Skip & Die

Skip & Die : l’Afrique du Sud dans toute sa splendeur

Quoi ? Comment ça, vous n’avez jamais pas entendu parler de Skip & Die ? Il est temps d’y remédier. Leur premier album, intitulé Riots In The Jungle, est sorti dernièrement en France. Ce groupe, composé de la génialissime sud-africaine Cata.Pirata au chant, Nique Quentin aux percus, Gino Bombrini aux percus et également à la guitare, Rene Kuhlmann au remix electro et enfin Daniel Rose qui couvre divers instruments à cordes, nous entraîne dans leur univers colorés, exotiques et festifs.

Alors, cet album, il est pour qui ? Pour les personnes qui aiment le mélange Crystal Fighters, M.I.A, The XX, Steve Aoki, Die Antwoord et Iggy Azaela. Et aussi pour tous ceux qui veulent découvrir un groupe vraiment original, qui sort de l’ordinaire et qui vous fera bouger sans même que vous vous en rendiez compte.

skip-die-interview-standard-1

Décrire leur musique, c’est un peu mission impossible, vu la quantité d’influences qu’ils utilisent dans leurs titres. J’utiliserai donc leur site internet pour les citer, décrivant leur dernier album comme un opus « whichportraystheirexperience of blazingsun, dustyroads, township shacks, cockroaches, riots, skulls, bones and lovebirds. It contains songs in English, Afrikaans, Xhosa, Zulu, Spanish and Portuguese. »(NdT: L’album dépeint leur expérience du soleil de plomb, des routes poussiéreuses, des cabanes du canton, des cafards, des émeutes, des crânes, des os et de petits tourtereaux. Il contient des chansons en anglais, afrikaans, le xhosa, zoulou, espagnol et portugais.)

Pour atteindre ce résultat, le producteur venu des Pays-Bas Crypto Jori et Cata.Pirata ont traversé l’Afrique du Sud de long en large, ont rencontré de petits artistes et ont collaboré avec eux juste le temps d’une chanson. Cet album, retraçant leur voyage, en est le résultat. Grâce à ces rencontres, on sent vraiment que l’album ne s’est pas fait au fond d’un studio classique. Celui-ci est bizarre, parfois sale, voire crade, quelque peu vulgaire, très libéré et extrêmement multiculturel. Rien n’est cependant bâclé. On sent qu’il s’est fait à ciel ouvert, qu’il parle d’une voix directe, qui ne mâche pas ses mots et qu’il existe par son extravagance et sa différence.

Cela faisait longtemps qu’un album ne m’avait pas transporté comme ça dès la première écoute. La collaboration sud-africaine et néerlandaise passe comme une lettre à la Poste, on sent que les artistes ont un réel talent et qu’ils veulent le faire partager. Le mélange électro-indé fonctionne sur toutes les musiques de l’album, je ne peux même pas vous conseiller des titres, il faut écouter l’opus en entier pour savourer. Nous avons parfois tendance à l’oublier mais ici chaque passage au titre suivant est vraiment synonyme de « changement » grâce à l’utilisation de langues diverses, de sonorités variées, de l’ambiance qui est malgré tout toujours positive et qui nous transporte dans l’univers indé du groupe. Bref, juste une seule chose à ajouter, j’attends avec impatience le jour où je pourrai les voir en live, histoire de me donner une idée sur leur talent scénique.

Dommage, le seul bémol est que l’album ne comporte que douze titres. Après les avoir écoutés, maintes et maintes fois, une seule chose en tête : on en veut plus !

Site officiel : http://skipndie.withtank.com/

Myspace : http://fr.myspace.com/skipndie

By Juliette Goux

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s