Concerts

Live Report : The Hives enflamment le Zénith de Paris

« Tu vas voir, The Hives sur scène, c’est des dieux ! » : voilà ce que j’avais entendu une bonne dizaine de fois avant de me rendre au Zénith de Paris ce 29 novembre. Nos punk-rockeurs suédois préférés étaient ce jour là de retour dans la capitale pour la première des deux dates françaises annoncées cette année. Et ils ne m’ont pas déçu.

C’est à 20h que le concert débute avec en première partie les américains de The Bronx, présents sur les dates de la tournée européenne. La qualité sonore n’est pas terrible, voire assez laide, mais le groupe de punk hardcore fait preuve d’une énergie débordante, mettant très vite le public à l’aise. Je dois d’ailleurs dire que j’ai rarement vu un groupe de première partie chauffer aussi vite la salle, surtout lorsque celle-ci fait la taille du Zénith.

21h15. Entrée en scène de The Hives sur les premières notes de « Come On ». Les traditionnels costumes sont de rigueur évidemment. Ce soir, c’était tarif unique et placement libre, alors forcément, la fosse n’a jamais été aussi pleine. L’ambiance n’en est que plus déjantée.

1991309-the-hives-coachella-2012-joseph-llanes-617-409

The Hives © Joseph Llanes

La décoration en arrière plan est joliment réalisée. Comme sur l’artwork de certains produits dérivés, on y voit le chanteur du groupe manier les lettres H-I-V-E-S à l’aide de fils attachés à ses doigts, comme le ferait un marionnetiste avec son pantin.

Le premier morceau est à peine lancé, et je vois déjà la fosse danser, les gradins se lever, la salle entière chanter et applaudir. Une chose est sûre, on ne va pas s’ennuyer ce soir. Le set se poursuit avec un des grands classiques du groupe : « Try It Again », repris en coeur et plus ou moins approximativement par le public. Sur scène, c’est la folie. Les musiciens, et surtout Pelle Almqvist, ne tiennent pas en place. Le chanteur danse, court, et ne peut s’empêcher d’escalader la grosse caisse de la batterie ou les enceintes de retour.

Le show ne marquera aucune pause. Pas de ballade ou autre chanson calme, non non. Les clowneries des musiciens et certains essais (plutôt remarquables) en français seront les seules interruptions de la soirée. Et pourtant, on en redemande ! Quand arrive le moment du rappel, nombreux sont ceux qui, comme moi, seraient bien repartis pour une heure de concert. Le groupe, sachant se faire désirer, nous fera attendre plusieurs minutes avant de revenir interpréter trois morceaux, dont leur incontournable « Tick Tick Boom », pendant lequel le chanteur se fera un plaisir de séparer la fosse en deux (public assis, qui plus est) pour venir s’y promener.

En bref, un très bon moment. Même les rares personnes étant venues accompagner les fans reconnaîtront avoir adoré le spectacle, et pourquoi pas vouloir renouveler l’expérience. Pour ma part, le groupe était bel et bien à la hauteur de mes espérances, et même au-delà. Vivement le prochain !

By Kelly Le Guen

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s