Review

OK GO – Passez devant, on vous suit…

Lundi 6 février 2012 sortait le dernier clip d’OK GO: Needing/Getting, single de leur dernier album Of The Blue Colour Of the Sky. Dix millions de visionnages en quelques jours, un clip en partenariat avec Chevrolet, complètement dingue, improbable, décalé et surtout incroyable avec un très grand « I », apportant la musique vers une sonorité acoustique somptueuse de manière inimaginable pour le commun des mortels, je crois que monsieur Loeb peut aller refaire une révision sur sa Citroën et surtout qu’il est vraiment temps que l’on parle d’OK GO dans Le Peuple du Rock. En tout cas, je me fais une joie de le faire, rien que pour vous. Aller, Let’s Go, let’s Rock my friends !

OK GO

OK GO, c’est un groupe de rock américain originaire de Californie, actif depuis 1998 et emmené par Damian Kulash, le chanteur (pilote dans le clip), avec trois albums au compteur et une ferme volonté de partager leur univers excentrique au travers de leurs musiques délurées et pleines de vie.

Mais OK GO, c’est aussi un drôle de quatuor qui a participé à une ribambelle de clips d’une performance incroyable, complètement innovants, authentiques et qui ont le mérite de ne pas laisser indifférent.

Grands souvenirs pour ma part lorsque j’ai entendu parler de ce groupe pour la première fois et forcément on pense directement à leurs clips hors normes, pour exemple, celui de Here it Goes Again, le fameux clip aux tapis roulant. Certes, dit comme ça, si vous ne l’avez pas encore vu, vous êtes parfaitement en droit de vous poser quelques questions et c’est tout à fait normal.

Quatre types aux allures de dandys colorés, devant des tapis de sol, puis la musique commence et là, plus un mot, on reste à la fois perplexe et bouche bée pendant trois minutes.

Une chorégraphie soignée au millimètre près, très bien exécutée, fluide, en rythme, où l’on y voit quatre guignols danser synchroniquement sur ces tapis d’une façon inqualifiable, enchaînée avec perfection, sur un arrière fond qui ne paye pas de mine, difficile de décrocher son attention devant cela.

Disons que c’est une bonne mise en bouche pour s’intéresser au groupe.

Cette Parenthèse étant fermée, comment arriver à autant s’investir dans ses clips, tout en prenant soin de produire un son excellent, qui sort directement de ces entrailles?

La réponse repose en partie sur le talent bien sûr, sur une imagination débordante et la réelle envie de changer, de se démarquer du reste. Ajoutez-y une pointe de créativité et de folie et vous obtenez une sauce à la fois délicieuse et particulièrement audacieuse. Oui, on peut dire qu’OK GO reste assez unique dans son genre.

Si l’on remonte en 2002, année de sortie de leur premier album Ok Go, on découvre un groupe de teenagers  avec un son rock californien frais, qui dépote à plein tube.

La première chanson, Get Over It, donne le ton. Un rythme soutenu, un riff de guitare bien rock’n’roll, (tout comme les paroles au passage), ça sent bon le rock. L’album tend ensuite à s’adoucir un peu plus, avec des musiques plus légères et enivrantes telle que There’s a Fire ou C-C-C-Cinnamon Lips. Globalement, leur premier album Ok Go, avec ses douze chansons, s’écoute avec plaisir et montre un groupe au talent très prometteur, qui va se confirmer trois ans plus tard…

Avec son deuxième album Oh No, assez similaire à Ok Go (l’album), le groupe monte en puissance, notamment grâce à la présence du titre Here it Goes Again, qui lui a valu une récompense au Grammy Award lors de sa diffusion pour son originalité, mais également grâce ses titres Invicible, sur un son bien rock, Do What You Want, dans le même esprit qu’Invicible, avec en plus un clip assez déjanté, et A Million Ways, tourné façon clip amateur. C’est à ce moment précis que le groupe se crée une identité.

