"Quand La Musique Est Bonne" par Mike

Jean Jacques Goldman : L’impossible retour ?

Commencer une nouvelle chronique actuellement est un challenge hardi, une sorte de nouveau défi que les plus courageux journalistes tentent, au prix de leur renommée. Ici, au Peuple Du Rock, la chose est différente : pas d’argent, et surtout pas de carte de journaliste en jeu. Une nouvelle célébrité, ou pas, à se faire. C’est pourquoi je décide de lancer une chronique « retro », à priori mensuelle. Il s’agit ici de se livrer à un examen critique d’un artiste ou groupe, de retracer son œuvre musicale et enfin, d’en envisager l’actualité.

13409 71

Comment commencer alors ? Dès lors, le choix d’un engagement comme celui-ci devient périlleux. Quel artiste choisir ? Quelle influence ? Pour répondre à ces questions, j’ai décidé, après mures réflexions, de prendre comme premier artiste pour ma chronique ni plus ni moins que Jean Jacques Goldman. Ce choix s’impose à moi certes pour des raisons personnelles mais aussi pour des raisons historiques. Car, quoiqu’on en dise, Goldman fait partie du patrimoine musical français, aux cotés des autres Souchon, Voulzy, Hallyday, Brassens. Et si d’ailleurs, pour le définir, il ne faudrait pas y retourner dans l’histoire ?

Jean Jacques Goldman nait dans le XIXème arrondissement à Paris le 11 octobre 1951. Il est le fils d’immigrés juifs, et son père a joué un rôle important dans la résistance juive en France durant le Régime de Vichy. Il a, à ses cotés, deux frères et une sœur, dont Pierre, le fameux révolutionnaire abattu en 1979, et Robert, son associé encore aujourd’hui. Autant vous dire que les références historiques liées aux Goldman sont plus qu’importantes et conditionnent le petit Goldman. Dès 1956, il entreprend des études musicales classiques (piano et violon) jusqu’à ce fameux jour de mai 1968. Ce jour-là passe à la radio Think d’Aretha Franklin. Et là, c’est le déclic musical, comme d’autres ont eu une révélation en écoutant le King, Little Richard, puis les Beatles. Goldman lui eu une véritable adulation pour cette chanteuse noire-américaine qui lui dit « Penses » ! Et il pensa. Pensa à acheter une guitare, à jouer avec divers groupes, jusqu’à l’aventure Tai Phong. C’est un groupe éclectique, et une première expérience discographique pour Goldman. Enfin, vient le temps des aventures solo, dans les années 80, puis de nouveau en groupes (avec le fidèle Michael Jones, et la grande Carole Fredericks), pour enfin, finir ( ?) sa carrière musicale en 2002-3, lors de sa dernière tournée Un Tour Ensemble. Alors, comment analyser sa carrière musicale, de Taï Phong à Fredericks Goldman Jones ? Goldman, chanteur de variété française ou éminent rocker contestataire et éclairé ?

Penchons nous donc, pour répondre à ces questions sur tous ces oeuvres musicales qu’il nous a légués.

Alors, je distingue 3 périodes. Tout d’abord, il y a la période des essais. Elle commence avec la musique expérimentale de Taï Phong, sorte de nouveau Yes, avec des morceaux comme Goin’ Away, When It’s The Season… Les titres les plus aboutis, ce n’est pas un hasard, sont signés Goldman. Tous? Non, un irréductible morceau fait de la résistance : Sister Jane, écrit par le collaborateur Khan Mai. Le plus grand morceau, qui fait connaitre Goldman au grand public, et ou sa voix fait des envolés lyriques. De là, part une envie vers plus d’aspects floydiens… Au final, c’est un groupe qui ne doit pas être négligé, intéressant musicalement et trop souvent oublié. Car, dès 1978, il se sépare. Goldman, lui, commence une véritable carrière solo. On en arrive, vous le sentez, au vif du sujet…

5-robin-goldmann

Le premier album, sorte d’expérimentation, est pour moi réussi. Entre rock assourdissant (Sans Un Mot, J’t’aimerai Quand Même, A L’envers) et ballades (Quelque Chose de Bizarre, Brouillard), tout le monde y trouve son compte. C’est assurément l’un des meilleurs albums de Jean-Jacques, mais trop méconnu et rejeté par la qualité de la voix de Goldman dans les années de ses débuts. Car dès sa popularité acquise par des morceaux comme Il Suffira D’un Signe, il remet ça avec Au bout de mes rêves, Quand la Musique est Bonne, Comme Toi…. Cette deuxième période, c’est la période des tubes, populaire, symbolisé par des albums comme Jean Jacques Goldman, Positif... Les Années 80 donnent un terrain propice à Goldman pour s’intégrer dans le paysage médiatique chansonnier français. Entre les morceaux déjà cités, il y a aussi Envole Moi, Encore Un Matin, Long Is The Road….Quoiqu’on en dise, la question d’un chanteur populaire de variété est souvent évoquée au nom de ces super-tubes en béton. Moi, je la poserais différemment. Je pense qu’un chanteur de variété, c’est un chanteur qui reprend toujours la même forme de chanson, avec les mêmes compositions à quelques mélodies prés, et un texte qui peut être popularisé. Un chanteur de variété, c’est à mon avis des chanteurs comme Fréderic François, François Valery, Frank Michael, même Michel Sardou d’un coté. Mais, Goldman est un OVNI. Il ne rentre pas dans cette catégorie-là, sans rentrer totalement dans la catégorie rock. Car beaucoup de chansons sont à tonalité rock, de Floyd aux Stones, passant par plein d’autres influences. Il est dans un autre univers. Durant toutes les années 80, il se posera cette question. Comme le montre le titre de son 3ème album solo, Non Homolgué. La tonalité de l’album nous montre bien que Goldman ne se veut pas chanteur de variété, mais plutôt un chanteur anti-conformiste, très social mais sans tomber dans la guimauve. Pour étayer ce propos, je signale l’association Les Restos Du Coeur créé par Coluche. Goldman est, en effet, l’un des principaux investigateurs d’une tournée de collectifs d’artistes, appelé Les Enfoirés, et qui a pour but de récolter de l’argent pour l’association de Coluche. (Rappelons d’ailleurs que Goldman est l’auteur-compositeur de la chanson « Chansons des Restos »). Cela dure encore aujourd’hui, preuve que la misère n’est pas éradiquée, et preuve aussi que le rôle social de l’artiste dit « engagé » doit toujours être maintenu, et c’est ce que fait Goldman. Encore aujourd’hui, il se préoccupe de ce rendez-vous d’artiste et l’organise chaque année, avec un nouveau concept. Les Enfoirés s’inscrivent donc bien dans cette lignée que Goldman a créé dans les années 80.

