Découvertes

R.E.M. : « Everybody cries and everybody hurts… »

A chaque jour suffit sa peine, annonce le proverbe. Aujourd’hui, ma peine se joint aux fans de R.E.M. Car nous venons d’apprendre que le groupe a décidé de se séparer après 31 ans de carrière.

C’est une nouvelle d’autant plus étonnante que, selon Rolling Stone, le trio a passé du temps en studio durant l’été, et que leur dernier album, « Colapse Into Now », était plutôt réussi.

Mike Mills, le bassiste, explique d’abord les raisons de cette soudaine séparation. « Durant notre dernière tournée, et pendant que nous faisions « Collapse Into Now » et notre rétrospective discographique, nous avons commencé à nous demander ‘Et ensuite?’. Travailler sur notre musique et nos souvenirs sur une durée de trois décennie a été un sacré voyage. Nous avons réalisé que ces chansons tirait un trait naturel sous nos 31 années de collaboration. »

Michael Stipe, le chanteur, ajoute : « Un homme sage a un jour dit ‘réussir une fête, c’est savoir quand se retirer. Nous avons ensemble construit quelque chose d’extraordinaire. Nous avons fait cette chose. Et nous allons désormais nous en éloigner. J’espère que nos fans se rendent compte que ce n’est pas une décision précipitée ; mais toute chose doit connaître une fin, et nous voulions le faire bien, le faire à notre manière.»

Et c’est ainsi, que 31 années de carrière se referment en ce 21 septembre 2011.

31 ans de vie dans le monde « alternatif », alternant grands succès comme « Losing My Religion«, « Shiny Happy People« , des albums commerciaux et tubesque comme « Out Of Time » avec des albums « underground », souvent moins connus. Malgré ses succès, R.E.M. avait su se construire un espace, en tant que précurseur des groupes alternatifs et contribuant probablement au renouveau du rock dans les années 80-90 en construisant leur propre son. R.E.M, c’était aussi un leader charismatique, à la voix reconnaissante, presque dylanesque. R.E.M. était des artistes aussi multiformes, au point qu’on retrouve un de leurs disques (Document) dans l’orientation discographique d’un livre consacré à l’exploration du genre country-rock (François Ducray, Bob Dylan, le country rock et autres ameriques publié aux éditions Le Castor Astral).

Michael Stipe, le leader du groupe R.E.M.

C’est au troisième membre du groupe, le guitariste, que l’on doit la phrase la plus optimiste pour les fans d’R.E.M., et la phrase la plus intéressante au demeurant pour le futur : Mike, Michael, Bill [Berry,  batteur du groupe], Bertis nous quittons excellents amis. Je sais que nous nous verrons dans le futur, juste comme je sais que nous verrons tous ceux qui nous ont suivi et supporté pendant toutes ces années. Même si ce n’est qu’au rayon vinyle de votre magasin de disques local, ou dans le fond d’une salle de concert, en train de regarder un groupe de gens de 19 ans en train de changer le monde. » Peter Buck, ici, laisse planer le doute sur le futur du groupe, doute quelque peu résorbé par la fin de la phrase.

Toujours est-il que s’il on devait répondre définitivement répondre à la question « R.E.M. est-il mort ? », il faudrait dire « Certainement ». L’avenir nous le dira, mais pour l’instant, célébrons le groupe en écoutant ou achetant leurs disques. C’est un des avantages de la musique : celle-ci ne meurt jamais, elle est intemporelle…

By Mickael Chailloux Via Music Vibrations

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s