On peut relever certaines similitudes dans les deux albums, comme dans leur approche pour introduire les deux albums : un son à chaque fois bien frais, pétillant, et qui captive instantanément, Get it Over pour Ok Go et Invicible pour Oh No.

S’inspirant de pas mal de références comme les Cheap Trick, Weezer ou The Killers, Ok Go n’est pas en reste et ne compte pas s’arrêter là…

En 2010 arrive leur dernier album, Of The Blue Colour of the Sky.

Gros virage à 360 degré, l’album n’a plus grand chose à voir avec leurs deux premiers albums.

Le style musical rock laisse place désormais à une pop beaucoup plus funky et groovy, partant vers des mélodies moins énergiques et parfois un poil plus maussades.

On aime, on n’aime pas, toujours est-il qu’avec Of The Blue Colour of the Sky, OK GO réussit somme toute assez bien son pari, prenant le risque de proposer autre chose tout en restant dans cette optique d’innovation constante.

Toutefois, les clips, eux, ont sans conteste pris une part primordiale dans l’univers de OK GO, de l’Art à l’état pur.

WTF, première chanson, avec un clip plutôt original, s’assure de nous faire changer de bord en nous posant délicatement dans l’ambiance de l’album sur une pop plus rétro, façon un peu année 70.

Je vous avais parlé précédemment du clip de la chanson Needing/Getting mais avant celui-ci était arrivé le  clip de This too Shall to Pass qui a permis à OK GO de vraiment se faire remarquer.

À l’écoute de ce single, c’est comme une petite brise pop toute joyeuse qui sifflote dans nos petites oreilles, et quand on regarde le clip, c’est disons-le une sacrée gifle qui nous arrive en pleine face et qui nous prend de court (pensez à fermer la bouche en regardant le clip).

Avant même que le clip ne démarre, je me suis marmonné dans ma tête « ça promet », et force est de constater qu’effectivement, outre une bonne musique pop plutôt gaie, on est face à un clip génialissime, dans le style de la machine de Rube Goldberg, où l’on voit un tas d’objets divers s’envoler dans tous les sens, déclenchant  mécanismes après mécanismes, des engins qui animent tout un parcours à suivre, pour un résultat plus qu’à la hauteur et extraordinaire il faut le dire, très fort les mecs. Un autre clip de This too Shall to Pass a été diffusé sur la toile plus tard, l’on y aperçoit le groupe en tenue de fanfare en compagnie d’un orchestre camouflée dans l’herbe. Plutôt surprenant.

Ces clips valent vraiment le coup d’œil. Si vous êtes curieux, je vous invite à aller voir également celui de la musique End Love de leur dernier album, très bien monté, demandant à coup sûr beaucoup de motivations mais ça en valait la peine. Celui de All is not Lost est tout simplement magnifique, réalisé en collaboration étroite avec la compagnie de danse Pilobolus et de celle de Google. Le clip est tourné de façon kaléidoscopique, rendant celui-ci très esthétique, avec cette impression que toute la réalisation a été un projet posé, pensé, réfléchi, qui a demandé énormément de travail, de concentration et de patience… Le résultat est juste fascinant.

Trois albums et une poignée de clips ont suffi à OK GO pour s’illustrer et arriver à imposer sa marque dans le monde de la Musique. Ce groupe est l’un des groupe les plus décalés du moment, dû en grande partie à leurs clips et à leur détermination à rendre réel leurs projets complètement fous.

En dépit encore d’un manque de reconnaissance, le groupe commence à gagner petit à petit les foules et tous les fans peuvent se rassurer et être optimistes quant à leur progression imminente qui arrivera en temps et en heure. Rare sont les groupes de Rock arrivant à faire de tels clips, à autant prendre de temps pour les travailler d’une telle manière, complète et approfondie.

Tout ce qu’on espère pour la suite maintenant, c’est que le groupe continu sur sa lancée tout simplement, qu’il nous fasse rêver en ne cessant jamais de nous surprendre, comme ils y ont toujours réussi jusqu’à présent. Y arriveront-ils ? C’est à eux de nous le dire.

By Marcus Bielak

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s