1987 est une transition. Il sort son premier album à plus de 11 pistes : Entre Gris Clair et Gris Foncé. C’est le disque de la maturité. Il s’entoure de son équipe presque actuelle, (et pour la première fois de Carole Fredericks) et ça marche!! C’est assurément son œuvre des années 80, comme Dark Side Of The Moon était l’œuvre de Pink Floyd, une de ses influences revendiquées, dans les années 70. Rien à redire dans cette œuvre magistrale qui contient de grands tubes, comme Là-bas, A Quoi Tu Sers, C’est Ta Chance, Puisque Tu Pars, Elle A Fait Un Bébé Toute Seule, et autres Peur De Rien (Blues) mais aussi des trouvailles comme Entre Gris Clair et Gris Foncé, Reprendre C’est Voler, Fais Des Bébés... Assurément, c’est donc bien un disque de la transition, voir de la rupture. Cela se remarque d’autant plus que JJG organise une  tournée grandiose, qui passe même en Afrique et qui est omniprésente à Paris en ce début d’année 1988. Une partie de cette tournée est répertorié dans l’album live Traces, qui laisse cependant quelques regrets en ne montrant pas tous les morceaux d’un concert, qui en tout cas parait novateur dans la réalisation des morceaux.

Pourquoi parler de transition ? Tout simplement parce que dés 1990, il revient avec un nouveau « groupe ». Fredericks Goldman Jones. Le choix de leur nom pour un nouveau groupe est intéressant : on retrouve donc Carole Fredericks, découvertes dés 1986 et impressionnante vocalement parlant, le fidèle Michael Jones, toujours là depuis l’aventure Tai Phong et après, et donc Jean Jacques Goldman. Un album éponyme, et ou l’on retrouve pas mal de tubes aussi. Suit une tournée. C’est un bon coup d’essai : C’est Pas d’ L’Amour, Nuit, Né en 17 à Leidenstadt, Un Deux Trois, A Nos Actes Manqués sont des véritables premiers essais d’un trio vocal qui ne manque ni de panache, ni de plume. Un album aussi marqué par la teneur sombre de cet album, une teneur qui rappelle les débuts de Goldman et Jones, tout en utilisant l’atout « soul » qu’est Carole Fredericks. Des morceaux comme Tu Manques ou Peurs sont ainsi novateurs. On est alors déjà rentré dans la troisième phase : la phase de recherche d’un nouvel équilibre. Avec l’album suivant, intitulé Rouge, on passe de chansons plus personnelles à des chansons plus politiques : Rouge symbolise implicitement la fin du communisme en Russie, et d’ailleurs, le groupe s’entoure des chœurs de l’ex-Armée Rouge. Goldman, auteur de toutes les audaces ? Surement. C’est un album de références, entre la réalité politique, internationale et sociale de l’époque (nous sommes en 1994), il y a de quoi faire (à écouter des titres comme Rouge, On A Pas Changé, critique à propos de Mitterrand, ou Frères sur le conflit en Bosnie). Goldman réussit aussi un autre coup de poker, indépendamment de la qualité extraordinaire des morceaux : il s’agit de rééditer l’exploit de 1989 et une autre tournée grandiose. Si le groupe s’arrête en tant que tel quelques années après, Goldman, insatiable, repart en solo. Et réussit pour chaque album (En Passant en 1997 et Chansons Pour Les Pieds en 2002) d’autres coups de poker, d’autres mises en scènes dans des tournées innovantes, d’autres ensembles de chansons homogènes, d’autres véritables raretés auditives.

Finalement, Jean Jacques Goldman fait bien partie du patrimoine musical français. Parolier trop souvent ignoré, réduit à de la variété, rocker à la Louis Bertignac à ses heures, c’est bien cela la synthèse de son œuvre musicale. On peut, même si c’est peut être un peu trop audacieux, ou présomptueux, l’appeler le « Dylan français ». Compliment qui ne pourrait que l’honorer, puisque Bob Dylan est une de ses influences.

Finalement, Goldman, c’est comme Led Zeppelin, Pink  Floyd,… On attend désespérément un nouvel album, un retour sur scène, mais jamais il ne revient. Il cultive son retour, et observe de loin. Un jour peut-être, reviendra-t-il… Mais, vite !! Car avec le nouveau « Être une femme 2010 » de Michel Sardou, et au delà de ça, avec la situation de la scène « médiatisée » de la chanson française, on a bien besoin de véritables rockers ou songwriters en France, pour montrer la voie à la nouvelle génération. Alors, il suffira d’un signe Jean Jacques n’est-ce pas ?

By Mike

Une réflexion sur “Jean Jacques Goldman : L’impossible retour ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s