right Here, morceau issu du dernier album What You Don’t See. Avec un chant totalement respectable s’enchaînent les titres States and Minds, le single Roam et Things I Can’t Change durant lesquels quelques petits soucis de micro apparaîtront et seront réglés en deux temps, trois mouvements. La folie s’installe petit à petit, la fosse et la scène commençant à ne faire qu’un tant les crowdsurfers recherchent leur pain de ce jour, agaçant par la même occasion certains musiciens. Mais ambiance punk avant tout.

Le « roots » est à l’honneur et ce ne sont pas les morceaux Daughters et High Regard qui contrediront cette pensée. Après quelques remerciements, quelques compliments sur cette belle ville de Paris (combler les trous entre les morceaux n’étant pas vraiment leur point fort), 680 South, All Wrong et Bad Luck sont jouées d’une traite, pour un plaisir auditif linéaire sans fin. On retournerait bien quelques années en arrière pour refaire quelques bêtises jamais très graves entre potes. Ceci dit, après un Four Years un peu mélancolique, arrive dans la place Empty Space et Quicksand, moment d’apothéose de la soirée. Deux gros hits, 6 bonnes minutes de bonheur, de joie, de quoi bien finir la soirée… ou pas car un petit rappel de 5 minutes a pointé le bout de son nez avec Mt. Diablo qui refait descendre en douceur d’un nuage hardcore.

Avis plutôt positif de la soirée en général, Seaheaven étant devenu officiellement un groupe à suivre et The Story So Far confirmant leur place sur le marché plein d’embûches de la musique. Et si vous n’avez pas encore écouté le dernier album de ces derniers, il est grand temps de se lancer : on vous aura prévenu.

By Valentin G.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s